En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plan d'action EnR de la France : une part belle aux agrocarburants de 1ère génération

La France vient de transmettre à Bruxelles son Plan d'action national pour les énergies renouvelables d'ici à 2020. Les ONG ont dénoncé l'objectif d'incorporation de 10% d'EnR dans les transports quasi issus des agrocarburants de 1ère génération.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Plan d'action EnR de la France : une part belle aux agrocarburants  de 1ère génération
   
La France a publié le 24 août son Plan d'action national (PAN) 2009-2020 pour les énergies renouvelables (EnR) visant à mettre en œuvre la directive européenne sur les énergies renouvelables de 2009. Le gouvernement français a confirmé l'atteinte de l'objectif 23% d'EnR dans la consommation finale d'énergie brut du pays d'ici à 2020, soit une production globale de 37 Mtep.
Dans le secteur des transports, la directive fixe un objectif spécifique de 10 % d'énergies renouvelables d'ici 2020. Pour l'atteindre, la France mise sur ''une utilisation accrue'' et ''une contribution importante'' d'agrocarburants ainsi que ''la mise en service de véhicules électriques''. L'introduction progressive d'agrocarburants dans les carburants conventionnels sera ''la source principale d'énergie renouvelables jusqu'en 2012''. Les agrocarburants de seconde génération issus de déchets et résidus seront disponibles ''à partir du milieu des années 2010'' tandis que ceux de seconde génération ligno-cellulosiques arriveront sur le marché à partir de 2017, conformément à la directive sur les EnR qui fixe des critères de durabilité sur les agrocarburants. Le plan précise toutefois que ''les biocarburants utilisés resteraient en très grande majorité de première génération'' (biodiesel et le bioethanol).

La France table ainsi sur un objectif de 4.062 ktep d'EnR dans les transports d'ici 2020, dont 2.850 ktep de biodiesel et 650 ktep de bioéthanol/bio-ETBE (éthyl-tertio-butyl-éther). 110 ktep devraient également être issus des véhicules électriques (sur les 402 ktep de l'électricité provenant de sources renouvelables) et 160 ktep des huiles végétales ou du biogaz.

De la durabilité de la 1ère génération d'agrocarburants

Mais les quatre ONG - le Réseau Action Climat (RAC), Greenpeace, les Amis de la Terre et Peuples Solidaires – ont de nouveau dénoncé le 6 septembre dans un communiqué cet objectif de 10% ''atteint presque exclusivement via des agrocarburants de 1ère génération, faisant fi des risques environnementaux, sociaux et alimentaires déjà bien connus''. Selon le Réseau Action Climat (RAC-F), le ministère du développement durable aurait proposé avant l'arbitrage interministériel, de plafonner ''le taux d'incorporation à 7% d'agrocarburants en 2020 (atteint en 2010 par la France, ndlr) en attendant que la 2e génération soit disponible''. Or, le plan propose ''finalement d'aller jusqu'à 10% avec une 2e génération d'agrocarburants très peu développée à partir de 2012. Les intérêts agricoles et industriels ont donc, une fois de plus, eu le dernier mot !'', estiment les ONG.

Pour Diane Vandaele du RAC-F, les données du PAN ''montrent que la quasi-totalité de la production française de colza servira à satisfaire les besoins en biodiesel en 2020 (…) Cela entraînera des importations de pays tiers pour satisfaire la demande alimentaire, avec le risque d'augmenter la déforestation et les émissions de CO2''. Selon le plan, la France devrait en effet importer 400 ktep de biodiesel et 50 ktep de bioethanol en 2020…

Les ONG déplorent également que le plan n'ait pas pris en compte le changement d'affectation des sols indirect (CASI) alors qu'une étude publiée en avril par l'Ademe ''montre que la prise en compte de ce facteur double les émissions de gaz à effet de serre des agrocarburants français vis-à-vis du gasoil ou de l'essence remplacés''. La Commission européenne doit arrêter ''une méthodologie'' sur le CASI ''à la fin de l'année'', a indiqué Jérôme Frignet, chargé de campagne forêt chez Greenpeace, qui doit, selon lui, ''permettre la mise en place d'actions réellement efficaces pour lutter contre la déforestation et (…) nécessairement se traduire par une révision à la baisse de l'objectif agrocarburant français''.

Réactions2 réactions à cet article

 
Booster 2ème et 3ème génération !!

Accélérer en objectifs et dans les faits la mise en oeuvre des agrocarburants de 2ème, voire 3ème génération trop peu développés et incités à ce jour!!! Directives et VERIFICATIOn gouvernementales dans ce sens. Pas d'hypocrisie! Répartir l'allocation des surfaces cultivées dans ce sens. Si on veut, on peut! YA KA imposer les mesures adéquates et donner les moyens ! Pédale douce pour ceux de 1ère génération ! Pas d'agrocarburant au DETRIMENT de l'alimentation !
A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 09 septembre 2010 à 08h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Erreur du gouvernement

C'est incompréhensible. Les agrocarburants de 1ère génération ne permettent généralement pas de faire des gains en C02 rejeté. Il semble qu'une fois de plus, la majorité UMP cède au lobbying de l'agro-industrie.

ric | 09 septembre 2010 à 09h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager