En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le gouvernement lance un plan d'action pour améliorer l'assainissement en France

Le ministre de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement Durable, Jean-Louis Borloo lance un plan d'action sur l'eau afin d'encourager les collectivités à réaliser les travaux de mise aux normes de leurs stations d'épuration.

Eau  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
   
Le gouvernement lance un plan d'action pour améliorer l'assainissement en France
   
La France compte aujourd'hui 13.300 stations d'épuration pour une capacité totale de 70 millions équivalents-habitants (EH). Les 1.000 plus grosses représentent à elles seules 50 millions d'équivalents habitants. Mais selon un examen précis des stations d'épuration, bassin par bassin, réalisé avec les directeurs des agences de l'eau, parmi ces mille grandes stations, 146 ne sont toujours pas conformes à la réglementation actuelle, ce qui représente 36 millions d'équivalents-habitants soit la moitié de la population française.
La directive européenne n°91/271/CEE du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux résiduaires urbaines (ERU) impose des obligations en terme de collecte et de traitement des eaux usées et notamment un traitement plus rigoureux du phosphore et de l'azote. Elle oblige aussi chaque État membre de la communauté européenne à délimiter des zones sensibles, autrement dit des parties de son territoire eutrophes ou qui présentent un risque d'eutrophisation.
Selon cette directive, transposée en droit français par la loi sur l'eau du 3 janvier 1992 et le décret du 3 juin 1994, les agglomérations de plus de 10.000 EH situées en zones sensibles devaient satisfaire la Directive Eaux Résiduaires Urbaines (ERU) fin 1998, celles de plus de 15.000 EH, hors zones sensibles, fin 2000 et celles de plus de 2.000 EH avant fin 2005. Or il semblerait que toutes les collectivités n'aient pas fait les aménagements nécessaires pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires. En nombre de stations, deux bassins sont plus particulièrement concernés par ces retards : ceux de Seine-Normandie avec 56 stations, et de Rhône-Méditerranée et Corse avec 45 stations dont 21 sur le littoral méditerranéen.
Même si d'ici la fin de l'année, 48 stations supplémentaires seront conformes et une trentaine auront peu ou prou démarré leurs travaux début 2008, cela nous laisse encore 68 stations qui n'ont pas dépassé le stade des études, soit 16 millions d'habitants concernés, a déploré Jean-Louis Borloo Ministre d'État, Ministre de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables (MEDAD) à l'occasion de l'inauguration de la station d'épuration de Biganos dans le bassin d'Arcachon. Le ministre a alors lancé un appel solennel pour gagner définitivement la bataille de l'eau en France avec la mise en place d'un plan d'action.

Ce plan ciblera très précisément les 98 stations d'épuration non conformes en fin d'année 2007. Il débutera par la mise en demeure de toutes ces collectivités, en leur demandant la réalisation d'un planning d'investissement et des études de faisabilité dans un délai d'un an. Le plan prévoit également la mise à disposition des collectivités moyennes qui auront des difficultés liées à l'augmentation du prix de l'eau, d'une enveloppe supplémentaire de 2 milliards d'euros sous forme de prêts bonifiés avec l'aide de la Caisse des Dépôts. En cas de non-respect de ces prérogatives, les communes verront les subventions des agences de l'eau réduites de moitié et les subventions de fonctionnement arrêtées et consignées.
Par ailleurs, le ministre a demandé que soit mis en place un suivi hebdomadaire des six agences de l'eau, afin qu'aucune collectivité ne puisse laisser de côté la question du traitement de ses rejets d'eaux usées. La publication sur Internet de la carte de la conformité de l'ensemble des agglomérations françaises est prévue avant la fin du mois.

Grâce à ce plan, le MEDAD entend atteindre un objectif de rejets «zéro défaut» d'ici 2012. Rappelons que le non-respect de la directive sur le traitement des eaux résiduaires urbaines présente un risque financier très élevé pour la France. Le 23 septembre 2004, la France a fait l'objet d'un premier arrêt de la Cour Européenne de justice pour cause d'absence d'identification de zones sensibles dans les bassins de Seine-Normandie, Artois-Picardie, Loire-Bretagne et Rhône-Méditerranée et Corse et d'absence de traitement plus rigoureux des rejets d'eaux pour près d'une centaine d'agglomérations, auxquelles s'ajoutent celles de plus de 10.000 EH et situées dans les zones sensibles. Ce contentieux, pour lequel une nouvelle mise en demeure est intervenue en décembre 2005, fait encourir à la France une sanction pécuniaire actuellement estimée à plusieurs centaines de millions d'euros.

Réactions6 réactions à cet article

 
et si on agissait en amont

ça coûterait moins cher au contribuable, à la santé publique , aux modes de traitement des eaux d'agir en amont en limitant tous les polluants mais ça ne profiterait pas à tous ceux qui les produisent....

candide | 20 septembre 2007 à 08h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le retard Francais

Il est incroyable de voir notre pays être, sur un sujet aussi
essentiel à nouveaux le mauvais élève de l'Europe . Pourtant le comportement des Français prouve qu'il sont très sensible à la question de la qualité de l'eau : L'explosion de la vente d'eau en bouteille notamment .
Pourquoi nos politiques, qui sont normalement de plus en plus nombreux à afficher des préoccupations écologiques, ne s'emparent t-ils pas du sujet ? Et pour les plus européens d'entre-eux de montrer le rôle de garde fou que peuvent constituer les institutions européennes ?

Patricemars | 20 septembre 2007 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bel effet d'annonce!! et qui décide d'une step?

Bonjour,
Bel effet d'annonce. Le problème est archi connu, il suffit de lire les rapports des Agences de l'eau, des bilans du ministère de l'environnement etc.
Deux choses:
1) qui traine des pieds pour créer les stations d'épuration (step)?: les élus de tous bords. Donc je trouve un peu gros de vouloir instaurer un suivi hebdomadaire des Agences de l'eau!! Une grosse step ça ne se construit pas en deux mois. A chacun ses responsabilités.
2) Discutez avec des spécialistes des agences: avec l'avancée des connaissances on s'aperçoit que ce qui pose le plus de problème, notamment sur les rivières à gros débit ce n'est pas la pollution organique (suffisamment d'autoépuration) mais la pollution toxique. Donc dans un certain nombre de cas, la mise en conformité à cette loi conduit à un gaspillage de ressources, l'argent serait bien mieux utilisé à de vrais problèmes. Mais dans dix ans on constatera encore qu'on a dix ans de retard!!
Gugu

Gugu | 20 septembre 2007 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et les SPANC dans tout ça!

Que pèse dans ce domaine les Services Publics d'Assainissement Non Collectif ? Toutes les fosses septiques (il y en a combien ?) disséminées qui vont faire l'objet d'une surveillance (par qui ?), tout les rejets sauvages d'eaux grises qui vont être mises aux normes (quand c'est possible), qu'il vaudrait mieux collecter pour pouvoir maîtriser plus efficacement la qualité d'épuration et la surveillance, sans oublier toutes les industries qui rejettent inpunément n'importe où leurs éffluents pas toujours inoffensifs , sans oublier toutes les décharges qui ont été recouvertes, qui alimentent par leurs jus les nappes, ruisseaux, rivières et fleuves (cf le Rhône), et tout les réseaux de collecte que les mouvemets techtoniques ont bousculés et qui fuient comme des paniers.
Les trentes glorieuses ont fait de nous des apprentis sorciers. Il va être très difficile de réparer toutes ces erreurs et ,c'est un euphémisme de dire que l'on va "améliorer" l'assainissement alors qu'il faudrait le refaire et surtout l'entretenir.

SPANC | 20 septembre 2007 à 16h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
A bravo

et oui, comme le dit candide, arrêtons de balancer n'importe quoi dans les tuyaux. Arrivé à la step, qu'est ce que l'on en fait. On nous rabache d'être écolo et en même temps, les industries rivalisent des nouveautés désastreuses (lingettes, ... que du jettable !!!). Arrêtons de produire n'importe quoi et le reste suivra.

pierro | 24 septembre 2007 à 21h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
une pierre deux coups

je comprend pas que les stations d'épurations soit encore d'une simple station de traitement de nos eaux sales ? peut on me répondre sérieusement?ne peut elle pas faire autre chose? Si oui quoi ? Si non pourquoi?

wil | 17 novembre 2009 à 16h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…