Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les plantes qui dépolluent nos intérieurs

Au-delà de l'aspect esthétique, posséder certaines plantes permettrait de limiter la pollution chez soi ou au bureau. Des études sur la bioépuration de l'air intérieur sont actuellement menées en France à travers le programme ''Phyt'air''.

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
La population passe 80 à 90% de son temps à l'intérieur de bâtiments. Sur les 20 m3 d'air que l'homme respire en moyenne par jour, 16 m3 proviennent de l'intérieur d'espace clos. Or l'environnement intérieur (domicile, lieu de travail…) offre une grande diversité de situations d'exposition à de nombreux agents physiques et contaminants chimiques ou microbiologiques liés aux bâtiments, aux équipements, à l'environnement extérieur immédiat et au comportement des occupants. Ainsi, produits de construction et de décoration, d'ameublement, d'entretien, de bricolage, équipements de chauffage et de production d'eau chaude, présence humaine et activités liées aux besoins essentiels (cuisine, hygiène, lavage) ou autres (tabagisme, utilisation de bougies, d'encens, cosmétiques, présence de plantes et d'animaux domestiques), air extérieur…sont autant de sources et vecteurs des pollutions observés à l'intérieur des locaux.

Parmi les 11 polluants de l'air intérieur pour lesquels l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET) a proposé des valeurs guides en septembre 2007, on recense le formaldéhyde, les composés organiques volatils (COV) - le benzène, le trichloréthylène, le tétrachloroéthylène - le monoxyde de carbone, les particules de diamètre inférieur à 10 micromètres (PM10), le naphtalène, le phtalate de di(2-éthylhexyle) (DEHP), le dioxyde d'azote, l'acétaldéhyde et l'ammoniac.
Les effets sur la santé sont nombreux et variés allant de la simple irritation des muqueuses jusqu'à toucher le système respiratoire ou gastro-intestinal.

L'aération constitue l'une des meilleures façons de diminuer les concentrations de polluants, mais cultiver certaines plantes chez soi ou au bureau semble une solution supplémentaire.

Dans les années 80, préoccupés par le problème de la régénération de l'air dans les stations orbitales, les chercheurs de la Nasa aux Etats-Unis, à l'initiative du professeur Wolverton, s'étaient déjà intéressés aux qualités de dépollution de l'air par les plantes. Depuis 5 ans, des scientifiques venant notamment d'Australie, d'Allemagne, ou d'Angleterre mettent également en évidence les propriétés épuratrices des plantes.

En France, l'association ''Plant'airpur'', créée en 2000 par la paysagiste d'intérieur Geneviève Chaudet, pilote actuellement le programme national de recherche ''Phyt'air'' mené en collaboration avec le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et la Faculté de Pharmacie de Lille. L'objectif de ce programme est de mettre en évidence les propriétés épuratrices des plantes en pot vis-à-vis de très nombreuses substances polluantes, comme par exemple, le formaldéhyde (polluant majeur de l'air d'intérieur). Le principe de la dépollution repose sur l'échange gazeux. Les polluants de l'air sont absorbés par les feuilles et la plante émet parallèlement de la vapeur d'eau par le processus nommé transpiration et améliore ainsi le taux d'humidité dans la maison et le taux d'oxygène. Phyt'air est cofinancé par les délégations régionales Nord/Pas-de-Calais et Pays de la Loire de l'ADEME et les régions Nord-Pas-de-Calais et Pays de la Loire.

Aussi, chaque plante a ses propres particularités. On peut ainsi la placer à des endroits précis en fonction du type de pollution qu'il peut y avoir dans une pièce.

La Gerbera sera par exemple adaptée à la cuisine pour lutter contre la pollution engendrée par les produits d'entretien. La sansevieria élimine quant à elle la fumée de tabac. D'autres plantes s'avèrent être également des championnes de la dépollution. Telles que le chlorophytum qui supprime le monoxyde de carbone et le formaldéhyde, qui émane des mousses d'isolation, la colle à moquette, etc. Le formaldéhyde peut être aussi neutralisé par le ficus. De son côté, l'azalée absorbe l'ammoniac que l'on retrouve dans les dégraissants et dans certains produits de nettoyage des sols. Le chrysanthème est aussi un bon dépolluant de trichloréthylène, substance utilisée dans les peintures et les solvants. Le lierre est la meilleure plante pour éliminer le benzène qui est un solvant présent dans les peintures, encres, matières plastiques ou détergents.

Les plantes peuvent être installées dans toutes les pièces y compris les chambres car celles-ci produisent de l'oxygène en quantité beaucoup plus importante que le gaz carbonique rejeté la nuit, explique l'association Plant'airpur.

Aux côtés du programme Phyt'air, le projet ''Plants for People'' est une initiative internationale déployée en Hollande, en Allemagne et en Grande-Bretagne qui vise également à diffuser des informations sur les bénéfices apportés par les plantes notamment dans l'environnement du travail.

Réactions5 réactions à cet article

 
Pollution et plantes d'intérieur

OK pour ces 2 solutions de bon sens et peu coûteuses : ventiler les maisons et mettre des plantes dans les pièces de la maison.

GUIBERT | 13 janvier 2008 à 07h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Excellent article ! ....

Très bon article ! ... je viens d'ailleurs moi-même de m'équiper d'un BioFiltre: un appareil dans lequel on fait pousser des plantes dépolluantes, et qui permet à ces dernières de dépolluer davantage grâce à l'aération de leurs racines.
C'est la société VGBOX; vérifiez sur google, ils sont faciles à trouver !

Cedric | 23 septembre 2008 à 16h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
oui mais....

ok pour certaines plantes dépolluantes...mais attention au ficus notamment le ficus benjamina (le plus courant)...il fait parti de la famille du lates, et peut être très allergisant pour des personnes sensibilisés au latex et pour celles qui ont des allergies alimentaires croisées.

de plus, faire attention à la terre des plantes, pouvant être source de moisissures et développement d'asthme allergique.

attention également au nombre de plantes, qui apporteraient trop d"humidité (tx d'humidité de confort=50%) et donc apparition de moisissures!!

donc, ok pour les plantes dépolluantes, mais en petite quantité, en évitant le ficus, en surveillant la qualité de la terre...et évitez les plantes dans les chambres!!

Fab

fab | 27 novembre 2008 à 17h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le bien-être grâce aux plantes dépolluantes:

je trouve qu'il est très important d'avoir des plantes chez soi, de plus si elles permettent de dépolluer ma maison c'est géniale. J'ai trouvé un super site www.bioxygene.com qui traite bien du sujet et qui a beaucoup de choix

pénélope | 30 janvier 2009 à 16h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne suis pas d'accord avec Fab.
Les moisissures ne sont que symptômes d'un mauvais traitement (entretien) des plantes et n'affectent en rien la santé humaine (a moins que vous la mangiez).

De plus le latex des "plantes à latex" (qui ne sont en aucun cas de la même famille: MORACEES, ARACEES, EUPHORBIACEES en revanche sont des familles dont certaines plantes contiennent du latex) n'est dangereux/allergènes que si il y a contact avec les muqueuses, ou à plus grande echelle avec la peau.

Allez sur des sites professionnels au lieu de sites commerciaux pour plus d'information

Arganeus | 24 juillet 2012 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager