En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vague de froid : le système électrique français sous haute tension

La chute des températures a entraîné des records de consommation électrique, révélant une nouvelle fois la vulnérabilité du système électrique français. Délestages, fragilité du réseau de transport…font partie des risques inhérents à cette situation.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Vague de froid : le système électrique français sous haute tension
© Kochergin
   
A chaque jour un nouveau record. Lundi, 90.200 mégawatts. Mardi, 91.500 MW. Mercredi, 92.400 MW. Au fur et à mesure que le mercure chute sur nos thermomètres, la puissance électrique consommée par les Français augmente. La récente baisse des températures a ainsi entraîné des pics de consommation électrique jamais vus en France, bien au-delà de la valeur historique atteinte le 17 décembre 2007 (88.960 MW).
Une situation due au fort équipement des Français en chauffage électrique. Ainsi, un tiers des ménages français se chaufferait à l'électricité, ce qui représenterait 7 % de la consommation d'électricité nationale. La France est en tête des pays européens concernant ce mode de chauffage. Selon Greenpeace, 80 % des constructions neuves seraient aujourd'hui encore équipées de chauffage électrique. Pour Pierre Gadonneix, PDG d'EDF, cette situation est davantage due à l'usage concomitant de tous les appareils électroménagers du domicile qu'au chauffage électrique (dans un entretien avec Aujourd'hui en France – Le Parisien publié ce jeudi).

Les limites du système de pointe

Reste que ces épisodes de forte consommation révèlent les faiblesses du système électrique français, très sensible aux baisses de température. 78 % de l'électricité française est produite par les centrales nucléaires, moyens de production dits « de base » qui s'adaptent très peu à la variabilité de la demande. Aujourd'hui, 56 réacteurs nucléaires sur 58 fonctionnent à plein régime selon Pierre Gadonneix. Nous utilisons les centrales nucléaires de façon optimale mais nous sommes parvenus à la limite du système en pointe, note le patron d'EDF.
Pour répondre aux pics de consommation, des moyens de production supplémentaires doivent être lancés. EDF a par exemple recours aux centrales thermiques (fioul, gaz…). Pour éviter des ruptures d'approvisionnement, la France, grande exportatrice d'électricité, a également recours à l'importation. Une situation en constante augmentation depuis 2001. En 2007, la France a dû importer de l'électricité pendant 20 jours, a un coût beaucoup plus élevé qu'elle ne l'avait vendue hors épisodes de pointe (116 € le mégawatt heure à l'achat contre 45 €/MWh à la vente selon le comité de liaisons énergies renouvelables). Des importations d'électricité d'origine fossile, fortement émettrices de gaz à effet de serre…
Autre conséquence des pics de consommation : la forte demande d'électricité pourrait entraîner des délestages mais aussi des problèmes de sécurité du réseau d'alimentation électrique. La situation est particulièrement tendue en Bretagne et en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, véritables péninsules électriques. Ces régions produisent beaucoup moins d'électricité qu'elles n'en consomment et sont donc très dépendantes. Pour la première fois depuis la création de RTE (gestionnaire du réseau de transport d'électricité) en 2000, l'alerte rouge a été déclenchée pour ces deux régions, sommant les consommateurs de réduire leur consommation.

Le système électrique français en question ?

L'électricité ne se stocke pas. Son système repose donc sur un équilibre production / consommation. Si le système français est la plupart du temps surproducteur d'électricité grâce à ses centrales nucléaires, celui-ci peine à répondre aux périodes de pointe. Démarrer une centrale à l'arrêt demande plusieurs jours alors qu'il ne faut que quelques heures pour lancer un barrage hydroélectrique ou une centrale thermique. Les producteurs d'électricité ont donc recours à ces moyens de production en cas de forte demande d'électricité.
Les énergies renouvelables peuvent-elles constituer une solution aux pics de consommation ? Selon le syndicat des énergies renouvelables, au moment où nous vivons une pointe historique de consommation électrique, le parc éolien français contribue à l'approvisionnement électrique de notre pays, avec une production proche de 1.000 MW. Grâce aux trois régimes de vent décorrélés dont bénéficie l'hexagone, la production éolienne française est plus stable que dans tous les autres pays européens : la production éolienne du 6 janvier dernier a été d'environ 800 MW et celle du lendemain a légèrement augmenté pour atteindre les 1 000 MW en soirée, au moment du pic de consommation. L'augmentation de la production d'électricité d'origine renouvelable pourrait contribuer à répondre aux pics de consommation mais ces énergies restent néanmoins intermittentes et peu prévisibles.
Pour Frédéric Marillier, de Greenpeace France, la France doit investir dans le développement des renouvelables mais aussi dans des dispositifs d'économies d'énergie (isolation de l'habitat), seules solutions permettant de faire face à la fois aux enjeux de consommation, d'indépendance énergétique, de lutte contre les changements climatiques et de défense du pouvoir d'achat des consommateurs. Pour le CLER, ces pics rappellent l'urgence d'un plan massif et ambitieux d'isolation du parc de bâtiments et la nécessité d'une réflexion sur nos modes de chauffage.
Outre une diversification du mix énergétique français, l'augmentation de l'efficacité énergétique apparaît en effet plus que nécessaire aujourd'hui pour diminuer la consommation d'électricité nationale.

Réactions13 réactions à cet article

 
proposition?

A PART DE LA CRITIQUE JE VOIS TRES PEU DE PROPOSITION

hamas | 10 janvier 2009 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
eolien

petit rappel il et quand même comique de voir écrire que l'éolien et une source de production stable.petit rappel électricité ne se stocke pas or l'éolien produit aux gré du vent et pas selon le besoin des consommateurs cette électricité cher (éolien )largement subventionner ne sert a rien ...car c une source sur lequel on ne peut pas compter. le maillage du réseau électrique est fait au niveau de l Europe donc pas risque de manque l'électricité sinon c'est le réseau européen qui tomberais
le service de EDF (le C.O.P ) et charger de faire des prévision de charge du réseau électrique de façon a équilibré l'offre et par rapport a la demande .le nucléaire étant la base de production et l hydraulique et le thermique classique (fioul charbon) étant la pour écrête les pointes de consommation le parc hydroélectrique ne plus plus guère être développer le principaux site étant déjà équiper .

titi_15000 | 10 janvier 2009 à 21h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
nuc....

donc il y a deux solutions soit réduire notre consommation énergie
soit construire de nouvelles centrales nucléaire le problème c que personne ne veut réduire sa consommation d'électricité et que personne ne veut entendre parler du nucléaire .........vivent la politique de l'autruche

titi_15000 | 10 janvier 2009 à 21h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:eolien

L'intermittence (et encore : de plus en plus prévisible!), c'est bien le seul et unique inconvénient que l'on puisse reprocher à une énergie propre, inépuisable, sans danger, réversible, locale, contribuant à une vraie indépendance énergétique d'un pays et ne risquant pas d'entrainer des conflits internationaux = respecteuse des générations futures donc responsable, j'ai nommé : l'énergie éolienne!
A contrario, la stabilité (en encore : tant qu'il restera de l'uranium et qu'on ne sera pas en conflit avec les pays qui nous le vendent!) c'est bien la seule qualité que l'on puisse donner à une énergie sale (déchets longuement radioactifs), épuisable (le minerai s'épuise!), dangereuse (Tchernobyl, Three Miles Island), irréversible (allez donc décontaminer une centrale désaffectée!), centralisée (il en faut des km de lignes 400KV moche et dangereuse!) et qui nous laissent dépendant (l'uranium ne vient pas de France!) et donnant accès à la bombe atomique (cf les problèmes qu'on a avec l'IRAN aujourd'hui) = irrespectueuse des générations futures donc irresponsable, j'ai nommée : l'énergie nucléaire de fission!

loum | 12 janvier 2009 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:proposition?

Isoler les bâtiments!!

gb | 12 janvier 2009 à 15h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:eolien

attention je ne suis pas contre éolien mais comme l'usage qu il en et fait je m'explique aujourd'hui on plate une hélice avec une génératrice au bout ce système ne vaut rien car on ne peut pas prévoie le vent regarde les prévision de météo France cela devrais et convaincre par contre si tu fait tourner une helice par la force du vent que cette même hélice entraine un compresseur a air et que tu stocke cette air comprimer dans des cuve puis cette cuve a des injecteurs qui font tourner une génératrice alors la tu as un bon système car tu as la possibilité de venir en soutien aux nucléaire pour passer le pic des consommation tu charge ton système au fil du vent et quand tes cuves son pleine tu produit.
car lorsque que tu passe dans un champs d'éoliennes aujourd'hui et que sur 20 éoliennes seul 2 ou 3 tourne petite infos elle son en moteur elle ne produise pas mais consomme du courant a 80 pour cent nucléaire ......
quand au nucléaire Iran et consort il faut arrête cette hystérie ne pas confondre le nucléaire militaire et le nucléaire civile pas le même uranium 237 pour les militaire ou plutonium mais la cela dépasse largement mais compétence de plus le nucléaire n'est pas dangereux ....tant que ce n'ai pas un imbécile qui le commande .

pour mémoire les deux bombe nucléaire lance sur des civile c t non copain les ricain qui on fait cela la première passe mais recherche le pourquoi de la bombe sur NagazaKi

titi_15000 | 12 janvier 2009 à 21h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:nuc....

Interprétation quelque peu erronnée de l'article : si j'ai bien compris, les centrales nucléaires ne sont pas en mesure de produire l'électricité en "périodes de pointe". De plus, construire des centrales nucléaires qui ne fonctionneraient que quelques semaines dans l'année ne serait probablement pas rentable.
Pour ce qui est de réduire la consommation, je ne crois pas que les français soient heureux de payer une forte facture de gaz ou d'électricité. Par contre, la plupart des locataires se chauffent avec ce que leur propriétaire a installé. Or, le chauffage électrique nécessite l'investissement minimum (à la charge du propriétaire) et entraine le coût maximum à la charge du locataire.
Et il a été promu par EDF, pour justifier le parc de centrales nucléaires.
C'est donc en diversifiant les modes de chauffage et en cherchant d'autres moyens de production d'électricité que le nucléaire qu'on peut résoudre le problème des consommations de pointe.
Mais, je ne crois pas qu'on puisse remettre en cause, à ce jour, le rôle fondamental de la production électronucléaire comme ressource "de base". Je ne vois pas comment on pourrait renoncer à cette technologie, par contre, elle ne doit pas être exclusive et "interdire" d'autres resources.

43dominique | 13 janvier 2009 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:eolien

Compte tenu de ce dernier message, je craisn effectivement que vos compétences techniques ne soient quelque peu dépassées.
L'énergie nucléaire est assez complexe et les différents combustibles mis en oeuvre dans les aspects civils et militaires nécessitent des fabrications bien spécifiques.
Par contre les "éoliennes qui font un vacarme infernal et qui tournent en moteur pour faire croire qu'elles produisent" sont, à mon humble avis, une rumeur malveillante et infondée.
Il est normùal qu'on critique les excès, que ce soit ceux du tout nucléaire, ou ceux du développement forcené de l'éolien, mais il faut le faire sur des bases réelles et non sur des rumeurs sans fondement. Sinon, la critique se retourne contre son auteur.

43dominique | 13 janvier 2009 à 12h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:proposition?

Et aussi développer la cogénération sur les centrales de chauffage urbain qui utilisent des ressources renouvelables.
Je pense en particulier aux centrales qui brulent des déchets de bois (ou autre biomasse).
Le couplage de ces centrales au réseau en période de grand froid permettrait de récupérer des kW au moment où on en a le plus besoin et c'est aussi à ce moment que ces centrales fonctionnent en pleine puissance, il y a donc adéquation entre potentiel et demande.
Hélas, ce ne serait probablement qu'un petit appoint.

43dominique | 14 janvier 2009 à 20h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
abus

Je suis responsable des fluides, et j'habite en face des courts de tennis municipaux, et je vois les lumières de notre stade (équipe de niveau district), au moment où nous avons atteint les pics de conso's d'électricité, j'ai trouvé scandaleux que tous les courts soient allumés et que les jeunes jouaient par -8°. était-ce bien utile?
Les économies d'énergies peuvent être sensibilisées par tous.
Pierre

estelle | 15 janvier 2009 à 14h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:eolien

1. les prévisions des productions éoliennes (pas grand chose à voir avec la météo de 20h) sont de plus en plus fines et bonnes.
2. Une éolienne qui tourne en moteur ? Pourquoi pas, j'en ai même vu une s'envoler.
3. Le stockage de l'énergie électrique, un éternel problème. Accus, pile à combustible,... air comprimé. Pourquoi pas, le problème c'est le rendement de chaque transformation, le volume nécessaire et le coût des installations, en bref, la place et la rentabilité.
4. La France a la chance de disposer de 3 sources ressources éoliennes qui lui assurent une quasi continuité de production disponible.
5. Un petit effort sur l'orthographe, c'est ennuyeux de devoir lire à haute voix pour comprendre certaines phrases. Je ne dis pas que je ne fais jamais de fautes mais quand même.

Tombour | 15 janvier 2009 à 16h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:abus

BRAVO

jean-Marie | 22 janvier 2009 à 18h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Eolien et intermittence

En france comme en Allemagne quand l'anticyclone s'installe pendant les vagues de froids Adieu pour l'énergie éolienne......
au lieu de subventionner l'énergie eolienne il serait plus important de developper la geothermie des roches chaudes et bde subventionner des etudes sur le stockage de l'énergie (Avec un rendement correct et un coût compatible avec l'utilisation

jean-Marie | 22 janvier 2009 à 18h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…