Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plan de relance : une instruction relative aux mesures dédiées à la transition écologique

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Fixer les lignes directrices pour mettre en œuvre les actions du plan de relance pilotées par le ministère de la Transition écologique. Tel est l'objet de l'instruction que Barbara Pompili et ses ministres délégués ont adressé aux préfets le 8 janvier. Cette circulaire donne des précisions sur les mesures que ces derniers doivent mettre en œuvre directement, sur celles qui sont territorialisées, et sur la promotion des mesures mises en œuvre à l'échelon national.

Pour cela, l'instruction précise les modalités de contractualisation avec les collectivités territoriales, de mobilisation de l'Ademe à l'échelon territorial, ainsi que les circuits budgétaires et comptables. Chaque mesure fait l'objet d'une fiche précisant le montant de l'enveloppe prévue par le plan, ses bénéficiaires, les modalités de mise en place et son suivi.

L'instruction fait un focus sur des points d'attention sectoriels : rénovation énergétique, réhabilitation de friches, gestion de l'eau et des aires protégées, verdissement du parc automobile, mobilités, économie circulaire, efficacité énergétique, décarbonation de l'industrie, stratégie hydrogène, renforcement des réseaux électriques, filière nucléaire, et prévention des risques en outre-mer.

Le plan de relance avait été dévoilé le 3 septembre par le Premier ministre, qui avait annoncé 30 milliards d'euros pour la transition écologique. Le chef du Gouvernement avait déjà adressé en octobre une circulaire aux préfets fixant le cadre général pour la mise en œuvre de ce plan.

Réactions1 réaction à cet article

 

Manifestement, à la lecture e cet article, la préservation de la biodiversité ne fait pas partie des points d'attention sectoriels de cette instruction de la ministre aux préfets. Est-ce révélateur d'un manque criant d'appropriation des enjeux au sein même du ministère qui est sensé les connaître sur le bout des doigts et impulser une énergique stratégie de reconquête ?
Comment expliquer que la ministre, qui dispose pourtant de réelles connaissances sur le sujet, "oublie" ainsi que la biodiversité est un axe aussi important que le climat ?
Tout cela sent très fort la reprise en mode "business as usual", ce qui revient à prendre un billet retour vers la case départ et repartir pour un tour sans tirer les leçons qui s'imposent de la crise.

Pégase | 28 janvier 2021 à 20h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager