En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plan d'actions à l'export : la ville durable parmi les secteurs "compétitifs"

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a présenté lundi 3 novembre ses priorités d'action pour développer le commerce extérieur en couplant l'offre commerciale française avec les demandes des pays à l'horizon 2022. Il s'agit de miser sur les secteurs pour lesquels "la demande mondiale sera forte et où la France dispose d'un avantage compétitif en matière de qualité de l'offre et de prix", explique le ministère. Quatre grands secteurs, associant biens d'équipements, produits destinés aux consommateurs ou usagers, services ont été retenus : "mieux se nourrir, mieux se soigner, mieux vivre en ville et mieux communiquer". "L'augmentation de 7% de nos parts de marchés dans ces quatre grands secteurs permettrait d'atteindre l'objectif fixé au terme du quinquennat", estime le ministère.

Parmi eux, le secteur "Mieux vivre en ville" regroupe les filières dédiées à la "ville durable" : les écotechnologies - eau, air, déchets, traitement des sites et sols pollués – l'urbanisme, la construction, l'efficacité énergétique et la mobilité urbaine.

Les écotechnologies regroupent à elles-seules plus de 12.000 entreprises et emploient 450.000 salariés en France, souligne le ministère. Pourtant, "l'excellence française reste peu connue au niveau international et l'offre française est trop dispersée", déplore-t-il. Seules 450 éco-PME seraient en effet actives à l'international. La France était en 2010 le 5e exportateur mondial d'éco-produits avec une part de marché en valeur de 5,7%, en baisse continue depuis 2006. D'où l'intérêt de "mieux structurer notre offre pour conquérir davantage de parts de marché à l'international", indique le ministère.

La taille du marché visée est obtenue par le biais des données relatives aux échanges internationaux dans le secteur de la construction, du matériel ferroviaire et des éco-produits. Parmi les pays ciblés figurent la Chine, l'Inde, les Etats-Unis, l'Indonésie, le Vietnam, le Brésil, la Russie, l'Allemagne, la Pologne mais aussi l'Algérie, l'Arabie Saoudite, le Maroc, la Turquie et les Emirats Arabes Unis.

Sur une base encore '' incomplète'' de la taille estimée de ce marché, les importations mondiales en 2017 sont évaluées à 280 Md€ "soit un potentiel d'importations supplémentaires de 48 Md€ par rapport à 2012, sous le double effet de la hausse de la population, surtout urbaine, et de la croissance régulière des prix de l'énergie", table le ministère. "Au-delà de ces estimations, la croissance démographique et le taux d'urbanisation auront une influence déterminante sur les marchés les plus porteurs", selon lui.

Pour parvenir à renforcer la présence française, les Régions, en lien avec les partenaires de l'export (chambres de commerce et d'Industrie, UBIFRANCE…) prépareront pour la fin du 1er trimestre 2013 des plans régionaux d'internationalisation des entreprises "afin de mieux repérer et porter sur les marchés internationaux les entreprises en capacité de le faire", a annoncé le ministère. Il mise également sur l'accompagnement dans la durée via la Banque publique d'investissement de 1.000 PME et Entreprises de taille intermédiaire (ETI) innovantes. 60% des opérations du programme France export 2013, organisé par UBIFRANCE et les chambres de commerce, concerneront notamment les cibles prioritaires.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager