En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution de l'air : plus d'un tiers des écoles strasbourgeoises exposées au dioxyde d'azote

Risques  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

"Plus d'une école ou crèche [de l'agglomération strasbourgeoise] sur trois se situe à moins de 200 mètres d'une zone où la pollution de l'air au dioxyde d'azote (NO2) dépasse le niveau légal", annonce Greenpeace, ce mardi 2 avril. L'association publie une carte qui recoupe les mesures de la pollution réalisées en 2017 par l'organisme de surveillance de la qualité de l'air (Atmo Grand Est) et la localisation des établissements. L'association explique qu'un autre tiers des établissements strasbourgeois "se rapproche dangereusement du seuil maximal autorisé". Ce travail cartographique fait suite à celui présenté le 28 mars par Greenpeace à Marseille et par Respire à Paris.

"Au niveau de la métropole de Strasbourg, le trafic routier est le premier secteur émetteur d'oxydes d'azote", explique l'association, précisant que "les véhicules roulant au diesel sont particulièrement émetteurs". Greenpeace réclame "de toute urgence" la création d'une zone à faibles émissions (ZFE) pour "[limiter] progressivement la circulation des voitures et des camions polluants et [fixer] un cap de sortie du diesel dès avant 2025".

Réactions2 réactions à cet article

 

Cette information tombe à point nommé, deux jours avant le déroulement du forum organisé par la ville de Strasbourg et l'Eurométropole, sur le thème " Quel urbanisme pour l'air de nos villes?"
Sur fond de polémique au sujet du GCO, le sujet est bien délicat à l'échelle de la capitale alsacienne.

tartan | 02 avril 2019 à 17h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi passe -t-on toujours sous silence la pollution atmosphérique, loin d'être négligeable, par les avions qui ont également comme carburant du diesel et qui produisent aussi de l'oxyde d'azote?

Dans tous les médias, la pollution atmosphérique est due aux industries, au chauffage, aux modes de transports, en précision automobiles ( principalement camions), navires, mais jamais je n'entends parler des avions, est-ce un oubli involontaire ou non?
Pouvez-vous me donner une explication, à l'heure où notre ciel étouffe car est envahi pour les avions volant dans toutes les directions et à plus ou moins haute altitude et en permanence?
Ne pourrait-il pas y avoir une trêve la nuit pour que le ciel
" reprenne son souffle"?
On ne viendra pas à bout de la pollution atmosphérique sans s'attaquer à ce réel problème.
Merci de me répondre.

francoise | 03 avril 2019 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager