En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nouveau plan Biodiversité : les gestionnaires d'espaces naturels réaffirment leur place

Les gestionnaires d'espaces naturels protégés veulent être associés à l'élaboration du plan Biodiversité qui sera présenté avant l'été par Nicolas Hulot. Ils réclament plus de reconnaissance de leurs actions et attendent un plan ambitieux.

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le 6 avril dernier, au congrès des réserves naturelles de France en Charente-Maritime, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a appelé tous les acteurs de la protection de la nature à lui faire des propositions pour préparer son grand plan Biodiversité qui sera présenté avant l'été. Un plan qui aura pour objectifs de "lutter contre les pollutions, inverser la tendance contre l'artificialisation des sols et permettre à la nature de gagner du terrain, ou encore protéger les forêts et les océans au niveau mondial", a énuméré M. Hulot. Ce plan va succéder à la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020, dont le bilan à mi-parcours avait montré qu'elle était très loin d'endiguer l'érosion des espèces qui se poursuit.

Des acteurs très impliqués pour la biodiversité, en quête de reconnaissance

Moins de deux semaines après le discours du ministre, le président des Réserves naturelles de France (RNF), Michel Métais, aux côtés des trois autres gestionnaires d'espaces protégés (Conservatoires d'espaces naturels, Parcs naturels régionaux, Rivages de France) appellent M. Hulot à "passer aux actes!". La biodiversité "doit être déclarée cause nationale avec une véritable stratégie pour l'intégrer à toutes les politiques publiques en matière économique, sociale, culturelle ou éducative et être dotée de moyens financiers à la hauteur des enjeux", plaident-ils dans un communiqué commun, le 16 avril.

Ces acteurs rappellent qu'ils sont très impliqués dans les territoires pour la biodiversité. Les Conservatoires d'espaces naturels, les Parcs naturels régionaux et les Réserves naturelles représentent près de 3.500 personnels qui agissent sur le terrain, dans toute la France et couvrent tous les types de milieux naturels. Ils "sont représentatifs de la palette très diversifiée des partenariats en faveur de la biodiversité et la géo diversité, au contact direct des collectivités locales, des filières socio-économiques et des citoyens", soulignent les organismes. Ils regrettent qu'ils ne fassent pas partie du conseil d'administration de l'Agence française pour la biodiversité (AFB) avec qui ils ont signé chacun une convention-cadre de partenariat pour une durée de cinq ans reconductible. L'AFB voit ses crédits "réduits conséquemment" comme ceux de leurs structures, dénoncent-ils. Ils déplorent ne pas être associés, à ce jour, à la rédaction du plan national pour la biodiversité.

Les gestionnaires d'espaces protégés "ont besoin de reconnaissance et de soutiens concrets pour remplir leurs missions de préservation de la nature et des paysages", a indiqué Christophe Lépine, président de la fédération des conservatoires d'espaces naturels, à Actu-Environnement. "Nous poussons un coup de gueule car nous avons l'impression que nos actions sur le terrain n'intéressent pas l'Etat. Nous ne comprenons pas !", ajoute M. Lépine, en demandant plus de moyens financiers.

Une politique gouvernementale "incohérente" avec la protection de la biodiversité

 
Les dispositions prises par le gouvernement vont à l'encontre de la position même du ministre en voulant libéraliser l'urbanisation et permettre la construction sur le littoral.  
Michaël Weber, président de la fédération des parcs naturels régionaux de France
 
Les gestionnaires d'espaces naturels attendent un plan Biodiversité "ambitieux" du gouvernement et de Nicolas Hulot. Or, ils mettent en cause la politique gouvernementale actuelle qu'ils jugent "incohérente" avec la protection de la biodiversité et de l'environnement. "Les dispositions prises par le gouvernement vont à l'encontre de la position même du ministre en voulant libéraliser l'urbanisation et permettre la construction sur le littoral. Il y a une incohérence aujourd'hui entre les discours portés par quelques-uns et les mesures gouvernementales qui sont mises en oeuvre. Le financement de l'AFB est également lui-même ponctionné par l'Etat. Si nous avons une vraie politique de biodiversité menée, nous aurons les moyens en face", explique Michaël Weber, président de la fédération des parcs naturels régionaux de France.

Les gestionnaires dénoncent en effet la publication du décret de décembre 2017 qui autorise les préfets de certains départements à déroger aux normes en matière d'urbanisme et d'environnement. Le projet de loi portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan), actuellement examiné à l'Assemblée nationale, veut également "faciliter la création de logement mais cette belle cause se sert de la dérèglementation pour libéraliser encore plus l'urbanisme commercial et accélérer l'artificialisation". La loi Elan "nous inquiète énormément pour son impact. L'opposabilité avec les chartes des parcs naturels régionaux est également mise à mal dans cette loi", souligne M. Weber. Le Sénat vient aussi d'adopter une proposition de loi relative au développement durable des territoires littoraux." Son objectif : libéraliser l'urbanisme sur le littoral sous couvert d'adaptation aux changements climatiques…", pointent les structures.

"La simplification ne doit pas dissimuler des atteintes à l'environnement. Doit-on rappeler le principe de non-régression inscrit dans la loi sur la biodiversité de 2016 ?", préviennent les gestionnaires d'espaces naturels protégés.

Réactions1 réaction à cet article

 

Incohérence et hypocrisie, les maîtres mots de ce gouvernement ...

HugoSzym | 20 avril 2018 à 12h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager