En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollens : les effets du changement climatique diffèrent selon les espèces

Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), le réseau des associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (Atmo France) et l'Association des pollinariums sentinelles de France (APSF) publient, ce mardi 17 mars, leur rapport de surveillance sur les émissions de pollens et moisissures dans l'air ambiant pour l'année 2019.

Ce suivi confirme l'impact du changement climatique sur la pollinisation : « Le changement climatique se manifeste principalement par une élévation des températures moyennes, un allongement des périodes chaudes et une modification du régime des précipitations. Or, la pollinisation est directement liée à la température et aux précipitations, qui ont un impact sur les dates de floraison et les quantités de pollens émis », concluent les trois organismes.

Mais selon les espèces, les effets sont variables. « Pour les arbres à chatons et la plupart des plantes vivaces, un climat plus chaud entraîne une forte hausse des quantités de pollen émises ». Ainsi, en trente ans, les émissions de pollen du bouleau ont progressé de 21 à 126 grains par mètre cube d'air et par an, selon les zones.

Mais, à l'inverse, les graminées connaissent une diminution des concentrations de pollen dans l'air. Quant à la floraison, des hivers particulièrement doux pourraient la retarder. Enfin, la pollution de l'air pourrait aggraver les phénomènes : « Des teneurs atmosphériques croissantes en gaz carbonique CO2 sont susceptibles d'aggraver la fréquence des allergies au pollen, en augmentant de 50 à plus de 200 % la production de pollen de chaque fleur de certaines graminées, comme la fléole des prés ou de chaque fleur d'ambroisie. Parallèlement est majorée la quantité de particules allergènes à l'intérieur de chaque grain, ce qui rend le pollen plus allergisant », note le rapport de surveillance.

   
Surveillance des pollens et moisissures dans l'air ambiant - 2019
 
   

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager