Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Photovoltaïque : la Vendée mise sur les ombrières

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Photovoltaïque : la Vendée mise sur les ombrières

Le Syndicat départemental d'énergie et d'équipement de la Vendée (Sydev)  et la société d'économie mixte qu'il a créé, Vendée Énergie, ont décidé de soutenir le développement du solaire avec une enveloppe de 7 millions d'euros, visant à accompagner une cinquantaine de projets. Mais pas n'importe quels projets : ils ont « délibérément choisi de ne pas installer des centrales photovoltaïques sur des quelconques surfaces agricoles. Après s'être focalisé sur les centres d'enfouissement de déchets, il est question de s'appuyer sur d'autres surfaces déjà artificialisées comme les parkings, les bâtiments communaux, intercommunaux ou économiques », indique le communiqué.

Pour cela, les deux structures ont créé Vendée Ombrières qui financera, construira et exploitera des centrales solaires intégrées à des ombrières de parking. « L'objectif est de créer un effet de volume pour optimiser économiquement les opérations. Pour cela, Vendée Energie, maître d'ouvrage, s'est appuyée sur l'expertise de la société française SeeYouSun qui se charge de la maîtrise d'œuvre de l'opération ».

L'électricité produite sera revendue sur le réseau. Les ombrières seront pré-équipées pour accueillir les branchements de futures bornes de recharge et favoriser la consommation sur site.

Plus de cinquante projets sont examinés aujourd'hui. Vingt-trois sont programmés pour 2021 et trois ombrières sont en cours d'installation ou installées : aux Brouzils (350 m2 et 73 kWc), à Longèves (500 m2 et 100 kWc) et Saint-Aubin-des-Ormeaux (500 m2 et 100 kWc).

Réactions2 réactions à cet article

 

Ombrières... en clair, on construit des hangars au-dessus de parkings. A-t-on fait un bilan énergétique sur le cycle de vie de l'installation ? On tombe dans le ridicule : pour produire une énergie soi-disant renouvelable, on mobilise des quantités faramineuses de béton et de ferraille, et le CO2 produit à leur fabrication et leur démantèlement ! Juste pour afficher des MW décarbonés, et mettant tout le reste sous le tapis. Pire que ridicule, odieux. Et par honnêteté, arrêtez avec les kWc, ne parlez que de kWh réels !

dmg | 23 février 2021 à 13h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dmg, je me trompe peut-être mais il semble plutôt que l'ombrière corresponde à la photo. Une couverture de panneaux soutenue par une structure métal minimaliste.
Bien sûr que construire quoique ce soit consume de l'énergie et de la matière et avec ce raisonnement on ne va nul part. Installer du solaire c'est investir de l'énergie fossile pour se donner les moyens de s'en passer. C'est moins pire qu'autre chose et ça participe à la solution.
Pour les kWc il faut pas s'énerver, c'est logique de dimensionner ces ombrières en fonction du maximum qu'elles peuvent fournir en instantanée, sinon l'onduleur et les câbles risquent de fondre au premier été ! Ils auront bien le temps de mesurer le réel quand les panneaux seront réellement installés.

bIBU | 23 février 2021 à 19h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Conseil en droit de l'Environnement, Énergie et Infrastructures Cabinet Valentin Renoux - Avocat