Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une part minimale de surfaces non imperméabilisées imposée dans certains PLU

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'Assemblée nationale a adopté le 15 avril plusieurs amendements au projet de loi climat qui visent à inciter les collectivités locales à identifier des zones de renaturation dans leurs documents d'urbanisme. Certaines communes auront l'obligation de définir des surfaces minimales non imperméabilisées dans leur plan local d'urbanisme (PLU).

Un premier amendement de la députée Valérie Petit (Agir ensemble – Nord) prévoit que le document d'orientation et d'objectifs du schéma de cohérence territoriale (Scot) pourra identifier des zones préférentielles pour la transformation de sols artificialisés en sols non artificialisés. Cette disposition permet de « faciliter et flécher la compensation afin de développer un maximum de projets de renaturation sur les territoires », a expliqué la députée.

Un deuxième amendement, déposé par la députée LReM Émilie Chalas (Isère), impose une part minimale de surfaces non imperméabilisées ou éco-aménageables dans certains PLU. Cette obligation concerne les communes appartenant à une zone d'urbanisation continue de plus de 50 000 habitants et celles de plus de 15 000 habitants en forte croissance démographique. « L'ambition est soit de protéger des espaces en pleine terre déjà existants, soit de désartificialiser des centres urbains qui sont beaucoup trop denses », a expliqué la députée. Reste à préciser l'articulation de ces dispositions avec les mesures prises par ailleurs par le Gouvernement pour densifier les agglomérations.

Réactions1 réaction à cet article

 

Ces amendements sont loin d'être suffisants. Actuellement beaucoup trop de cours, d'entrées de garages, de pars de stationnements, sont imperméabilisés (béton, bitume, etc...) il est nécessaire d'instaurer un pourcentage maximal sans imperméabilisation totale et de soumettre les projets à autorisation municipal ou du service instructeur communautaire.

BJ50320 | 26 avril 2021 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

MithraSIG, logiciel de cartographie acoustique en environnement extérieur CSTB