En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution : les Parisiens respirent jusqu'à 6 millions de particules fines par litre d'air

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°343 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°343
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

"Au cours d'une journée standard, les Parisiens respirent environ 200.000 particules par litre d'air (1 respiration = ½ litre d'air). Il y a 200 fois plus de particules comprises entre 0,2 et 1 µm (particules potentiellement les plus nocives) qu'entre 1 et 10 µm". C'est ce que révèlent les résultats de mesures du Loac (Light optical aerosol counter), appareil de mesure embarqué depuis mai 2013 dans le ballon Generali, installé dans le parc André Citroën (Paris 15e). Celui-ci comptabilise les particules présentes dans l'air parisien entre 0 et 300 mètres de hauteur. Ces résultats sont cohérents avec les mesures effectuées régulièrement par Airparif, souligne la mairie de Paris dans un communiqué.

Pics de pollution : 5 à 15 fois plus de particules fines l'hiver dernier

En décembre 2013 et mars 2014, Paris a connu deux épisodes de pollution aux particules. A ces moments précis, il y avait en moyenne "5 à 15 fois plus de particules inférieures à 1 µm qu'une journée standard". Or, ce sont ces particules qui pénètrent le plus profondément dans l'organisme humain : "Elles peuvent atteindre les régions bronchiolaire et alvéolaire, et y persister", souligne le communiqué, ajoutant : "Elles peuvent même franchir les barrières biologiques et atteindre d'autres organes".

En décembre, "si les particules supérieures à 1 µm étaient comparables à une journée standard, en revanche les particules fines, inférieures à 1 µm, étaient particulièrement nombreuses, avec une moyenne de 3 millions de particules fines tout au long de la journée". Elles étaient "principalement carbonées", provenant essentiellement du trafic routier et du chauffage au bois.

En mars 2014, un record a été atteint avec "un pic à 6 millions de particules fines inférieures à 1 µm par litre mesuré à 18 heures, rendant comparable la situation à celle du tabagisme passif". Il y avait autant de particules dans l'air respiré que dans une pièce de 20 m2 où fument huit personnes… Cette pollution "avait d'abord une origine locale, essentiellement dûe au trafic, à laquelle se sont ajoutés des imports de polluants à la fin de l'épisode".

Réactions17 réactions à cet article

 

bonjour et merci pour votre article qui devrait être largement diffusé!
pourriez vous m'éclairer sur votre derniere analyse "à laquelle se sont ajoutés des imports de polluants à la fin de l'épisode"? de quels imports s'agit il? avez vous des données précises? bien à vous

le sandre | 25 novembre 2014 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Selon des analyses réalisées fin mars par le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement, la majorité des particules fines mesurées sur la région parisienne en mars "étaient constituées de particules dites "secondaires", c'est-à-dire non émises directement, mais formées dans l'atmosphère, sous l’action de transformations photochimiques (ensoleillement), à partir de gaz précurseurs comme les oxydes d'azote (transport), l'ammoniac (activités agricoles) et les composés organiques volatils".
http://www.cea.fr/recherche-fondamentale/pollution-aux-particules-fines-en-ile-de-france-134833

Sophie Fabrégat | 25 novembre 2014 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans les particules secondaires n'y aurait-il pas aussi lors d'épisode anticyclonique avec des courants d'air en retour d'Est, les particules émises par l'industrie électrique allemande qui chauffe impunément au charbon et lignite malgré une puissance électrique renouvelable supérieure à celle du nucléaire en France?
A cause de l'intermittence des dits renouvelables!!!

ITC78 | 25 novembre 2014 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

malgré tout par rapport aux autres grandes métropoles la qualité de l ' air à Paris est nettement de meilleur qualité et s ' améliore .

balxha | 25 novembre 2014 à 13h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les transporteurs et livreurs sont des collecteurs d'impôts via la TVA ...alors pourquoi ne peuvent ils pas déduire la TVA sur l'essence ?
ça serait pourtant une motivation déterminante pour faire le choix de moteurs essence !!!

carl | 25 novembre 2014 à 15h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et pourquoi pas l'essence à moitié prix!!
C'est le gas-oil qu'il faut taxer,il n'y a aucune raison pour qu'il soit moins cher que l'essence

lio | 25 novembre 2014 à 17h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@lio ...encore taxes et taxes ...ça marche pas comme ça l'économie !...on va va droit dans le mur avce une telle idéologie maxiste ....il faut que ça soit équitable pour que les Entreprises changent ....Les Entreprises travaillent gratuitement pour l'Etat , la TVA sur tous les achats est déductible de la TVA facturée sauf sur l'essence ...et peut être le gaz je ne sais pas ...pourquoi ? si c'est pas stupide ça ?

carl | 26 novembre 2014 à 09h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une société ne fonctionne pas sans une contribution de ceux qui la composent, le problème n'est pas la taxe en elle même, mais ce a quoi elle s'applique et surtout ce a quoi elle sert
La fiscalité écologique est à la base d'un changement des comportements, si elle est est bien faite et bien comprise et surtout utilisée à bon escient, elle sera acceptée facilement

lio | 26 novembre 2014 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi sur les aérodromes municipaux entre autre l'administration continuent à autoriser de l'essence au plomb 100LL
Ces aéronefs volent au dessus des maisons des écoles de l'ile de France
Une interdiction serait la bienvenue comme dans les autres pays

Pascale | 26 novembre 2014 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

oui LIO le problème c'est qu'elle est mal faite et incompréhensible car le plus souvent elles sont gaspillées , non équitables , détournées ou financent le soit disant green business type couple éoliennes nouvelles centrales thermiques !...ça dépend aussi comment c'est fait ...voyez vous pour l'Ecotaxe j'étais pour mais sous condition que tout le monde paye et pas seulement les camions qui travaillent et de manière plus simple et moins coûteuse aussi ..avec une vignette par exemple ..
nos dirigeants sont pour le moins irréfléchis ..je n'en dirait pas plus... de droite comme de gauche ....pour les écologistes politiques ...ils ne le sont pas tous dans le faits ! ils se comportent comme nos curés d'antant ...pas toujours trés clean aussi ...jean vincent placé ...il ne payait pas les contraventions !!! il y de quoi vomir ...non !... faite le ménage chez vous . CDT

carl | 26 novembre 2014 à 14h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au passage le chauffage au bois en prend encore un coup derrière les oreilles... Alors même qu'il est interdit à Paris... Seuls les feux d'agrément restent encore permis.

Question : Combien faut-il de feux d'agrément pour produire autant de particules q'un chauffeur livreur sur le périphérique ? Chauffeur livreur bien sûr exonéré d'écotaxe pour cause d'économie à prévilégier...

JeanPaul | 26 novembre 2014 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

8 fumeurs produisent moins de particules que la cuisson d'un steak à la poele, que l'utilisation d'un chauffage à combustible ou encore l'utilisation de sprays aérosols si on compte vraiment la fraction ultrafine < 0,1 µm.
Dans cette gamme, le bruit de fond urbain se situe à environ 15 millions de particules par litre.

Olivier | 27 novembre 2014 à 14h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@JeanPaul moi je préfére les chauffeurs livreurs qui travaillent et approvisionnent paris aux bourgoises qui vont au tennis club ou chez le coiffeur en voiture ! ou même vincent placé qui se déplace en voiture et ne paye pas ses contaventions . L' Ecotaxe les transporteurs sont tous d'accord pour payer !!! sauf qu'ils veulent que tout le monde paye ...voitures aussi ..ce qui me semble équitable non !
pour les particules j'ai entendu dire que les nouveau diésels avec pots catalitiques sont tous comptes faits moins poluants qu'une essence sans pot catalitique Co2 et particules confondues ....alors c'est quoi ce merdier ...le problème vient pas du diesel mais des pots catalitiques absents sur de nombreux véhicules diésels !!!

carl | 27 novembre 2014 à 14h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La catalyse se fait très mal à basse température, la majorité des déplacements se font sur de faibles kilométrages (donc température insuffisante), les pots catalytiques produisent des nox (irritants pulmonaires, précurseurs de nombreux polluants atmosphériques).
Faites un peu de vélo Carl et vous me donnerez votre avis sur le diesel, regardez le bord des routes et la couleur des plantes qui y (essaye)poussent, faites le test passez vous un linge humide sur la figure après avoir fait 2 heure de vélo dans la circulation.

lio | 28 novembre 2014 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

autre solution lio : En période froide , mettre des éoliennes partout sur Paris pour ventiller ....je précise : motorisé avec de l'électricité nucléaire !

carl | 28 novembre 2014 à 13h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les parisiens se plaignent de la pollution qu'ils engendrent, l'état et ses écolo-politiques voudrait taxer tout le monde : Haro sur le diesel, un moyen de pomper encore un peu plus nos portes monnaies.
Les parisiens devraient plus se plaindre des particules envoyées par nos voisins allemands qui lors des épisodes anticycloniques nous bombardent de microparticules y compris radioactives balancées par leurs centrales électriques au charbon et au lignite à cause de leurs énergies renouvelables qui sont en panne les jours sans vent.
@lio
Les pots catalytiques équipent les voitures diesel ET les voitures essence. Les filtres à particules équipent les diesels depuis de nombreuses années donc le parc de vieux diesel dont il est question va disparaitre naturellement.
Pour les faibles kilométrages parisiens, il y a le bus et le métro ou le velib, chez nous il n'y a que le diesel qui consomme moins de carburant au kilomètre parcouru (et le pot catalytique a le temps de chauffer) et qui dure plus longtemps.

ITC78 | 29 novembre 2014 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

mea culpa il s'agissait du filtre à particules pas du pot catalytique(qui produit également du no2), les diesels émettent 3 fois plus de de Nox , et les particules ultra fines ne sont pas filtrées (trés toxiques du fait de leur tailles et de leur volume).
Les systèmes permettant de traiter l'ensemble des problèmes, n’existent pas et ne serait rentables que sur des véhicules très chers

lio | 01 décembre 2014 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager