En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Gouvernement table sur trente milliards d'euros pour mettre en œuvre la transition écologique

Le plan de relance national va consacrer près d'un tiers de ses fonds à l'écologie, un investissement qui se veut sans précédent mais dont les contenus restent à préciser.

Gouvernance  |    |  Agnès Sinaï  |  Actu-Environnement.com
Le Gouvernement table sur trente milliards d'euros pour mettre en œuvre la transition écologique

Trente milliards d'euros devraient être investis dans la transition écologique dans le cadre du plan de relance national, a déclaré le ministre de l'économie Bruno Le Maire dans Le Journal du dimanche ce week end : « Avec (la ministre de la Transition écologique) Barbara Pompili, nous proposons de consacrer 30 milliards d'euros aux investissements dans la transition écologique, sur les 100 milliards prévus ».

Ce plan de relance de 100 milliards (Mds€) d'euros qui sera présenté le 24 août en Conseil des ministres, sera abondé en partie par le plan de relance européen, dont 40 milliards d'euros pour la France. Si la France présente un plan satisfaisant aux instances européennes, elle pourra bénéficier de 13 Mds€ de subventions par an, en moyenne, de 2021 à 2023, soit 13 % du plan de relance de 100 Mds annoncé par le gouvernement conduit par Jean Castex.

Lors de sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale le 15 juillet dernier, le Premier ministre affirmait « croire en la croissance écologique, pas à la décroissance verte ». Il promettait alors de mobiliser vingt milliards d'euros, soit un cinquième du plan de 100 milliards, pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire les émissions des transports et des industries, produire une alimentation plus locale et durable, soutenir « les technologies vertes de demain »,comme les batteries, ou encore « mieux recycler et moins gaspiller ».

Dans une tribune intitulée « Tous écologistes ! » parue dans Ouest France le 27 juillet, Jean Castex estime que l'écologie est « une priorité » qui a été « retardée par les tenants d'une écologie punitive et décroissante, d'une écologie moralisatrice voire sectaire ».

Implication des territoires

Pour autant, le Premier ministre se dit « convaincu de l'urgence de ce combat » et table sur les acteurs des territoires et le local pour relayer « ce plan de relance sans précédent (qui) créera les conditions d'une croissance écologique, mais aussi des emplois qualifiés dès aujourd'hui et pour les jeunes qui entreront prochainement sur le marché du travail. L'action de la Convention citoyenne pour le climat, dont j'ai notamment reçu des représentants, sera prolongée par des mesures concrètes et ambitieuses ».

 
L'écologie est une priorité qui a été retardée par les tenants d'une écologie punitive et décroissante, d'une écologie moralisatrice voire sectaire.  
Jean Castex
 
Dans un entretien accordé au Monde le 27 juillet, la nouvelle ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, confirme les orientations impulsées par la Convention citoyenne pour le climat sur le volet artificialisation des sols : « Dans le cadre du plan de relance, nous allons créer un fonds de plusieurs centaines de millions d'euros pour réhabiliter des centaines d'hectares de friches industrielles, pour organiser une sorte de "recyclage urbain". Cela permettra aux industriels et aux commerces, notamment, de s'y installer et cela changera la donne pour les villes qui se vident par le centre. »

Dans le cadre du débat d'orientation des finances publiques, jeudi 23 juillet à l'Assemblée nationale, l'écologie voit d'ores et déjà son budget augmenter de 550 millions, auquel « s'ajoutera une enveloppe majeure du plan de relance », a précisé Olivier Dussopt, ministre délégué aux comptes publics.

Depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement a mobilisé trois projets de loi de finances rectificative. Quarante-cinq milliards d'euros sont dégagés pour relancer les secteurs les plus touchés par la crise, dont 8 milliards pour le soutien du secteur automobile et 15 milliards pour le secteur aéronautique. Et 490 millions d'euros iront au verdissement de l'industrie et à accompagnement des relocalisations industrielles.

Réactions3 réactions à cet article

 

« croire en la croissance écologique, pas à la décroissance verte »
pour la rénovation thermique des bâtiments = moins de consommation d'énergie
pour réduire les émissions des transports et des industries = moins de consommation d'énergie (fossile ?)
« mieux recycler et moins gaspiller » = moins de consommation.

Quelqu'un pourrait expliquer à cette personne que c'est justement ça la "décroissance verte"...
Et le pompon : "L'écologie a été retardée par ... les écologistes"
Mais certainement pas par le lobbying et le chantage à l'emploi qu'auraient pu mettre en oeuvre Total/Areva/EDF (pour l'énergie), Auchan/Casino/Cora/Altarea... (pour la consommation de masse de tout et surtout de n'importe quoi), des constructeurs automobiles, des Vinci/Bouygues/Eiffage ... non non non, ce sont les écologistes qui, par leur grande puissance financière (??) ou leur immense place prise en politique (:-D) qui sont responsable du retard pris...

J'ai pour habitude de laisser un joker à toute nouvelle tête politicienne. Et bien là, même si ce n'est que la confirmation attendue, ça y est, je sais à quoi m'en tenir avec ce monsieur...

Tombour | 28 juillet 2020 à 14h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

30 milliards pour la rénovation énergétique et 15 milliards pour le secteur aéronautique... Bref.

Tombour | 28 juillet 2020 à 15h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les politiciens étiquetés "écologistes" n'aident vraiment pas la gestion des dossiers environnementaux.
A part "convertir" les employés de l'aéronautique et de l'automobile en sarcleurs de fraises "bio" dans une nouvelle révolution culturelle, leur projet politique est du genre flou...

Albatros | 29 juillet 2020 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager