Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Énergies fossiles : la Place financière de Paris s'engage à renforcer ses désinvestissements

Lors du Climate Finance Day, Bruno Le Maire a salué l'engagement des acteurs de la Place de Paris à sortir du financement du charbon. Le ministre souhaite qu'ils aillent plus loin en adoptant une politique de sortie des hydrocarbures non conventionnels.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Énergies fossiles : la Place financière de Paris s'engage à renforcer ses désinvestissements

Le 29 octobre, à l'occasion du Climate Finance Day, les acteurs de la Place financière de Paris ont renforcé leurs engagements à « exclure les énergies les plus polluantes » de leurs portefeuilles, a annoncé Finance for Tomorrow qui coordonne les actions de la Place de Paris en faveur de la finance durable. « L'État français, en premier lieu, n'accordera plus de garantie export pour les projets de pétroles extra-lourds et d'hydrocarbures non conventionnels dès le 1er janvier 2021, et plus aucun financement de projets d'exploitation pétrolière d'ici 2025 et de gaz au maximum en 2035 », a indiqué Finance for Tomorrow, dans un communiqué.

 
L'engagement de la Place à sortir du financement du charbon est une étape essentielle. Elle doit maintenant être mise en oeuvre avec la plus grande ambition et la plus grande transparence, selon des critères communs et partagés.  
Bruno Le Maire
 
Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a salué « l'engagement de la Place (de Paris) à sortir du financement du charbon ». Il a appelé les acteurs à mettre en œuvre cette sortie « avec la plus grande ambition et la plus grande transparence, selon des critères communs et partagés ». Le ministre souhaite aussi « que des engagements similaires puissent être pris sur les hydrocarbures non conventionnels ». Il s'est réjoui « que plusieurs acteurs se soient déjà engagés dans cette voie ». À l'instar du groupe Caisse des dépôts (CDC).

La CDC renforce sa politique de sortie du charbon et des hydrocarbures non conventionnels

La CDC (en incluant Bpifrance et la SFIL) a en effet adopté des mesures sur le pétrole et le gaz et va accentuer, à compter de 2021, ses lignes d'exclusion relatives au charbon thermique. Le groupe exclura de ses financements et investissements les entreprises qui produiront plus de 10 millions de tonnes de charbon thermique ou qui produiront plus de 10 gigawatts d'électricité à partir de charbon par an. La CDC exclura aussi les sociétés développant plus de 300 mégawatts de nouvelles capacités dans le secteur du charbon thermique.

Le groupe CDC « continuera à exclure de ses investissements et financements les entreprises qui sont exposées à plus de 10 % de leur chiffre d'affaires au charbon thermique ». De même, la CDC « met en œuvre une politique d'exclusion des hydrocarbures non conventionnels ». Le groupe « n'investira pas et ne financera pas » les entreprises dont l'exposition au pétrole et gaz de schiste, sables bitumineux et ressources issues de la zone arctique représente plus de 10 % du chiffre d'affaires.

Par ailleurs, la banque Société générale a aussi annoncé un objectif de réduction de 10 % d'ici 2025 de son exposition globale au secteur de l'extraction du pétrole et du gaz.

Les ONG Reclaim Finance et Les Amis de la Terre France ont toutefois déploré « le manque d'ambition des engagements » annoncés lors du Climate Finance Day. Le ministre de l'Économie « a reconnu que les stratégies de sortie du charbon des acteurs financiers privés étaient disparates et que ces derniers devaient aller au-delà en adoptant une stratégie de sortie du pétrole non-conventionnel », soulignent les ONG. Mais Bruno Le Maire « n'a pas apporté de solution pour les y contraindre », critiquent-elles. Les ONG estiment aussi que la CDC a « (amélioré) très légèrement sa politique sur le charbon en adoptant des seuils d'exclusion fondés sur la production absolue des entreprises ». Si la CDC « a bien identifié les enjeux qui se posent sur le secteur des hydrocarbures, les mesures proposées sont bien loin de répondre à l'urgence climatique », pointent aussi les associations.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager