Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Piscines collectives : le risque chimique est prépondérant, selon l'Afsset

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) a publié le 10 juin un rapport d'expertise collective sur les risques sanitaires liés aux piscines réglementées ouvertes au public, qui sont au nombre de 16.000 en France et accueillent 25 millions de baigneurs par an. Dans cet avis, l'agence recommande plus d'hygiène, et une meilleure maîtrise de la qualité de l'eau et de l'air, et appelle à la vigilance sur les travailleurs, les nageurs de haut niveau et les très jeunes enfants.

En préambule, l'Afsset souligne que le contrôle sanitaire et la maîtrise de la qualité de l'air, l'entretien des sols et des surfaces dans les piscines ne font pas l'objet de dispositions réglementaires. L'encadrement et le suivi sanitaire de ces établissements nécessitent une révision de la réglementation au regard de l'évolution des pratiques aquatiques et des nouvelles connaissances en matière de risques physico-chimiques et microbiologiques.

Concernant la réglementation actuelle, l'étude constate ''un bon taux de conformité'', notamment en matière de qualité microbiologique. Malgré tout, les risques liés aux microorganismes (mycose, verrues, diarrhées…) ne sont pas écartés.

''Le risque prépondérant dans les piscines réglementées françaises concerne le risque chimique : les produits de désinfection de l'eau (chlore, brome, ozone....) se recombinent avec la matière organique apportée dans l'eau par les baigneurs et forment des sous-produits qui sont des contaminants chimiques nocifs, comme les trichloramines ou le chloroforme. Ces composés peuvent atteindre des taux capables d'entraîner des troubles respiratoires (asthme, bronchites...), cutanés (eczéma) et oculaires chez les personnes qui fréquentent les piscines à commencer par les plus réguliers d'entre eux (nageurs sportifs, maitres nageurs, personnels d'entretien et d'accueil). Mais ces risques touchent également les très jeunes enfants dont les systèmes respiratoire et immunitaire sont encore en développement'', note l'Afsset.

L'agence recommande donc un ''net renforcement de l'hygiène corporelle, pour réduire l'apport de matière organique et de pathogènes''. Respect des mesures habituelles (douches savonnées, port de bonnet de bain, propreté…) et agencement des locaux sont ainsi préconisés.

Outre de recommander l'instauration d'un suivi de la qualité de l'air des piscines, l'Afsset demande le classement des piscines couvertes dans la catégorie des ''bâtiments à pollution spécifique'', ce qui entraînerait l'obligation de maintenir un débit minimum d'air neuf (60 m3 par heure et par occupant), notamment pour préserver la santé des travailleurs. Elle recommande également un suivi médical renforcé des travailleurs en plus de l'évaluation des risques sanitaires.

Pour améliorer la qualité de l'eau, l'Afsset recommande la mise en place d'une coagulation avant la filtration, le suivi de paramètres nouveaux (turbidité, carbone organique total) et la mise à jour des paramètres de contrôle de la désinfection (suivi de la bactérie E-coli…) pour réduire la quantité de matière organique présente.

Pour diminuer sensiblement la concentration en désinfectants dans l'eau (jusqu'aux niveaux de la réglementation allemande, soit 0,3 à 0,6 mg/L pour le chlore) et faire chuter les taux de polluants, sous-produits de désinfection, l'Afsset propose de mettre en place des protocoles adaptés pour le nettoyage des surfaces et l'entretien des locaux et d'instaurer un autocontrôle continu obligatoire dans les piscines.

L'agence rappelle enfin la sensibilité particulière des très jeunes enfants (moins de 2 ans). ''Il importe que les bébés nageurs aient un suivi médical s'assurant de l'absence de contre-indication (notamment antécédents respiratoires). L'activité devra se faire dans des bassins dans lesquels la qualité de l'eau est parfaitement maîtrisée (bassin spécifique, eau recyclée, personnel formé''.

Réactions2 réactions à cet article

 
Et le traitement des l'eau par ultra violet ???

Bonjour,
je suis un peu étonnée que l'on parle pas d'alternative au traitement de l'eau par uvc;
D'après ce que j'ai pus lire dessus ce procédé, cela éradique les micro-organismes (virus, bactéries, algues, levures, moisissures...),et c'est sans chlore.
les UV-C pénètrent au cœur de l’ADN et perturbent le métabolisme des cellules jusqu’à leur destruction totale. Tous les germes sont ainsi inactivés (y compris Legionella et Cryptosporidium) et ne peuvent se reproduire.Cela évite en plus le port du bonnet de bain...
Je ne comprends pas pourquoi ce procédé qui est conforme aux directive du Ministère de la Santé ne soit pas utilisé dans ces lieux publiques de façon systématique.
Un peu désobligeant tout cela

Shelenas | 18 juin 2010 à 08h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

un article parut dans la presse locale de l'Hérault:
"L’Afsset, se prononce contre l’ouverture au public de piscines écologiques dans les sites champêtres, dans un rapport du 30 juillet." cela semble correspondre à un projet de la mairie de Vendargues.
Quelqu'un peut-il me fournir ce rapport? et/ou l'argumenter.

vu de ma terrasse | 19 décembre 2010 à 11h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TrichlorScan : mesurer les trichloramines dans l'air sans réactif toxique CIFEC