Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Émissions d'ammoniac : un plan d'actions pour supprimer les matériels agricoles émissifs

Agroécologie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Compte tenu de l'importance des émissions d'ammoniac lors de l'épandage des effluents agricoles, le Gouvernement vient de présenter un plan d'actions pour supprimer l'utilisation de matériels émissifs d'ici 2025. En préparation depuis fin novembre 2019 sous l'égide des ministères de l'Agriculture et de l'alimentation, et de la Transition écologique, ce plan contient 10 fiches-action, couvrant quatre axes de travail : recherche et développement, formation ; volet financier ; volet réglementaire ; amélioration des inventaires.

Pour y arriver, le plan prévoit par exemple de financer dans le cadre du plan de relance l'achat de matériel moins émissifs : 135 millions d'euros sont prévus. Les régions sont également appelées à placer en priorité l'enjeu de la qualité de l'air dans leurs programmes régionaux de la PAC. En effet, en France, les régions et l'État se sont répartis les rôles d'autorité de gestion du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) programmé pour 2023-2027.

Le label éco-épandage, existant depuis 2013, sera complété par des critères relatifs à la qualité de l'air.

Sur le plan règlementaire, de nouveaux textes sont attendus pour interdire d'ici 2025 la technique des buses palettes pour l'épandage des effluents liquides qui « arrosent » les champs, et obliger l'incorporation des effluents solides dans un délai post épandage inférieur à 12 heures.

Réactions1 réaction à cet article

 

Vite : une manifestation de gros tracteurs à Paris pour bloquer ces insupportables contraintes environnementales qui vont forcément (puisqu'on vous le dit !) mener à la ruine tout un pan de la profession et, une fois de plus (puisqu'on vous le dit bis !) conduire à importer massivement des mauvais produits alimentaires pour nourrir les ménages français modestes (parole de manifestants FNSEA, encore entendue pas plus tard que la semaine dernière !).

Pégase | 05 avril 2021 à 22h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Diagnostic et amélioration de la qualité de l'air intérieur des bâtiments Pure Green