En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

30 substances phytosanitaires sont retirées du marché

Le Ministre de l'Agriculture, Michel Barnier a annoncé le retrait avant le 1er février, de 30 substances considérées comme les plus préoccupantes et entrants dans la composition de plus de 1.500 préparations commerciales de produits phytosanitaires.

Agroécologie  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Des OGM au bilan de la PAC, Michel Barnier, ministre de l'Agriculture et de la Pêche, avait annoncé, à l'occasion de ses vœux à la presse, ses « grands chantiers » pour l'année 2008.
Dans ce contexte, et à l'occasion du deuxième comité d'orientation du plan ECOPHYTO 2018, le ministre de l'Agriculture a ordonné hier le retrait des autorisations des mises sur le marché (AMM) des préparations phytosanitaires contenant les 30 substances* « considérées comme les plus préoccupantes. « Prise conformément aux engagements du Grenelle de l'Environnement », la décision concernera à partir du 1er février, 30 substances entrant dans la composition de plus de 1.500 préparations commerciales de produits phytosanitaires.

S'agissant des stocks, les préparations ne seront plus autorisées à la distribution à compter du 30 avril 2008 et à l'utilisation par les agriculteurs à compter du 31 décembre 2008 à l'exception des préparations à base de Carbendazime, de Molinate et de Dinocap, pour lesquelles des solutions alternatives sont en cours d'évaluation à l'AFSSA et devraient être disponibles pour la campagne 2009, précise le ministère de l'agriculture dans un communiqué. La distribution des préparations contenant ces trois substances est ainsi maintenue jusqu'au 31 décembre 2008 et leur utilisation est maintenue jusqu'au 31 décembre 2009.

Cette décision constitue la première mesure du plan ECOPHYTO 2018. Rappelons que dans le prolongement des décisions prises à l'issue du Grenelle de l'environnement, Michel Barnier a installé le 15 novembre dernier, le comité d'orientation du plan de réduction de l'usage des pesticides. Ce plan de réduction comporte deux volets : le retrait du marché dans les meilleurs délais au regard des solutions alternatives existantes, des produits contenant les 53 substances actives les plus préoccupantes, dont 30 avant la fin 2008 et l'élaboration d'un plan de réduction de 50% de l'usage des pesticides dans un délai de dix ans, si possible. Le groupe d'experts composé d'une quinzaine de personnes est chargé de formuler des propositions d'action sur les thématiques suivantes : définition d'indicateurs précis et consensuels pour assurer le suivi, évaluation des marges de progrès sur les substances et itinéraires techniques, mobilisation de la recherche, du développement et du transfert des méthodes alternatives et des systèmes économes en pesticides, formation des agriculteurs à l'utilisation des pesticides et professionnalisation des métiers de la distribution et du conseil phytosanitaire autour d'un objectif de certification et renforcement des réseaux de surveillance sur les bio-agresseurs et sur les effets non intentionnels de l'utilisation des pesticides avec une mise en transparence de la connaissance. Ce plan devrait être présenté avant la fin du premier semestre 2008 au Président de la République.


* Alachlore, Endosulfan, Paraquat, Aldicarbe, Fenbutatin Oxyde, Parathion-Methyl, Azinphos-Methyl, Fenpropathrine, Procymidone, Azocyclotin, Fenthion, Terbufos, Cadusaphos, Fenarimol, Tolyfluanide, Carbofuran, Fluquinconazole, Trifluraline, Chlorfenvinphos, Méthamidophos, Vinchlozoline, Coumafène, Méthidathion, Dichlorvos, Methomyl, Diuron, Oxydemeton-Methyl, Carbendazime, Molinate, Dinocap.

Réactions8 réactions à cet article

 
Partout en "France" ?

Espérons que ceci s'appliquera aussi dans les DOM-TOM
Pour les oubliés du bout du Monde...
Au secours !!!

Ecolagon, citoyen du monde... | 31 janvier 2008 à 06h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Phytosanitaires pirates venant d'espagne

Bonne idée de réduire les CMR et autres saletées, mais que l'état contrôle et face déja respecter les textes de loi en vigueur. En effet combien de produits interdits sont encore utilisés et achetés à l'étranger pour des raisons de productivités. A bon entendeur...Merci

lemarsien | 31 janvier 2008 à 08h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Poudre aux yeux

C'est de la poudre aux yeux : nombre de ces matières actives ont déjà été interdite par l'Europe et interdite en France dans la deuxième semestre de l'année 2007, pour ce que je me souviens :
- le dernier produit à base de Paraquat utilisé en france a été retiré en juillet 2007
- aldicarbe, diuron, carbofuran, carbosulfan, alachlore, chlorfenvinphos, dochlorvos,.... et sans doute d'autres dont je ne me souviens plus ont déjà vu leur autorisation de mise sur le marché retirée en 2007.
Ce qui aurait été un progrès : retirer d'autres molécules que l'Europe elle même n'avait pas déjà interdite à la vente.

Nat | 31 janvier 2008 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C'est que le début, faut y croire!

C'est un début mai face au lobbing des industriels de la chimie est des syndicats agricols récalcitrants qui freinent des 4 fers, il faut aussi envisager d'interdire purement et simplement toutes utilisations de pesticides pour les particuliers, ce qui aura pour effet un changement global des mentlités face à cette utilisation... et une accélération de l'engouement pour les produits bio...

LDK

LDK | 31 janvier 2008 à 14h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ce bel effet d'annonce sera-t-il suivi d'effet ?

Ayant eu la curiosité de visiter divers sites très officiels concernant les produits phytosanitaires, comme http://e-phy.agriculture.gouv.fr/ et autres ....gouv.fr , j'ai eu la stupéfaction d'apprendre que sur la liste des retraits annoncés par notre ministre de l'agriculture se trouvaient :
2 produits donc la date limite d'utilisation est déjà dépassée : l'Aldicarbe, dont les dernières spécialités ne doivent plus être utilisées après le 30/12/2007 et le Parathion-méthyl interdit d'utilisation depuis le 31/12/2003 (il y a donc plus de 4 ans) et qui de plus n'est pas homologué en France.
5 produits ayant déjà fait l'objet d'un avis de retrait en septembre 2007 avec des dates limites d'utilisation variant du 20/11/2008 au 31/12/2008, deux d'entre eux n'étant pas homologués en France (Carbofuran et Oxydéméthon-méthyl)
9 autres produits non homologués en France (Azinphos-méthyl, Chlorfenvinphos, Endosulfan, Fenpropathrine, Fenthion, Méthamidophos, Méthidathion, Paraquat et Vinchlozoline)
1 produits non autorisé en France (Fanarimol)
1 produit retiré au niveau communautaire en 2003 (Terbufos) ayant bénéficié d'une prolongation en France jusqu'à fin 2007
Questions :
Comment se fait-il que des produits déjà retirés ou non autorisés ou non homologués circulent actuellement dans notre pays ?
Qui vérifie l'application de la réglementation ?
Les sites officiels sont-ils à jour ?
Le ministre est-il bien renseigné ?
Que compte-t-il faire pour remédier à ces désordres ?

MC | 31 janvier 2008 à 17h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
" Du progres"

Excellent decision mais sera-t-il consistant?
Beaucoup de problemes de cancers, la fibromyalgie, chronique fatigue etc.... et d'autres maladies peuvent avoir ete lies a l'utilisation de pesticides, trouves partout, ... eaux, alimentation, air, .....

asuddoo | 02 février 2008 à 15h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La France ne fait qu'entériner...

... des décisions prises au niveau communautaire, suite à un programme de re-évaluation des matières actives entrepris il y a 15 ans. Il faut faire la part des choses : parmi les substances éliminées, beaucoup ne le sont pas en raison de propriétés délétères avérées, mais tout simplement parce qu'elles sont techniquement dépassées. Les producteurs de ces substances n'ont pas jugé pertinent de réinvestir des sommes faramineuses dans la constitution d'un nouveau dossier d'homologation, et ce d'autant plus qu'il y a beaucoup d'incertitudes sur la propriété industrielle de ces nouvelles études sur substances qui ne sont plus sous brevet.

Anonyme | 04 février 2008 à 21h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Inutilité de ce genre de décision non européenne

Je ne vois pas l'utilité de retirer du marché français des substances phytosanitaires considérées comme dangereues, quand il est encore possible de prendre sa voiture, de traverser la frontière espagnole de 10km., par exemple, est d'acheter tout ce que l'on veut , sans aucun contrôle. Un journaliste d'investigation dans une émission TV récente nous en a fait la démonstration !!! Les magasins frontaliers font fortune avec ce que nos bons paysans français vont acheter chez eux !
Si toute l'Europe adoptait les mêmes mesures, en même temps, cela rendrait cette action plus crédible !

OURS 95 | 06 mars 2008 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…