En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Pnue fait un état des lieux de la vulnérabilité des ressources en eau de l'Afrique

Eau  |    |  Actu-Environnement.com

A l'occasion de la Semaine mondiale de l'eau, le Programme des Nations unies pour l'environnement vient de publier l'Atlas de l'eau en Afrique. Un document d'autant plus important que la corne de l'Afrique est en état grave de famine depuis plusieurs semaines.

Riche de 224 cartes, 104 images satellites, 500 graphiques et nombreuses photographies, le rapport du Pnue effectue un état des lieux complet des réserves en eau et de leur utilisation dans les 54 pays du continent. L'objectif : améliorer la gestion de l'eau sur le territoire, deuxième continent le plus sec après l'Océanie.

Les recherches montrent que la quantité d'eau disponible par personne en Afrique diminue. Elle est aussi très mal répartie. L'Afrique abrite 15 % de la population mondiale, ne dispose que de 9 % des ressources en eau renouvelables. Or, selon les chiffres de l'Institut national des études démographiques (Ined), en 2050 un quart de la population mondiale sera africaine.

L'Atlas met en avant les défis liés à l'eau en Afrique : à l'heure actuelle seuls 26 des 54 pays du continent sont sur la bonne voie pour atteindre l'un des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), visant à réduire de moitié la proportion de la population mondiale n'ayant pas durablement un accès à l'eau potable (dans de nombreux pays d'Afrique, moins de 65 % de la population a accès à l'eau potable).

L'Atlas propose aussi de nouvelles solutions et des exemples de réussites sur le continent africain comme la conservation des eaux de pluie qui améliore la sécurité alimentaire dans les régions sujettes à la sécheresse.

Commandité par le Conseil des ministres africains sur l'eau, l'Atlas illustre comment les défis de la rareté de l'eau en Afrique sont aggravés par la forte croissance démographique, les impacts de la situation socio-économique et du changement climatique et, dans certains cas, par les choix politiques.

En plus des changements déjà bien connus tels que l'assèchement du lac Tchad, le déclin du lac Faguibine dans le bassin du fleuve du Niger ou la diminution du niveau de l'eau dans le lac Victoria, le Pnue répertorie des défis environnementaux moins connus tels que : l'érosion et l'enfoncement du Delta du Nil, l'écoulement de surface en provenance de la région d'Entebbe en Ouganda, ou encore les déversements d'hydrocarbures dans le bassin du fleuve du Niger.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager