En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le déficit en eau s'est accru durant le mois de décembre

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Dans son Bulletin de situation hydrologique mensuelle édité le 14 janvier, le ministère de l'Écologie du Développement et de l'Aménagement durables indique que la pluviométrie du mois de décembre a été inférieure à la normale sur la majeure partie de la France.

Quatre mois après le début de l'année hydrologique, le déficit des précipitations est supérieur à 25% de la normale sur une grande partie du territoire (notamment sur la côte atlantique et la rive gauche de la Loire), à l'exception de la Normandie, de la Franche-Comté et de l'est de la Corse. Le déficit est supérieur à 50% sur la façade atlantique et le pourtour méditerranéen, précise le ministère. L'est de la Corse seule a une pluviométrie très supérieure à la normale, indique-t-il.

Depuis le mois de septembre, le cumul de pluviométrie efficace qui sert notamment à recharger les nappes aquifères, est déficitaire sur la quasi-totalité du territoire métropolitain avec des déficits particulièrement marqués sur la Provence, les Alpes du sud et les côtes languedociennes et atlantiques. Les sols sont moins humides qu'en année moyenne presque partout et plutôt secs de la côte atlantique au Roussillon et sur la Provence, observe le Bulletin. Les débits des rivières sont faibles au sud de la Loire, à l'exception des rivières d'Auvergne. Le remplissage des barrages et réservoirs demeure très disparate.

Concernant les nappes, les régions Nord et Est du territoire (Haute-Normandie, Nord-Pas-deCalais, Champagne-Ardenne, Lorraine, Alsace), ont bénéficié de conditions estivales ''exceptionnellement'' humides (avec génération de pluies efficaces) et affichent un état de remplissage satisfaisant voire, encore, nettement supérieures à la normale. En revanche, partout ailleurs, les niveaux des nappes sont inférieurs à la moyenne pour cette période de l'année voire très inférieurs comme dans la basse vallée du Rhône et le pourtour méditerranéen. Le Ministère souligne également que certaines nappes, fortement capacitives, poursuivent une baisse amorcée il y a plusieurs années et cite la nappe de Beauce, la nappe de Champigny, la nappe de la plaine de Valence, les nappes de l'Est Lyonnais.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager