En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plan gouvernemental pour le déconfinement : 20 millions d'euros pour la pratique du vélo

Transport  |    |  Rémi Pin  |  Actu-Environnement.com
Plan gouvernemental pour le déconfinement : 20 millions d'euros pour la pratique du vélo

La crainte d'un retour massif à la voiture le 11 mai et d'une hausse de la pollution de l'air, a conduit le Gouvernement à adopter un plan pour faciliter le recours au vélo sur le territoire. « Le déconfinement est le moment d'illustrer que le vélo est un mode de transport à part entière et pas seulement un loisir, a annoncé la ministre Élisabeth Borne. Pour encourager ce mouvement, nous renforçons la sécurité des cyclistes en soutenant le développement des pistes cyclables temporaires et nous incitons le plus grand nombre à utiliser le vélo en prenant en charge des réparations, l'installation de places de stationnement ou encore des formations. »

Un plan de 20 millions d'euros, dans le cadre du programme de certificat d'économie d'énergie « Alvéole », sera déployé en partenariat avec la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB). Il comprend notamment un « coup de pouce réparation vélo » avec une prise en charge exceptionnelle allant jusqu'à 50 euros d'un montant hors taxe pour la remise en état d'un vélo au sein d'un réseau de réparateurs référencés. La liste des réparateurs sera accessible en ligne prochainement.

Les coûts d'installation des places de stationnement temporaires seront pris en charge jusqu'à 60 %, et des formations gratuites « coup de pouce remise en selle » de 1 à 2 heures seront proposées, en petit groupe, aux Français.

Le plan va aussi s'accompagner d'une accélération de la mise en place du forfait mobilités durables, qui permet aux employeurs de prendre en charge, jusqu'à 400 euros, les frais de déplacement de leurs salariés sur le trajet domicile-travail effectué à vélo.

Parallèlement, le développement de pistes cyclables temporaires sera facilité pour des trajets plus sécurisés, grâce à de nouvelles voies de circulation pour les vélos, ou à l'élargissement des pistes cyclables existantes, sans autorisations réglementaires préalables. Le Gouvernement invite enfin les collectivités territoriales, en lien avec les représentants de l'État, à tout mettre en œuvre pour que les cyclistes puissent circuler en sécurité, notamment en maintenant les voies vertes accessibles lorsque les conditions d'ouverture pour les cyclistes y sont remplies. Des instructions ont été transmises aux préfets en ce sens.

Réactions3 réactions à cet article

 

Un "forfait mobilités durables, qui permet aux employeurs de prendre en charge, jusqu'à 400 euros, les frais de déplacement de leurs salariés sur le trajet domicile-travail effectué à vélo"....
"qui permet": je déduis de ce verbe qu'une fois encore s'agissant de la soi-disant promotion de l'usage du vélo, les employeurs seront invités et non obligés. De la pure com' donc qui n'aura quasiment aucun effet concret pour les salariés cyclistes....

adjtUAF | 04 mai 2020 à 09h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Une bonne stratégie mais il est dommage qu'aucune action n'ait été préparée pour les personnes à risques ou possédant un handicap les empêchant de faire du vélo. Le télétravail est une bonne alternative mais celles et ceux qui vont devoir reprendre le chemin du travail avec un problème de santé chronique ou un handicap vont avoir la "peur au ventre" à prendre les transports en commun, connaissant certaines lignes de bus bondées, je suis sceptique quant aux solutions qui seront proposées, sachant que parfois c'est la loi du plus fort pour rentrer dans un bus ou un train, même sans temps de grève ou de pandémie... Restons optimiste mais vigilant.

WinOpinion | 04 mai 2020 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est rétroactif ? Je viens de dépenser 70 euros pour une remise à neuf de mon vélo (pas électrique du tout).
NB: néanmoins, ayant plus de 50 km aller-retour pour le taf, la "solution" vélo en région parisienne reste pour moi l'apanage des bobos CSP+ qui ont les moyens d'habiter au centre...

Albatros | 04 mai 2020 à 12h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager