En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution de l'air : Lyon adapte la circulation alternée à l'âge des véhicules

Transport  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°366 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°366
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Le 12 décembre, Michel Delpuech, préfet du Rhône, a pris un arrêté préfectoral adaptant le dispositif de circulation alternée en fonction du certificat Crit'Air qui classe les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes. Le nouvel arrêté permet aussi un déclenchement plus rapide de la restriction de circulation. Il s'agit d'"un dispositif de circulation alternée plus souple et plus réactif, mais aussi plus précis et plus équitable", explique la préfecture, rappelant que "l'épisode durable de pollution aux particules fines que vient de connaître le bassin lyonnais a souligné la nécessité de disposer d'outils efficaces".

Jusqu'à maintenant, la circulation alternée ne pouvait être mise en œuvre qu'en cas d'alerte à la pollution de niveau 3, c'est-à-dire lors des pics de pollution les plus élevés. Dorénavant, elle peut être appliquée quatre jours plus tôt, lors de pollution aux particules fines ou à l'ozone, voire trois jours plus tôt, en cas de pollution au dioxyde d'azote.

Deux seuils d'alerte

Le principe de circulation alternée fondé sur les jours pairs et impairs demeure, mais il est combiné avec les niveaux d'émissions polluantes des véhicules. Le nouvel arrêté distingue deux niveaux d'alerte. Lorsque le niveau "D2" est atteint, la circulation alternée ne s'applique qu'aux voitures particulières les plus anciennes. Les véhicules équipés d'un certificat de qualité de l'air de classe "zéro émission moteur" ou de classe 1, 2 et 3 peuvent circuler. Il s'agit des véhicules électriques, des voitures essences mises en circulation à partir de janvier 1997 et des voitures diesel immatriculées après janvier 2006, soit 72% des véhicules particuliers.

Lorsque le niveau d'alerte "D3" est atteint, la circulation alternée est étendue aux véhicules de classe 3. Les voitures électriques, les véhicules essences immatriculés à partir de janvier 2006 et les voitures diesel mises en circulation après janvier 2011 peuvent continuer à circuler, soit 29% du parc automobile. Au contraire, tous les véhicules légers et utilitaires immatriculés avant janvier 1997, les cars, les bus et les poids lourds mis en circulation avant octobre 2001 et tous les deux-roues immatriculés avant juin 2000 ne peuvent pas circuler, quel que soit leur numéro de plaque minéralogique.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…