Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Photovoltaïque : le risque de black-out minimisé par les professionnels du secteur

Le photovoltaïque n'est pas assez développé en France pour menacer la stabilité du réseau électrique, ont assuré les professionnels du secteur après que la présidente d'ERdF a fait part de son inquiétude sur ce point mardi 22 juin.

Energie  |    |  Victor Roux-Goeken  |  Actu-Environnement.com
   
Photovoltaïque : le risque de black-out minimisé par les professionnels du secteur
© photlook
   
L'essor de la production d'énergie solaire photovoltaïque fait courir des risques de coupures d'électricité au niveau local si la production dépasse la demande, a déclaré Michellele Bellon mardi 22 juin à l'AFP. Selon la présidente d'ERdF, gestionnaire du réseau de distribution d'électricité, ''à fin 2013, nous devrions avoir plus de 50.000 producteurs décentralisés sur le réseau. (…). Comment va-t-on gérer toute cette production non prévisible, aléatoire ? Ca va être extrêmement complexe''.

Cette déclaration a suscité la protestation des professionnels du solaire. ''Nous invitons [Michelle Bellon] en Allemagne qui a déjà dépassé dans son mix électrique le seuil d'1% d'électricité solaire qu'a retenu le Grenelle de l'environnement pour 2020 en France, écrit Enerplan dans un communiqué du mercredi 23 juin. Si peu d'électricité solaire ne déstabilise pas le réseau électrique allemand''. Pourtant, fin 2009, la puissance installée et connectée en Allemagne s'élevait à 9.785 mégawatts (MW), contre 272 MW en France…

Pour l'association, cette déclaration d'un représentant d'ERdF est symbolique d'une ''peur face au changement après avoir été imprévoyant pour faire face à la politique solaire française depuis 2006''. Une référence aux obstacles administratifs et aux très longs délais de raccordement d'installations photovoltaïques au réseau électrique, depuis simplifiés et raccourcis, au moins sur le papier.

Des évolutions s'imposent à partir d'un seuil de 10%

Pour le Syndicat des énergies renouvelables (Ser) et sa branche photovoltaïque Soler, ''il n'est pas nécessaire d'apporter des modifications majeures à notre réseau tant que la France ne disposera pas d'un parc d'une puissance 100 fois supérieure à celui d'aujourd'hui''. Le syndicat évoque une étude européenne publiée l'an dernier démontrant ''qu'aucun changement majeur n'est nécessaire jusqu'à ce que 10% des consommateurs d'électricité soient équipés d'installations de 5 kilowatts. Il serait nécessaire, en revanche, pour atteindre 20 %, de moderniser le système de gestion du réseau.'' Actuellement, le nombre de producteurs en France métropolitaine représente 0,1% des consommateurs d'électricité… ''Aucun risque de black-out n'est à craindre'', affirme le Ser.

Dans son rapport consacré à l'énergie photovoltaïque publié en juillet 2009, le député Serge Poignant (UMP, Loire-Atlantique) jugeait que ''le photovoltaïque ne bouleversera pas l'équilibre du réseau traditionnel à court ni même à moyen terme'' même si son ''irruption à grande échelle'' commencerait à poser problème quand il représenterait 10% de l'électricité globale. ''L'architecture générale du système [devra] être repensée avant que ne soit atteint le seuil d'un tiers''.

Notes

1 - Rapport sur l’énergie photovoltaïque, Assemblée nationale (juillet 2009)

Réactions4 réactions à cet article

 
Encore le SER

Le SER et ses diverses branches sont payés par ceux qui vendent du solaire ou du vent. Donc, bravo au SER de rebondir sur toute information ou publication pour dire qu'il faut plus de solaire, plus d'éolien pour que ses clients gagent plus de sous. Ce qui est irrecevable, c'est que les publications du SER soient présentées comme des informations. C'est de la pub, point. Encore bravo au SER, si je vendais des éoliennes ou du solaire, sûr que je voterais pour son président, M ANTONELI, c'est un champion de l'intox....

micocharly | 28 juin 2010 à 21h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Toi aussi tu fais de l'intox

SER signifie Syndicat des Énergies Renouvelables. Il s'agit donc d'un syndicat c'est clairement dit donc ta remarque est inutile.
j'aime beaucoup le travail qu'ils font et ils sont infiniment plus sérieux et respectueux de la vérité que des lobbys cachés tels que la FED. La FED par exemple est la grande source d'intox.

Oui à l'éolien, oui au photovoltaïque, non à l'obscurantisme et au conservatisme immodéré.

Gérard | 01 juillet 2010 à 07h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
votre article sur le photovoltaïque

Ajoutons à cela que le PV représente en 2010 : 0,04 % de l'énergie mondiale et que 2 milliards d'humains n'ont ni d'électricité, ni d'eau potable. La solution PV pour le moment reste inefficace et nécessite une très forte dépense énergétique pour produire le silicium, car il ne s'agit pas de "puces" millimétriques mais de m2 à fabriquer. Il faut 4 à 5 ans de fonctionnement pour amortir cette dépense pour une durée de vie estimée à 20 ans.
Il est utile néanmoins de poursuivre les études de cette filière proche de l'électronique, mais pas vanter l'utilisation d'une énergie d'appoint de très faible rendement : 10 à 15 % qui ne fonctionne pas la nuit

REYNE | 01 juillet 2010 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
question de fond ou question d'opinion ?

La question de fond est de savoir si on est pour ou contre, certes... Mais ici cet article se fait simplement l'écho d'un syndicat qui a raison de souligner le ridicule de la Présidente d'eRDF : 50 000 producteurs d'électricité en France vont-il mettre en péril la distribution d'électricité sur notre territoire ? A l'évidence, non !

C'est comme si on s'était alarmé il y a 50 ou 60 ans du marché de l'automobile qui en était seulement au début d'une longue histoire... Et on s'est adapté à la situation.
Les voitures, il n'y a pas plus envahissant et polluant, mais on fait avec... et la question de savoir sur combien de temps on amortit sa fabrication ne se pose pas. Et pourtant... eh bien oui, on s'adapte à ce qui est nécessaire

Roy | 05 juillet 2010 à 19h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Hydrogène : stockez l\'énergie verte produite sur votre territoire VDN GROUP