Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution au plomb de Notre-Dame de Paris : une nouvelle plainte déposée contre X

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

L'Union départementale parisienne de la CGT et l'association Henri Pézerat dénoncent une pollution au plomb résultant de l'incendie de Notre-Dame de Paris survenu en avril 2019. Ils ont annoncé ce 6 juillet le dépôt d'une plainte contre X pour « mise en danger de la vie d'autrui » devant le tribunal de Paris. Deux familles riveraines de la cathédrale, dont les enfants auraient été exposés aux retombées de plomb, se joignent aussi à la plainte.

Les plaignants estiment qu'aucune mesure suffisante n'a été prise pour protéger la santé des riverains et des ouvriers du chantier de la cathédrale. « Dès le printemps 2019, le collectif plomb Notre-Dame, constitué de syndicats et d'associations, a alerté sur les dangers des poussières de plomb ayant contaminé le site lui-même et bien au delà », expliquent-ils dans un communiqué commun. « Alors que le plomb est un toxique redoutable, même à très faible dose, les revendications du collectif sont restées lettre morte, et notamment celles visant la mise en sécurité du site par un confinement de l'édifice. Les conséquences en ont été une pollution intense et chronique, pollution qui perdure aujourd'hui », fustigent les plaignants.

Fermeture du parvis de la cathédrale depuis le 18 mai

Depuis le 18 mai dernier, la préfecture de police de Paris a fermé au public le parvis de la cathédrale, après avoir détecté des concentrations de poussières de plomb « supérieures au niveau habituel parisien ». La fermeture sera levée dès que le « nettoyage » du parvis « sera réalisé » indiquait la préfecture dans un communiqué et lorsque « l'ensemble des valeurs relevées seront revenues à un niveau suffisamment bas ».

« Les difficultés d'accès à des informations précises ont obligé la CGT et l'association Henri Pézerat à engager des démarches auprès de la Commission d'accès aux documents administratifs (Cada) puis au tribunal administratif, afin d'obtenir des institutions publiques de la Culture et du Travail, les informations qui se sont révélées accablantes quant à la mise en danger, sa minimisation et l'absence de suivi sanitaire des travailleurs et des riverains, y compris les enfants. Il a fallu deux ans pour obtenir ces documents », ajoutent également les plaignants.

En avril dernier, l'association Robin des Bois a déjà déposé une plainte, avec constitution de partie civile, pour mise en danger de la vie d'autrui.

Réactions3 réactions à cet article

 

Faudrait surtout poursuivre le propriétaire, donc l'état pour l'insuffisance de moyens automatique d'extinction d'incendie car le même malheur est arrivé à la cathédrale de Nantes (pour Nantes on a omis le plomb, bof c'est en Bretagne!)

pemmore | 07 juillet 2021 à 09h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour avoir travaillé, dans les années 90, sous les ordres du Général chargé à présent de la restauration de Notre-Dame de Paris, je ne suis nullement surprise ! Le respect des hommes et des femmes n'est pas sa priorité, par contre respecter les délais imposés par le Président de la République est beaucoup plus important que la santé des ouvriers et de la population exposés aux poussières de plomb.

flo6310 | 07 juillet 2021 à 16h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voyons, pemmore, Nantes en Bretagne !.. vous qui est du coin, en plus! ;o)

nimb | 08 juillet 2021 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Désamiantage : maîtrise d’œuvre et accompagnement HPC Envirotec