Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution de l'air par le carbone suie : le risque accru de cancer est prouvé

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Afin de mieux comprendre le lien entre pollution de l'air et décès, des chercheurs coordonnés par l'Inserm se sont intéressés au carbone suie, un constituant des particules fines issu de combustions incomplètes notamment liées au trafic automobile. Ce composé a déjà été lié à de nombreux problèmes de santé. Les récents travaux de l'Inserm suggèrent pour la première fois qu'une exposition à long terme au carbone suie est aussi associée à un risque accru de cancer, notamment du poumon.

Pour leur étude, les scientifiques se sont appuyés sur les données de santé des participants de la cohorte Gazel mise en place en 1989, et qui regroupe environ 20 000 participants suivis tous les ans. Sur la base de ces données, les chercheurs ont déterminé le degré d'association entre le niveau de pollution au domicile des participants depuis 1989 et le risque de développer un cancer en général, ou un cancer du poumon en particulier. Résultat : les personnes les plus exposées au carbone suie depuis 1989 présentaient un sur-risque de cancer en général d'environ 20 % par rapport aux personnes les moins exposées. Ce sur-risque était de 30 % en ce qui concerne le cancer du poumon.

« Au niveau individuel, il est difficile de recommander des mesures qui peuvent être prises pour limiter l'exposition au carbone suie des particules de l'air ambiant. Néanmoins, il est possible d'ajuster les politiques publiques si l'on arrive à montrer quels sont les polluants les plus nocifs dans la pollution de l'air », souligne Bénédicte Jacquemin, l'une des auteures de l'étude. L'équipe souhaite désormais continuer ses analyses pour étudier l'effet sur la santé d'autres polluants spécifiques, notamment les métaux.

Réactions6 réactions à cet article

 

Pas de vie animale sans vie végétale : vu l'importance des émissions de CO2 en zone urbaine (chauffage transport et même respiration humaine) il faudrait que les villes aient une densité végétale supérieure à une foret de feuillus !
Il faut absolument réduire les émissions de CO2 et de polluants en ville mais il faut aussi végétaliser pour faire un maximum de photosynthèse et libérer de l'oxygène !
Un air vicié contient 4 à 5 % de plus de dioxyde de carbone (CO2) qu’un air pur et donc, comme le dioxyde de carbone a pris la place de l’oxygène dans sa composition, l’air vicié contient 4 à 5 % de moins d’oxygène (O2) que l’air pur.

laurent | 29 mars 2021 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est l'impact pour les voitures afin de respecter des conso mesurées, échapper aux oxydes d'azote (nox) parfaitement inutile de protéger en campagne (finit en engrais) d'ou le pot catalytique la sonde lambda et donc l'injection directe en diésel, on est passés des nox aux suies cancerogènes dangereuses même en campagne.
Dans mon village, la côte du radar on les appelle les poulpes, gros nuage noir à l'accélération après le radar surtout pour empêcher de dépasser, mais face à un 2litres essence 145 cv, ils font pas le poids, un acte criminel entre pollution et mise en danger.
Le gouvernement de l'époque s'est totalement planté en mettant la vie des Français en sursis, s'être mis politiquement dépendant de la Russie, et même perdu des taxes à 90 cmes le litre de gasole sorti de Russie, en gros 30 cmes plus cher que le E95 à l'achat.
D'après ce que je comprend, le nox rend malade, les suies du diesel tuent.
Le gpl aurait du être une évidence (pas de suies, pas de nox), mais plombé par des lois et des normes qu'on peut appeler maintenant meurtrières.
Qui sait si les victimes de la covid n'ont pas subi le lambda de cette noire pollution qui te passe à l'hôpital de la chambre à la réanimation et parfois le funérarium.

pemmore | 29 mars 2021 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Serait-il possible d'avoir l'article de l'INSERM suggèreant qu'une exposition à long terme au carbone suie est aussi associée à un risque de cancer du poumon, sinon l'article du moins sa référence;
merci

Boulard | 29 mars 2021 à 17h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ecocombust-44 Cordemais : avis favorable Commission d' Enquête. Voyons les rejets actuels et futurs avec le combustible boisB (pollué) qualifié "d'innovant". Bonjour la préhistoire ! https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/EP20404/Dossier.awp - pièce : Annexe02_Flux_VLE_oct2020
"vu l'article, ma sélection est poussières"
[Dossier de demande d’autorisation environnementale, Note relative à la complétude et régularité du DDAE - T30508900-2020-000760 page 7/7 FLUX ATMOSPHERIQUES
Les flux actuels sont basés sur les mesures en continu des concentrations à l’émission sur les tranches 4 et 5. Les flux sont exprimés en tonne. Les valeurs proposées pour la période post-2022 sont basées sur les durées de fonctionnement prévisionnelles des différents équipements et des valeurs de concentrations proposées au paragraphe 2.3. En tonnes Poussières
Flux réglementaire total (arrêté préfectoral) 390
1-Flux actuel des tranches 4 et 5 (2017) : 17
2-Flux actuel des tranches 4 et 5 (2018) : 13
3-Flux tranches + usine pellets (2022 – 2026) : 30
4-Flux usine pellets (post 2026) : 20]
Mes obs-- Ces flux pour des durées fonctionnement, Puissances, et donc d'énergies différent(e) ! Obs. En 1+2 : 2000 h, 1800 MW, en 3 : 400 h, 1200 MW. pellets ajoutent métaux lourds Cd, Cr,. COVNM, dioxines qu'on n'a pas ce jour. La Combustion du bois produit du carbone suie. Le projet "innovant" 2022-2026, puis post 2026 va produire bcp. plus de suies. Les PM2.5 mesurées au plus près à Savenay 21km !

J Cl M 44 | 30 mars 2021 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'auteure de l'étude a raison, il est possible d'ajuster les politiques publiques, notamment en examinant les nouveaux projets. Ecocombust, sur le bureau du préfet 44. On passe à partir de 2017-18 : 100 % charbon, 2000 h, P= 1800 MW à la période écocombust 2022-2026 : 400 h, 1200 MW, Donc moins longtemps et moins de puissance .. moins de pollutions ? NON !
Le doc en ligne Annexe02_Flux_VLE_oct2020 indique page 7/7
Pour le flux poussières en tonnes.
2-Flux actuel des tranches 4 et 5 (2017) : 17
3-Flux actuel des tranches 4 et 5 (2018) : 13
4-Flux tranches + usine pellets (2022 – 2026) : 30 Ca double !!
La Combustion du bois produisant parmi ces poussières, ce carbone suie ... En résumé, l’innovation d'Ecocombust 2022-2026 c’est produire moins d’énergie électrique MAIS beaucoup plus de poussières et suies. Un comble ! Les PM2.5 sont mesurées par les stations Air Pays Loire au plus près à Savenay 21 km ! (et le vent dominant ne porte pas à Savenay.)
On ajoute que les tranches seront fragilisées par ce combustible « pellets + Charbon » moins homogène que le charbon, et ces « lignites » risque de fusion foyer et pannes plusieurs mois.
Pour une centrale thermique de secours, tomber en panne au moment où on la demanderait en urgence .. Quand on pense qu’on a rénové en 2015 les tranches charbon Cordemais et Le Havre pour durer jusqu’à 2035, et qu’elles n’ont jamais aussi peu pollué .. et les mettre à la casse en 2026 ! En Pologne fin horizon 2040..

J Cl M 44 | 01 avril 2021 à 11h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Le Lien vers l'étude est dans l'article. Je vous le remets ici :
https://ehp.niehs.nih.gov/doi/10.1289/EHP8719

Florence Roussel Florence Roussel
06 avril 2021 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XPERT : analyseur RoHS pour le contrôle des produits de consommation Olympus France