Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution de l'air : l'astreinte de 10 millions devrait bientôt être infligée à l'État

Transport  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le Gouvernement va-t-il se voir infliger une astreinte historique en matière de pollution de l'air ? C'est la voie vers laquelle le Conseil d'État devrait en toute probabilité se diriger après les conclusions prononcées par le rapporteur public ce lundi 12 juillet.

Saisi par Les Amis de la Terre et 77 autres requérants, le Conseil d‘État avait, le 12 juillet 2017, enjoint au Gouvernement de mettre en œuvre des plans pour réduire les concentrations de dioxyde d'azote (NO2) et de particules fines dans treize zones en France, conformément à ce qu'exige la directive européenne sur la qualité de l'air. Constatant que ce dernier n'avait toujours pas pris les mesures demandées dans huit zones (Grenoble, Lyon, Strasbourg, Reims, Marseille-Aix, Toulouse, Paris et Fort de France), il lui avait demandé, le 10 juillet 2020, d'agir dans un délai de six mois sous peine d'une astreinte de 10 millions d'euros (M€) par semestre de retard.

Après analyse d'un nouveau mémoire adressé en janvier dernier par le ministère de la Transition écologique, le rapporteur public estime que le Gouvernement n'a toujours pas pris les mesures imposées par la dernière décision. Il demande par conséquent au Conseil d'État de prononcer la liquidation de l'astreinte, c'est-à-dire le paiement des 10 M€ par l'État pour le premier semestre de retard. Son produit devrait être partagé entre plusieurs établissements publics et associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (Aasqa) : Ademe, Cerema, Anses, Ineris, Airparif, Atmo Auvergne, Atmo Occitanie et Atmo Sud.

Les Amis de la Terre et Greenpeace France se félicitent dans un communiqué commun « de la fermeté du rapporteur public à l'encontre du Gouvernement » et espèrent que « les juges maintiendront ce montant maximal d'astreinte et suivront les recommandations du rapporteur ». « Il est urgent que l'État prenne rapidement des mesures fortes en agissant sur le trafic routier mais aussi sur l'industrie et le secteur agricole », exhortent les ONG. Le Conseil d'État rendra sa décision d'ici quelques jours. S'il suit le rapporteur, la Haute juridiction réévaluera l'astreinte tous les six mois jusqu'à ce qu'elle juge que sa décision a été pleinement exécutée.

Réactions2 réactions à cet article

 

L'étau juridique se resserre nettement à l'encontre de l'inaction de l’État en matière de protection de la santé publique et de l'environnement, dans le cas présent la pollution de l'air, et il y a tout lieu de s'en réjouir (hélas).
Mais s'il est nécessaire de condamner la personne juridique de l’État, ce n'est pas suffisant pour faire changer de cap funeste au Titanic : il faut également que les personnalités politiques et les hauts fonctionnaires responsables de l'inaction sanctionnée soient directement comptables de leurs manquements. Sans quoi, le changement sera peu visible et les astreintes publiques s'accumuleront inexorablement, tant la perspective d'un déroulement de carrière sans anicroche, éventuellement assorti de confortables et rémunérateurs pantouflages, l'emportera toujours sur toute autre considération.

Pégase | 13 juillet 2021 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Son produit devrait être partagé entre plusieurs établissements publics et associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (Aasqa) " mais c'est proprement incroyable ! Le constat est fait : à quoi ça sert de continuer à alimenter les agences de mesures ??? il faut que cet argent aille aux mesures elles mêmes plutôt qu'à des organismes qui vont financer des courbes de luxe et autres tableaux Excel, fabriqués par des employés aux salaires exorbitants. Voilà bien encore le dévoiement habituel des finances publiques. Et pendant ce temps là , on ne fait toujours rien pour enrayer les pollutions et même on les augmente... on n'a pas fini de payer des gens pour les mettre en visuels (de luxe).

gaïa94 | 13 juillet 2021 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Kartotrak, logiciel pour la caractérisation des sites et sols pollués Geovariances