Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une pollution aux composés perfluorés identifiée dans le couloir de la chimie, au sud de Lyon

Des journalistes d'investigation ont mis en lumière une contamination de l'eau, du sol et de l'air par des polluants éternels près de la plateforme industrielle de Pierre-Bénite. Générations futures appelle à une interdiction générale des PFAS.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Une pollution aux composés perfluorés identifiée dans le couloir de la chimie, au sud de Lyon

Il paraissait étonnant que la France puisse échapper au scandale des « polluants éternels », mis en lumière pour les États-Unis par le film Dark Waters. L'équipe Vert de rage du journaliste d'investigation Martin Boudot révèle à travers une enquête, qui sera diffusée dans le magazine Envoyé Spécial de France 2, le jeudi 12 mai, une contamination par des composés perfluorés (PFAS) des milieux situés à proximité de la plateforme industrielle de Pierre-Bénite, au sud de Lyon. Cette plateforme héberge deux entreprises, Arkema et Daikin, qui utilisent, ou ont utilisés, ces composés. Il s'agit de deux installations classées (ICPE) soumises à autorisation, la première étant, de surcroît, classée Seveso seuil haut.

« Les PFAS constituent une famille chimique complexe regroupant près de 4 500 composés distincts », rappelle François Veillerette, porte-parole de l'association Générations futures. Celle-ci a eu accès en avant-première aux résultats bruts de l'étude, qui ont par ailleurs été présentés, le 10 mai, à la Maison de l'environnement de Lyon. En raison de leurs propriétés physico-chimiques, ces composés ont été utilisés pour de multiples usages dans des produits industriels comme dans des produits de consommation courante. Or, ces substances sont extrêmement persistantes dans l'environnement du fait de la grande stabilité de la liaison carbone-fluor. De nombreuses études scientifiques ont associé à leur exposition des effets graves pour la santé : cancers, effets sur les systèmes reproductifs et microbiens, mais aussi pour l'environnement.

Présence inquiétante de nombreux PFAS

L'équipe de Vert de rage a effectué des prélèvements dans quatre milieux : l'eau du Rhône, qui coule à proximité des usines, l'eau du robinet, les sols et l'atmosphère. Ces prélèvements ont été analysés par l'équipe de Jacob de Boer, professeur de chimie environnementale et toxicologie à l'Université libre d'Amsterdam. Ils révèlent une présence inquiétante de nombreux PFAS. L'échantillon des rejets de la plateforme se déversant dans le « canal usinier » présente des concentrations en PFAS 36 000 fois plus élevées que celle de l'échantillon prélevé en amont. On y retrouve trois PFAS utilisés actuellement (6:2 FTS) ou dans le passé par Arkema (PFOA, PFNA), et deux PFAS utilisés actuellement (PFHxA) et dans le passé (PFOA) par Daikin.

 
Cela montre que les stations de traitement de l'eau potable ne filtrent pas correctement les PFAS  
Jacob de Boer, professeur de chimie environnementale et toxicologie à l'Université libre d'Amsterdam
 
Pour l'eau du robinet, tous les échantillons provenant des champs captants du Rhône dépassent la norme fixée par la nouvelle directive sur l'eau potable, qui doit entrer en vigueur en janvier 2026. Ce texte fixe à 100 ng/l le seuil à ne pas dépasser pour la somme des 20 PFAS considérés comme les plus préoccupants. Cette contamination concerne plus de 200 000 personnes. « Les risques d'effets sur le système immunitaire pour ceux qui consomment régulièrement cette eau sont élevés. Cela montre que les stations de traitement de l'eau potable ne filtrent pas correctement les PFAS. Cette situation nécessite une attention immédiate des autorités », estime le professeur Jacob de Boer.

Ensemble de la zone gravement contaminée

Les résultats des analyses des échantillons prélevés dans le sol et dans l'air ne sont guère plus rassurants. L'équipe d'investigation a prélevé des échantillons de terre dans un stade et dans un potager à proximité de l'usine. Cinq PFAS dépassent la norme néerlandaise, fixée à 3 μg/kg poids sec de sol. « Pour le PFUnDA, un PFAS très persistant et très bioaccumulable, les concentrations mesurées sont jusqu'à 6,6 fois supérieures à la norme pour ce qui concerne le potager, et jusqu'à 83 fois pour le stade », explique Pauline Cervan, toxicologue, responsable des questions scientifiques et réglementaires pour Génération futures. Conclusion du professeur de Boer : « Il est recommandé de fermer l'accès au public à ces endroits. »

Enfin, les analyses des prélèvements dans l'air révèlent la présence en grande quantité de deux composants (6:2 FS-TS ; PFHxA) utilisés par les deux industriels, indique Pauline Cervan. La présence de PFOA est, quant à elle, « quatre à huit fois plus élevée que les valeurs moyennes trouvées lors du programme de surveillance du Programme des Nations unies pour l'environnement », indique la toxicologue.

« Nous pouvons donc conclure que l'ensemble de la zone dans laquelle les échantillons ont été prélevés, qu'il s'agisse de sol, d'eau du robinet, d'eau de surface, de sédiment ou de lait maternel, est gravement contaminée par les PFAS. Il est possible d'établir un lien clair avec l'utilisation de PFAS dans les usines à proximité », conclut le professeur Jacob de Boer.

Urgence d'agir

« Ces résultats soulignent l'urgence d'agir pour réduire très fortement l'exposition des populations aux PFAS », réagit François Veillerette. Aussi, son association formule-t-elle une série de demandes portant sur la zone contaminée, mais aussi sur le plan national et européen. Pour la zone contaminée, elle demande aux services de l'État d'interdire les rejets industriels de PFAS dans l'environnement, de fermer le stade contaminé et de mettre en œuvre tous les moyens pour décontaminer l'eau potable. « Cette décontamination est un vrai souci, les moyens mis en œuvre ne suffisent pas », s'inquiète M. Veillerette.

Dans un communiqué daté du 10 mai, le préfet de région indique que les services de l'État vont « mettre en place très prochainement une surveillance approfondie des rejets de perfluorés », après avoir reconnu que les rejets des trois perfluorés utilisés par Arkema et Daikin n'étaient pas réglementés. « Sur la base de cette surveillance (…), l'Inspection des installations classées se rendra auprès de chaque exploitant et s'attachera à encadrer les rejets des substances concernées », ajoute le préfet.

« La lutte contre le fléau sanitaire des pollutions industrielles doit avant tout passer par l‘élargissement des normes et des réglementations nationales et européennes et un renforcement des contrôles que nous appelons de nos vœux de façon urgente », réagit, quant à lui, Bruno Bernard, président écologiste de la Métropole de Lyon. Une demande qui va dans le même sens que celle de Générations futures, qui réclame, à l'échelle nationale, un inventaire de tous les sites industriels susceptibles de rejeter des PFAS, assorti de campagnes de mesures et d'une information de la population. L'association demande aussi aux agences régionales de santé (ARS) une surveillance générale de l'eau potable.

« Les services du ministère de la Transition écologique, en lien avec les services du ministère des Solidarités et de la Santé, et plus particulièrement l'Anses, vont engager un travail plus général sur les pollutions liées aux PFAS, afin de préciser l'état des lieux, de mieux comprendre et combattre ces pollutions », annonce à cet égard le préfet de région. Par un communiqué daté du 11 mai, la ministre la Transition écologique indique également qu'un arrêté, paru ce même jour, « impose désormais la surveillance d'une centaine de nouvelles substances chimiques, dont des composés perfluoroalkylés (PFAS) ».

« Peser de tout son poids pour porter l'interdiction »

Quant à l'échelon européen, Générations futures appelle le gouvernement français à « peser de tout son poids pour porter l'interdiction de l'usage de la famille entière des PFAS dans le cadre de la réglementation Reach le plus rapidement possible ». Une initiative en ce sens est actuellement portée par cinq États européens (Allemagne, Danemark, Suède, Norvège et Pays-Bas), et la Commission européenne vient de se positionner en faveur de cette approche par familles pour interdire les produits les plus problématiques. « Mais les dérogations doivent être les plus courtes possibles, prévient François Veillerette, car on est souvent confronté à des dérogations à n'en plus finir ». Le porte-parole de l'association rappelle, à cet égard, les recommandations émises par de très nombreux scientifiques à travers la Déclaration de Madrid en 2015, et celle de Zurich en 2018, en vue de limiter la production et l'utilisation des PFAS.

« La stratégie européenne sur les produits chimiques prévoit de restreindre, via le règlement Reach et grâce au soutien français, les usages des PFAS aux seuls usages essentiels pour la société », fait valoir le préfet de région, qui souligne, quant à lui, l'hétérogénéité des risques présentés par ces substances. Celui-ci met aussi en avant le partenariat européen pour l'évaluation des risques liés aux substances chimiques, annoncé mercredi 11 mai à l'occasion de la Conférence ministérielle sur les produits chimiques. La France organise cette rencontre, à Paris, dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne (PFUE). « Une bonne opportunité pour passer aux actes », estime François Veillerette.

Réactions8 réactions à cet article

 

des saules pour dépolluer les sols : https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/2019-09-02/saules-depollueurs

laurent | 12 mai 2022 à 08h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas sûr que les Saules permettent de dépolluer les composés perfluorés objets de cet article malheureusement.
Trouver une ressource de substitution pour 200000 personnes ne va pas se faire facilement ni rapidement. Malheureusement ces problèmes sont de plus en plus courants. Il y a le cas des perchlorates pour les captages du sud de Lille.
Sur le site du ministère des solidarités et des santés on découvre qu'en 2020 presque 6% de la population française a eu une eau du robinet qui a présenté au moins une non-conformité vis-à-vis des pesticides.
On en vient à se demander si consommer de l'eau en bouteille n'est pas si bête que ça... Mais peut-être a-t-on le même problème sur ces eaux...

Adun | 12 mai 2022 à 15h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On est en train de créer une nouvelle affaire comme tout le buzz créée à l'époque par les dioxines : jusqu'à l'affaire en question, personne n'en avait entendu parlé (et vivait sans doute déjà "avec" dans son air, son eau, sa terre, etc..).
Du jour au lendemain, c'était devenu une question de vie ou de mort que d'en avoir.... comme si on allait mourir du jour au lendemain rien que par le fait de savoir que ces molécules existaient désormais dans nos connaissances.

Attention, je ne cherche pas à minimiser l'impact de ces molécules. Les PFAS reviennent très fréquemment à la une des publications de l'ECHA (=Reach) .... mais les institutionnels se heurtent au fait qu'ils disposent pour le moment de connaissances à parfaire à ce sujet. C'est le principe du "plus on cherche et plus on trouve", il faut du temps. Quant au fait de traiter çà ..... on va finir par y venir, de boire de l'eau ultra-filtrée ou osmosée....

Le seul fait qui va compliquer la chose, c'est la diffusion de ce genre d'informations via des émissions de grande écoute, dont je cherche toujours le but, sinon de créer une énième controverse, sans se soucier des tenants et des aboutissants (j'en ai même une, de ces émissions, qui m'avait conseillé de zapper, quand je leur avait envoyé un mail pour les informer de quelques imprécisions qu'ils avaient diffusées).

nimb | 13 mai 2022 à 11h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En procédant à l’analyse génétique du microbiome racinaire des saules, des chercheurs montréalais démontrent que les champignons et les bactéries collaborent afin de dépolluer des terrains contaminés. https://www.quebecscience.qc.ca/environnement/des-sols-plus-propres-grace-aux-saules-aux-champignons-et-aux-bacteries/

laurent | 13 mai 2022 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis quand même sidérée de constater qu'on fait semblant de découvrir aujourd'hui les méfaits des PFAS , qui sont nombreux et connus depuis longtemps, sans que cela n'ait ému grand monde jusqu'à aujourd'hui, puisque les préconisations de santé publique ont été "oubliées" :

http://www.reseau-environnement-sante.fr/perfluores-wark-waters/
Toutes ces pollutions expliquent très bien l'augmentation exponentielle des cancers et autres troubles dans la population, d'autant plus que maintenant l'exposition existe dès avant la naissance , ce qui n'était pas le cas des générations nées avant la découverte et surtout l'utilisation à grand échelle de ces composés .Il me paraît très préoccupant que toutes ces molécules aient été autorisées sans que l'étude de leur toxicité ne soit aboutie, et plus encore qu'on continue de les autoriser. Le fait de changer une ou quelques fonctions sur une molécule dangereuse ne conduit presque jamais à en créer d'autres moins dangereuses, ce serait trop facile! Il est donc criminel pour les chimistes de se contenter de produire des familles de PFAS sans les tester , et plus criminel encore pour les Etats de laisser les industriels les utiliser sans exiger leur toxicologie. N'oublions pas l'effet cocktail: les PFAS, les pesticides, les parabènes, les particules fines, le chrome, le dioxide de titane, l'aluminium , le plomb...une course d'obstacles perdue d'avance pour notre corps.

gaïa94 | 13 mai 2022 à 18h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ferait on semblant de découvrir qu'il existe des pollutions de l'eau potable ?
Un art 18/6/2020, Jane Roussel, "Perfluorés : ils contaminent 90 % des cours d'eau"
Il y a encore des dépassements d'atrazine (2) et ESA métolachlore, ( 10 ) ( 2 pesticides interdits en 2003) dans de l'eau potable, Sud Lochois, eau distribuée en DSP, à 3 e/ m3,
Aux états unis, Virginie, on connait les dangers des PFAS, et PFOA depuis au moins 30 ans.
Dans le sud 37 toujours, il y a eu signalement en mars 2021, d' eaux mousseuses blanchâtres en aval d'une décharge SNCF, Décharge dont le contenu pas trié, compartimenté, pas de sol bétonné, et de lixiviats récupérés et traités, donc illégale. Selon un document de la préfecture la DREAL, la DDT devaient enquêter... mais il y a tant à faire, et il ressort des réunions/ votes au CDNPS dans ce 37, que pour la préfecture, la priorité est au "développement économique", pas d'éviter les pollutions, et encore moins de contrôler , et encore moins de sévir. Alors rien ne se passe plus d'un an après ce signalement ! Mme E. Lucet, son magazine envoyé spécial ont encore de la matière pour des dizaines d'années.

J Cl M 44 | 13 mai 2022 à 23h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la seule façon ne pas polluer c'est de recycler au lieu de jeter ... la mer est une décharge mondiale.

laurent | 14 mai 2022 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un bref coup d’œil aux actions "Daikin" montre qu'ils ont fait beaucoup de bénéfices depuis 2020. Et si on appliquait le principe pollueur-payeur d'une bonne fois pour toutes ????

Lilian D | 21 mai 2022 à 14h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Kartotrak : logiciel pour la caractérisation des sites et sols pollués Geovariances