Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Photovoltaïque : 33 projets avec stockage retenus pour les territoires insulaires

La liste des 33 projets d'installations photovoltaïques avec stockage retenus suite à l'appel d'offres dédié aux grandes îles françaises est connue. Avec 51,8 MW de puissance, ces projets produiront 70 GWh par an à un coût de 204 euros par MWh.

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°360 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°360
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Vendredi 11 juin, le ministère de l'Environnement a publié la liste des lauréats de l'appel d'offres dédié aux installations photovoltaïques couplées à des dispositifs de stockage de l'énergie, dans les zones non-interconnectées. Trente-trois projets, pour une puissance totale de 51,8 mégawatts (MW), ont été retenus. Une seconde liste complémentaire regroupe six projets pour une puissance de 13,4 MW. Globalement, ils devraient permettre de produire 70 gigawattheures (GWh) par an.

Cet appel d'offres avait été lancé en mai 2015 pour une puissance totale de 50 MW. Il visait les départements d'outre-mer (DOM) et la Corse. Les installations devaient se répartir à parts égales entre les installations sur bâtiments, et celles sur ombrières de parking ou au sol. L'objectif, à terme, est d'assurer l'insertion des énergies renouvelables dans les réseaux électriques isolés et de renforcer l'indépendance énergétique de ces territoires non raccordés au réseau électrique métropolitain. "La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe ainsi l'objectif d'atteindre l'autonomie énergétique dans les départements d'outre-mer", rappelle le ministère.

La Corse en tête

Avec une puissance de 18 MW pour huit projets, la Corse est l'île la mieux servie par l'appel d'offres. Suivent la Martinique (11,1 MW pour huit projets), la Guadeloupe (9 MW, six projets), La Réunion (8,5 MW, neuf projets) et la Guyane (5,2 MW, deux projets). La liste complémentaire contient 6 et 5 MW de projets supplémentaires, respectivement en Guadeloupe (deux projets) et en Guyane (un projet). Elle retient aussi deux installations de 0,6 MW et 0,3 MW à La Réunion et en Corse. Quant à Mayotte, elle n'apparaît qu'en liste complémentaire avec un projet de 1,5 MW. Les deux projets les plus puissants sont situés en Corse avec des puissances de 5 MW (Corsica Sole 9) et 4,78 MW (Corsica Sole 6). Cinq autres projets dépassent 1,5 MW et quatorze projets ont des puissances comprises entre 1 et 1,5 MW.

Selon le Panorama des cleantechs 2016, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a eu à choisir parmi 217 dossiers, pour une puissance de 356 MW : 76 en Corse, 50 à La Réunion, 38 en Guadeloupe, 29 en Guyane, 18 en Martinique et 6 à Mayotte. En 2013, l'Ademe évaluait le gisement "rentable" entre 200 et 400 MW pour ce type d'installations dans les territoires insulaires.

204 euros par MWh

Les futures installations ont été retenues en tenant compte de deux critères clés : la compétitivité coût et la valorisation de l'environnement et de l'innovation. Les 33 lauréats de l'appel d'offres "pourront bénéficier de tarifs d'achat garantis à un prix pondéré de l'électricité de 204 euros par mégawattheure", explique le ministère, précisant que ce prix est compétitif par rapport aux coûts complets de production dans les zones non-interconnectées. A titre de comparaison, en début d'année, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) expliquait que les offres incluant le stockage apparaissent autour de 250 euros par MWh (sans préciser la puissance de ce type d'installation).

Le surcoût, par rapport au prix de l'électricité vendue en France métropolitaine, sera intégré à la contribution au service public de l'électricité (CSPE). Depuis août 2014, la règlementation prévoit que le coût des ouvrages de stockage et des actions de maîtrise de la demande d'électricité en zone insulaire soit pris en charge par le dispositif assurant la compensation des charges de service public de l'électricité.

Pour rappel, en 2015, plus de 1.350 MW de stockage ont été installés à travers le monde, et notamment aux Etats-Unis. "La France reste pour l'instant à l'écart du mouvement, à l'exception de l'Outre-mer où les projets devraient se multiplier", souligne E&Y qui réalise le panorama des cleantechs.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour Monsieur

je m'intéresse aux questions traitant des énergies renouvelables. Dans cette article, comme dans beaucoup d'autres, il est question de données quantifiées de puissance énergétique, en multiples de Watts ou de Wh.
A la simple lecture, ces ordres de grandeur ne m"évoquent rien de précis.
Sauriez-vous m'indiquer une source d'information synthétique qui m'indique par exemple le niveau global de puissance électrique développée en France à partir de toutes les sources de production (encore) existantes aujourd'hui, ainsi que les puissances consommées, de sorte que je puisse me représenter concrètement les apports de projets tels que ceux que vous décrivez dans votre article.
Vous en remerciant par avance.

Très cordialement.

PhilT | 14 juin 2016 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Vous trouverez des informations dans les bilans annuels du réseau de transport d'électricité (RTE). Nous avons fait une infographie à partir des principaux chiffres : https://www.actu-environnement.com/ae/news/energies-renouvelables-production-electricite-france-26181.php4

Ca permet de fixer un ordre de grandeur. Toutefois, RTE n'inclut pas les DOM/TOM et de la Corse, ce qui est problématique ici. La base de données Pegase du ministère de l'Environnement en tient compte, mais sans donner le détail par territoire...

https://www.actu-environnement.com/ae/news/energies-renouvelables-production-electricite-france-26181.php4

De manière générale, il est délicat d'obtenir des informations sur les DOM/TOM et la Corse, car les opérateurs des réseaux ne publient pas de données aussi accessibles que celles du réseau métropolitain.

Cordialement,

Philippe Collet Philippe Collet
14 juin 2016 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager