Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les professionnels des espaces verts saisissent Bruxelles sur l'interdiction future des pesticides

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Selon l'AFP, l'Union des entreprises pour la protection des jardins et espaces publics (UPJ) a porté plainte auprès de la Commission européenne contre la loi Labbé qui prévoit l'interdiction des produits phytosanitaires dans les espaces verts accueillant du public à partir de 2020 et dans les jardins des particuliers à partir de 2022. La plainte repose sur deux motifs : un vice de forme (la loi n'aurait pas été notifiée dans les temps à l'Union européenne) et la non-proportionnalité des mesures imposées (peines encourues par les jardiniers amateurs).

Selon Jacques My, directeur de l'UPJ, 6.000 emplois seraient menacés par cette loi, tandis que les ventes de produits phyto auraient déjà diminué de 8% en 2013.

Réactions18 réactions à cet article

 

Le fric , le fric et toujours le fric pour ces professionnels de la mort !

jms | 18 juin 2014 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin on défend nos libertés fondamentale contre la dictature escrolo !

Laurent Berthod | 18 juin 2014 à 12h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

6000 emplois menacés... mais combien de maladies épargnées, voire de vies! on nous impose ces saloperies toxiques dans les espaces publics, il est temps que ça cesse! sans parler des premiers touchés, les ouvriers qui utilisent ces m****s.

lotus | 18 juin 2014 à 12h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

deux questions :
1 - les membres de l'UPJ ne boivent jamais d'eau ?
2 - je ne suis absolument pas certaine du tout que la suppression de l'utilisation de produits phytosanitaires menace 6000 emplois ! n'Est-ce pas plutôt le contraire ?

Sylvie 80 | 18 juin 2014 à 12h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Berthod le pourfendeur de tout ce qui vit fait son come back
On va encore rigoler à lire la prose du papy !

jms | 18 juin 2014 à 13h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent Berthod , votre liberté fondamentale d'absorber tout ce que voulez ne doit pas contraindre la notre. Même ci pour un type de la fachosphère la liberté ne veut pas dire grand chose.
Il faut croire qu'il y a des fonctionnaires qui ne vont plus percevoir leur commissions.

JFK | 18 juin 2014 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est formidable comme tout ce petit monde de croyants sort très vite les grands mots et les insultes dès que quelqu'un ne partage pas leurs idées.

Le jardinier qui cultive son jardin ouvrier il ne vous fait absorber aucun pesticide et je ne vois pas en quoi il est fondé de lui interdire l'utilisation de produits ayant obtenu une autorisation de mise en marché. S'il est privé de ce droit, demain il n'aura plus les moyens de manger des légumes. En général ce n'est pas les riches qui cultivent les jardins ouvriers.

Fachosphère ! JFK n'a pas mis bien longtemps à gagner son point Godwin du jour !

Se faire insulter par un imbécile est un délice de gourmet.

Laurent Berthod | 18 juin 2014 à 18h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aujourd'hui je me suis pris la tête avec un client qui ne comprend pas que je ne veuille pas utiliser de pesticides dans les jardins que j'entretien.

Pour lui rien de mieux que d'utiliser ces merdes pour éradiquer ce qui ne va pas dans son jardin. Une éducation bien rodée depuis l'après guerre.

J'aurais eu beau lui expliquer qu'il est possible de lutter contre ce qui le gène de façon naturelle/
Il m'a traité d'escroc !

Je lui ai répondu, "trouves toi un abruti qui suivra ta logique"

Tagarin | 18 juin 2014 à 18h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Enfin on défend nos libertés fondamentale contre la dictature escrolo !" C'est Jackpot.
Difficile de faire mieux! Si vous reprenez le manque d'argument de la fachosphère, assumez ou commencez à réfléchir, argumentez, parlez nous de ce que vous connaissez. D'après ce que j'ai pu lire de vous, cela va être laborieux.

JFK | 18 juin 2014 à 19h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le jardinier qui cultive son jardin avec des produits super toxiques me fait absorber des pesticides (ou alors il vaporise quand y'a pas de vent et loin de chez moi). Mon voisin qui pulvérise du roundup tout autour de ma parcelle bio, je lui aurais bien fait avaler sa mixture! (c'est du vécu) Et y'a pas que les humains, y'a tout le reste: animaux et plantes qui constituent la biodiversité. Mais Mr Berthod s'en fout sans doute de ce qui l'entoure et n'est pas sa petite personne...

lotus | 18 juin 2014 à 19h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Frère jumeau de l'Union des l'Industries de la Protection des Plantes (UIPP) dirigé par la Fédération Nationale des Syndicats Exploitants Agricoles (FNSEA) Pro OGM UMP regroupant les fabricants de pesticides en France chargé de faire du lobby à l'Assemblée Nationale et au Sénat, 24h sur 24h, 7 jours sur 7, 365 jours par an !!!

Eau Pure | 18 juin 2014 à 21h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous êtes effectivement un escroc. ça veut dire quoi "de façon naturelle" ? Rien !

Laurent Berthod | 18 juin 2014 à 23h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Berthod,pour vous mettre des poisons dans la terre est donc une liberté fondamentale !
C'est un dévoiement inepte du mot liberté auquel les occidentaux gavés et hyper nantis comme vous nous ont hélas habitués !

jms | 19 juin 2014 à 08h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Le jardinier qui cultive son jardin ouvrier il ne vous fait absorber aucun pesticide et je ne vois pas en quoi il est fondé de lui interdire l'utilisation de produits ayant obtenu une autorisation de mise en marché. S'il est privé de ce droit, demain il n'aura plus les moyens de manger des légumes. En général ce n'est pas les riches qui cultivent les jardins ouvriers."

C'est complétement absurde, le but d'un jardinier amateur est de produire sans tous ces produits chimiques pour avoir une nourriture saine et aujourd'hui on peut se permettre de cultiver sans produits, pour chaque maladie, parasite ou développement d'adventices, il existe au moins une solution naturelle et qui revient à moindre cout. A savoir que pour tout les nouveaux jardins ouvriers, l'utilisation de pesticides est interdit.

Ben | 19 juin 2014 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De façon naturelle, en utilisant des techniques issues de la nature, pour vous cela ne signifie rien, puisque vous abordez des sujets que vous ne connaissez pas.
Vous qualifiez les gens d'escroc et vous plaignez d'être insulté, vous devriez plutôt être flatté, c'est la reconnaissance de votre seule compétence ou capacité.

JFK | 19 juin 2014 à 11h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Monsieur Berthod,
vous êtes au moins en retard de 3 guerres !

Premièrement, le jardinier amateur qui utilise pesticides et compagnie empoisonne MON espace avec le sien,
et Deuxièmement, ce même jardinier amateur (aux faibles revenus, dans son jardin ouvrier...) n'a ABSOLUMENT PAS besoin d'utiliser divers produits qui se terminent en "-cide" pour cultiver un jardin potager productif dans le but de se nourrir !

Le "bio" dans sa propre parcelle de jardin, c'est super facile ! Essayez et vous verrez...
Ce n'est pas parce que vous ne comprenez pas, que ça n'existe pas...

Hervé | 19 juin 2014 à 18h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'aborde des sujets qui ont occupé toute ma vie professionnelle.

En revanche celui qui écrit : "Le jardinier qui cultive son jardin avec des produits super toxiques me fait absorber des pesticides (ou alors il vaporise quand y'a pas de vent et loin de chez moi)." n'a guère visité de jardins ouvriers. 1° Les jardins ouvriers sont rarement contigus à des habitations et les modes de pulvérisation sont vraiment très modestes. 2° Les produits ne sont pas super toxiques.

Cette personne ne parle pas de la réalité mais de ses fantasmes.

Laurent Berthod | 19 juin 2014 à 21h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La présence d'une multitude de résidus de pesticides dans l'eau serait donc un fantasme. L'interdiction du Chlordécone, du Lindane, de l'Atrazine après des années d'utilisation massive ne serait que le résultat d'une machination orchestrée par les écologistes. L'accumulation de résidus dans la couche arable, aggravée par la combinaison OGM, herbicide total, semis direct ne serait elle aussi qu'un fantasme. L'impact des pesticides sur la biodiversité n'est selon vous qu'une pure invention.
Les techniques alternatives, les auxiliaires de cultures ou plus largement l'écologie au sens scientifique, l'agronomie, la biologie, la botanique ont moins de valeur quand elles ne génèrent pas de profits colossaux au seul profit des firmes agrochimiques. Du votre peut-être. Mais ne prétendez pas qu'il s'agit d'une escroquerie, tout les résultats démontrent le contraire.

JFK | 20 juin 2014 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

LADOG T1700, véhicule d'entretien multi-outil pour collectivités HANTSCH