Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Plan Ecophyto 2 : sa déclinaison en région est lancée

Agroécologie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

La déclinaison du plan Ecophyto 2 dans les régions a débuté officiellement. Le ministère de l'Environnement a transmis ses consignes aux préfets via une instruction. Chaque région a jusqu'au 31 décembre 2016 pour élaborer une feuille de route personnalisée.

En matière de gouvernance, l'action régionale sera coordonnée par la commission agro-écologie (CAE) regroupant tous les acteurs concernés. La CAE sera chargée d'élaborer et d'appliquer la feuille de route. Si les spécificités régionales doivent permettre de prioriser les actions, le ministère a donné ses consignes : viser principalement les entreprises agricoles qui travaillent collectivement pour bénéficier de l'effet "tache d'huile", privilégier les actions efficientes, viser en particulier les herbicides... Objectif ? Diffuser les bonnes pratiques des fermes Dephy pour toucher au niveau national 30.000 exploitations.

Financer dès maintenant les projets

Le ministère de l'Environnement veut aller vite. Il demande aux préfets de région de lancer dès maintenant des appels à projets et appels à propositions de programmes d'accompagnement et d'investissements sans attendre la finalisation de la feuille de route régionale ni l'installation officielle de la commission agro-écologie.

Côté budget, les régions doivent se partager une enveloppe de 30 millions d'euros qui s'ajoute au financement national de 41 millions d'euros géré par l'Onema. Chaque année, elles seront informées du montant indicatif dont elles pourront bénéficier. La répartition est fondée sur la vente des produits phytopharmaceutiques en région. Ainsi, pour 2016, les régions qui percevront le plus seront la Nouvelle Aquitaine avec une enveloppe de 4,81 millions d'euros, Hauts-de-France avec 4,39 millions d'euros et Alsace Champagne-Ardenne Lorraine avec 4,11 millions d'euros. "Ces financements viendront s'ajouter et non se substituer aux financements locaux déjà alloués à la réduction de l'utilisation, des risques et des impacts des produits phytopharmaceutiques, et seront mobilisés en bonne cohérence avec eux pour garantir une action globale efficace", prévient le ministère.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

APIA Manager, un logiciel de management QHSE intégré G2D Développement