En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Photovoltaïque : Enerplan lance une étude sur l'impact sur la biodiversité des centrales au sol

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Le syndicat des professionnels du solaire Enerplan va lancer, en janvier 2020, une étude sur l'impact des centrales photovoltaïques au sol sur la biodiversité. Trois régions particulièrement dotées en solaire sont partenaires de l'étude : l'Occitanie, la région Sud et la Nouvelle-Aquitaine. « Pour les centrales au sol, des études de biodiversité sont réalisées mais il n'y a pas de protocole harmonisé comme il en existe un pour l'éolien, explique Richard Loyen, délégué général d'Enerplan. Les résultats de ces études ne sont donc pas forcément interprétables de façon homogène ».

Deux cabinets d'études indépendants, Icare et Biotope, vont reprendre les suivis de biodiversité des nombreux parcs photovoltaïques installés dans les trois régions depuis des années, pour essayer de définir, à partir de ce retour d'expérience, un cadre commun. Seront mis autour de la table développeurs et professionnels de la biodiversité.

« C'est une question sensible. Les centrales solaires sont parfois assimilées à des parkings, on parle d'artificialisation des sols. Mais est-ce une artificialisation lourde, irrémédiable ? L'objectif est de faire la clarté sur les impacts réels du solaire », explique Richard Loyen.

Aujourd'hui, les ambitions photovoltaïques de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) se heurtent à une problématique de foncier. Et ce problème ira croissant. « Aujourd'hui, des DREAL [directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement] opposent des critères de saturation de photovoltaïque, sans que cela ne soit bien défini. Il faut être pragmatique. Tous les biotopes ne sont pas sensibles de la même manière », estime le délégué général.

Réactions5 réactions à cet article

 

En milieu karstique , très fissuré et très perméable comme le LOT , il sera intéressant de voir quelles sont les répercussions des panneaux photovoltaïques sur la biodiversité terrestre à long terme car les panneaux génèrent un apport d'eau conséquent et localisé sur un sol perméable mais peu épais mais aussi sur la biodiversité souterraine.

LILI | 20 décembre 2019 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On interdit de construire des lotissements en zone agricole et l'on autorise la stérilisation de terres pour implanter des unités PV dont le temps de retour carbone est supérieur à 30 ans, c'est-à-dire des unités polluantes. Si au moins ces centrales étaient implantées sur des terres non fertiles, en pente, ce serait une pollution de moins, mais l'exemple de la photo montre une centrale implantée sur une terre à blé.

VD69 | 28 décembre 2019 à 22h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ VD69 : si le rendement financier moyen de l'hectare photovoltaïque s'avère supérieur à celui de l'hectare à blé (selon le potentiel agronomique du sol en question), le choix de l'agri-manager sera assez vite fait...
J'ai d'ailleurs eu personnellement l'occasion d'assister à une magnifique démonstration de retournement de veste d'un président de chambre départementale d'agriculture sur le sujet. C'était vraiment désopilant... mais par ailleurs consternant !

Pégase | 05 janvier 2020 à 21h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Pégase. D'autant plus consternant que cette rentabilité est due uniquement à une taxe qui se clame environnementale et qui coûte chaque année l'équivalent d'un EPR.

VD69 | 06 janvier 2020 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ VD69 : dans le registre du subventionnement, on peut aussi regarder du côté de celui de l'hectare de blé intensif via la PAC, longtemps 1er poste de dépense du budget européen...

Pégase | 06 janvier 2020 à 12h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager