En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Pnue appelle à investir 198 millliards de dollars dans le secteur de l'eau pour limiter la pénurie

Eau  |    |  Lauriane Rialhe  |  Actu-Environnement.com

A l'occasion de la Semaine mondiale de l'eau qui se déroule à Stockholm, le Pnue a publié hier une nouvelle étude dans laquelle il affirme qu'investir 0,16 % du PIB mondial dans le secteur de l'eau permettrait de limiter la pénurie d'eau et de réduire de moitié, en moins de quatre ans, le nombre de personnes privées d'un accès durable à l'eau potable et à un réseau d'assainissement élémentaire.

Le rapport cite plusieurs exemples d'investissements verts dans le secteur de l'eau. Parmi eux, celui de la Corée du Sud qui a investi, en 2009, 17,3 milliards de dollars dans le projet de restauration de ses quatre principaux fleuves, avec pour objectif de sécuriser les ressources en eau afin d'éviter les pénuries, mettre en oeuvre des mesures de maîtrise des crues, améliorer la qualité de l'eau tout en restaurant les écosystèmes des bassins fluviaux et développer les régions locales ainsi que l'espace culturel et de loisirs autour des grands fleuves. D'après les estimations, ce projet devrait créer 340.000 emplois et générer 31,1 milliards de dollars de retombées économiques.

A l'inverse, d'après le rapport, le Cambodge, les Philippines et le Viet Nam perdent chaque année un montant estimé à 9 milliards, soit 2 % de leur PIB combiné, en raison de problèmes causés par un mauvais assainissement de l'eau.

"Le rapport sur l'économie verte montre combien l'accroissement de l'investissement dans les écosystèmes liés à l'eau, les infrastructures hydriques et la gestion de l'eau, couplé à une politique efficace, peut renforcer la sécurité des ressources en eau et la sécurité alimentaire, améliorer la santé et promouvoir la croissance économique", a déclaré Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations unies et Directeur exécutif du PNUE.

Selon les estimations du Pnue, si l'on n'améliore pas l'efficacité de l'utilisation de l'eau, la demande devrait dépasser l'offre de près de 40 % dès 2030. Or, selon le scénario d'investissement annuel de 198 milliards de dollars, la consommation mondiale d'eau pourrait être maintenue dans des limites durables et l'objectif du Millénaire pour le développement visant à réduire de moitié le pourcentage de la population n'ayant pas un accès durable à l'eau potable et à des services d'assainissement de base, pourrait être atteint d'ici 2015.

Aussi, ce scénario permettrait de réduire de 4 % le nombre de personnes vivant dans des régions soumises au stress hydrique et de réduire ce même nombre de 7 % à l'horizon 2050, souligne le rapport.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager