En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Raccordement photovoltaïque : le manquement d'ERDF reconnu par la Cour de cassation

ERDF a manqué à l'obligation qui s'imposait à elle de transmettre une proposition de raccordement dans un délai de trois mois. Cette reconnaissance par la Cour de cassation pourrait faciliter les actions indemnitaires.

Energie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Par un arrêt du 7 janvier 2014, la chambre commerciale de la Cour de cassation retient le manquement de la société ERDF dans le défaut de transmission d'une proposition technique et financière dans le délai de trois mois prévu par sa documentation technique de référence.

Centrale photovoltaïque sur une exploitation agricole

Le litige opposait un groupement agricole d'exploitation en commun (Gaec) situé dans le Morbihan à ERDF. Le Gaec, qui souhaitait créer une centrale photovoltaïque sur une exploitation agricole, avait adressé au gestionnaire du réseau de distribution d'électricité une demande de proposition technique et financière (PTF), dont ce dernier avait accusé réception le 9 septembre 2010. Le 17 janvier 2011, ERDF a indiqué au Gaec que son projet était concerné par les dispositions du décret du 9 décembre 2010, instituant un moratoire sur l'obligation d'achat de l'électricité produite par certaines installations photovoltaïques, et l'a invité à formuler une nouvelle demande de raccordement à l'issue de la période de suspension.

Estimant qu'ERDF avait manqué à ses obligations en ne lui transmettant pas de PTF dans le délai de trois mois prévu dans sa documentation technique, le Gaec a saisi le Comité de règlement des différends (Cordis) de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Le groupement agricole a demandé au Cordis de constater que le refus de raccordement était infondé et d'enjoindre ERDF de lui transmettre une PTF aux conditions en vigueur lors de l'expiration du délai de transmission. Par décision du 26 septembre 2011, le Cordis a considéré que la société ERDF avait méconnu sa documentation technique de référence. Cette dernière a alors formé un recours contre cette décision que la cour d'appel de Paris a rejeté le 8 novembre 2012.

Engagement de la responsabilité des gestionnaires de réseau

La société ERDF s'est pourvue en cassation contre la décision de la cour d'appel de Paris. Selon elle, cette dernière n'aurait pas dû reconnaître la compétence du Cordis, le différend n'ayant pas pour objet un refus d'accès au réseau "qui n'avait pas été formulé", et l'absence de transmission d'une PTF dans le délai de trois mois n'ayant pas privé le producteur de tout accès au réseau. Par ailleurs, ajoutait ERDF, le Cordis n'était pas compétent pour faire droit à des conclusions d'un producteur d'électricité tendant à voir constater le non-respect d'un délai prévu par la réglementation technique du gestionnaire du réseau.

La Cour de cassation rejette cette argumentation. Faute pour le Gaec d'avoir obtenu une PTF dans le délai de trois mois, ni ultérieurement, et donc de n'avoir pu faire raccorder son installation, c'est à bon droit, estime-t-elle, que les juges d'appel ont retenu l'existence d'un désaccord sur la conclusion d'un contrat d'accès au réseau. Le Cordis était donc bien compétent pour régler un tel différend.

D'autre part, la Haute juridiction judiciaire valide la décision d'appel qui reconnaît, dans l'absence de transmission d'une PTF dans le délai de trois mois prévu par sa documentation technique, un manquement d'ERDF susceptible de fonder la demande du Gaec.

"Un gestionnaire de réseau ne pourra plus utilement soutenir, devant quelque juridiction que ce soit, que le délai de transmission de la PTF n'est pas « obligatoire » ou « impératif »", réagissent Stéphanie Gandet et Aurélien Boudeweel, avocats au sein du cabinet Green Law, ajoutant qu'"il reviendra aux juridictions civiles d'en tirer les conséquences qui s'imposent en termes de faute maintenant, d'engagement de la responsabilité délictuelle des gestionnaires de réseau ayant pu méconnaitre ce délai obligatoire et d'indemnisation des préjudices subis par les utilisateurs".

Réactions4 réactions à cet article

 

Est-ce que les autres procès en cours auront la même décision ?

A L'EAU SOLAIRE | 14 janvier 2014 à 08h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voilà une bonne nouvelle qui je suppose ne devrait pas inciter Erdf a faire appel de la 100 ène de procès en cous auprès des Tribunaux de Commerce, via TPAMPS. Dans la grande majorité des cas les plaignants gagnent, semble il une indemnisation de 3 à 10 ans de perte de résultat d'exploitation de leur centrale solaire. L'union fait notre force.

yves.clair@energiesmed.com | 14 janvier 2014 à 18h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Savez-vous si une telle décision serait semblable pour des documents de "demande de contrat d'achat d'électricité" datant du T2 et T3 2010 ? Est-ce que ce document ("demande de contrat d'achat d'électricité") est équivalent au document de demande de proposition technique et financière (PTF) évoqué dans cette décision?
Merci

ALEAU | 15 janvier 2014 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Je ne suis pas avocat, mais je crains qu’il ne soit trop tard. Il n'y a pas eu de démarche commune pour des demandes de contrat d'achat d'électricité de 2010. L'avocat qui a en charge la grosse majorité des dossiers en cours (PTF non retourné sous 3 mois juste avant le moratoire) pourra mieux vous répondre : contact@actah.com

yves.clair@energiesmed.com | 15 janvier 2014 à 14h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…