Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Mobilisation générale pour la qualité de l'air en vallée de l'Arve

Lieu de convergence de diverses pollutions atmosphériques, la vallée de l'Arve se bat depuis près de dix ans pour améliorer la qualité de son air. Des actions que l'État et les collectivités renouvellent aujourd'hui.

Energie  |    |  Nadia Gorbatko
Mobilisation générale pour la qualité de l'air en vallée de l'Arve

En vallée de l'Arve (Haute-Savoie), qui pâtit d'une très mauvaise qualité de l'air, équivalente à celle d'une agglomération, la bataille contre les pollutions atmosphériques continue. Vendredi 13 janvier, lors de la 6e Conférence locale de l'air (CL'Air), elle-même tenue dans le cadre du plan de protection de l'atmosphère (PPA) de la vallée, Yves Le Breton, préfet du département et président de la CL'Air, a ainsi annoncé la prolongation du fonds Air Bois en 2023 et en 2024. Lancée à titre expérimental, en 2013, par l'Ademe, cette aide de 2 000 euros pour le remplacement d'un appareil au bois ancien a largement fait ses preuves, puisqu'elle a déjà permis d'éliminer 5 205 appareils de chauffage non performants, en évitant 132 tonnes de particules fines PM10 et 129 tonnes de particules fines PM2,5.

Mais l'objectif de 6 700 appareils reste à atteindre. En effet, sur ce territoire, le chauffage individuel au bois représente encore 61 % des émissions de PM10, et jusqu'à 80 % les jours de grand froid. La limite d'ancienneté des appareils susceptibles d'être changés grâce à cette aide était fixée à 2002, elle passe désormais à 2005.

Les entreprises concernées

Une nouvelle campagne du fonds Air Entreprises a également été décidée. Afin d'aider les sociétés désireuses d'investir en faveur de l'environnement et du climat en réduisant leurs émissions polluantes, l'Ademe et les collectivités locales (communautés de communes, Département et Région) prévoient ainsi de mobiliser 4 millions d'euros (M€) supplémentaires dès cette année, via le PPA. Renouvellement de chaudières ou mise en place de systèmes de filtration : en 2022, les fonds Air Industries et Air Entreprises ont déjà permis de verser 2,5 M€ de subventions à 42 entreprises, pour un montant total de 7,9 M€ d'investissement. En complément, 216 visites d'Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) ont été effectuées depuis 2019, ayant entraîné 19 avis de mise en demeure et 4 sanctions pénales ou administratives.

Frein sur la voiture

La vallée de l'Arve se caractérise par ailleurs par un important flux de déplacements quotidiens, notamment en raison de sa proximité avec l'Italie. Des mesures ont déjà été prises pour en réduire les effets : plus de 12 000 contrôles de vitesse ont été effectués, huit projets de mobilité douce ont été accompagnés (ramassage scolaire, développement de l'usage du vélo, signalétique piétonne...), ainsi que 38 plans de mobilité employeurs. En parallèle, plus de 3 000 automobilistes, entreprises ou collectivités ont bénéficié d'une prime, d'un bonus ou d'une aide à la conversion de leur véhicule.

Un projet de modernisation de la voie ferrée est en réflexion, afin d'augmenter le nombre de trains en circulation. Il s'accompagnera bientôt d'un plan de développement du covoiturage, élaboré sous l'égide de l'agence Écomobilité, après une formation des élus et des concertations avec les habitants de chaque communauté de communes. Des expérimentations seront menées sur le terrain, afin de tester certaines des solutions proposées.

Des citoyens aux manettes

Les habitants sont également très impliqués. Le réseau Atmo s'est par exemple associé aux cinq communautés de communes de la vallée pour y déployer une captothèque. Tous les mois, 30 microcapteurs de mesure des particules fines sont prêtés, sur ces territoires. Depuis janvier 2022 et pour dix mois, les ménages ont pu en emprunter un pour quinze jours, afin d'évaluer l'air qu'ils respirent. En juin dernier, 170 l'avaient testé. Dans le cadre de l'appel à projets « Mission air », huit initiatives citoyennes ont aussi été subventionnées depuis 2020 par le ministère de la Transition écologique pour la réalisation d'un guide d'achat d'un véhicule écoresponsable pour les transports publics, la création d'une installation de réemploi des déchets du BTP sous forme de matériauthèque, l'achat de broyeurs de végétaux afin de limiter le brûlage des déchets et leur transport…

Une suite prévue

Tous ces efforts ont d'ores et déjà porté leurs fruits. Piloté par l'État, en partenariat avec les collectivités locales, et concentré sur trois grandes sources de pollution (le résidentiel, les transports et l‘industrie), le PPA de la vallée de l'Arve a ainsi permis de réduire les émissions d'oxydes d'azote de 38 % entre 2012 et 2020, outre celles des PM10 (- 37 %) et PM2,5 (- 38 %). Ces actions pourront sans doute se poursuivre grâce au prolongement de ce plan, en cours d'étude au sein de la préfecture. Mais la lutte pour une meilleure qualité de l'air pourra encore aller plus loin. Lors d'une réunion publique organisée en octobre dernier, à Passy, les habitants du territoire ont en effet fait remonter d'autres requêtes : le développement du ferroutage, l'instauration d'une zone à faibles émissions (ZFE) ou la limitation de la vitesse à 110 km/h, toute l'année, sur l'A40. La gestion des déchets devra par ailleurs être améliorée.

Réactions1 réaction à cet article

 

Effrayant de voir cet endroit victime de tant de pollutions, auparavant très industrielles. Le chauffage au bois est devenu une pollution, auparavant il était naturel. Je l'utilise au minimum, avec un poêle aux normes, il est de fait que cela chauffe fort. Mais il y a les particules fines qui entrent dans les voies respiratoires.
Il vaudrait donc mieux l'éviter, mais quand on a son propre bois l'aspect financier joue aussi.

28plouki | 18 janvier 2023 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

DéserbVert : désherbant biocontrôle composé d'un acide naturel issu du bois Selvert
Votre conseil en droit de la Santé et de l’Environnement Huglo Lepage Avocats