En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une cartographie pour mieux appréhender l'exposition des français aux polluants

Afin d'identifier les points noirs environnementaux, zones où se concentre la pollution, l'Ineris développe un outil innovant. A terme, une cartographie de l'exposition des populations à un environnement dégradé pourrait être disponible.

Aménagement  |    |  Clément Cygler Actu-Environnement.com
   
Une cartographie pour mieux appréhender l'exposition des français aux polluants
   

Pouvoirs publics, élus, organismes de recherche et même certains industriels intéressés pourraient, début 2013, profiter d'un nouvel outil pour l'identification et la hiérarchisation des points noirs environnementaux. Baptisé Plaine pour Plate-forme intégrée pour l'analyse des inégalités d'exposition environnementale, ce dispositif est développé actuellement par une équipe de chercheurs de l'Ineris qui a présenté les premiers résultats de ces travaux le 22 novembre. Partie prenante des actions du deuxième Plan national de santé environnementale (PNSE2), l'institut a en effet inscrit la question des inégalités environnementales dans son contrat d'objectifs 2011-2015. "D'ici 2013, l'Ineris devra identifier les zones à risques pour les populations afin de réduire les niveaux de contamination et assurer leur surveillance environnementale", a ainsi souligné Céline Boudet, responsable de l'unité Impact sanitaire et expositions à la direction des risques chroniques de l'Ineris.

Une multitude de données à intégrer

Développée en partenariat avec l'Université technologique de Compiègne (UTC), Plaine intègre  une multitude d'informations en prenant en compte de nombreux polluants ainsi que des données de différents types (environnementales, socio-économiques et sanitaires). Cette plate-forme  cumule également ces données avec les modes de vie des populations concernées, le tout est ensuite agrégé sur une seule carte géographique afin de faire apparaître les situations d'inégalités environnementales. "L'évaluation des expositions doit aujourd'hui être conçue de manière dynamique, en relation avec un espace géographique, dans une évolution temporelle continue, et répondant à des déterminants multiples qui interagissent entre eux pour déclencher un effet (pluralité des sources de pollution, diversité des vecteurs de transfert via différents milieux, variété des modes d'exposition…)", précise l'Ineris.

Pour concevoir un tel outil, l'Ineris a donc dû croiser un nombre important de bases de données provenant de différents instituts ou organismes comme le BRGM, les Agences de l'eau, l'Inra, l'Insee ou encore les services statistiques du ministère de l'Ecologie (SoES). Sur ces bases, l'Institut a utilisé un modèle numérique d'exposition multi-milieux développé par ses équipes et interfacé dans un système d'information géographique (SIG). Ce modèle numérique, appelé Omer pour Outil modulatoire d'estimation des risques, contient en fait un jeu d'équations qui calculent les doses d'exposition des populations et donc le risque. Par ailleurs, les cartes réalisées seront associées à une carte d'incertitude.

Un test-pilote sur deux régions

Afin de s'assurer de la faisabilité de la plate-forme, l'Ineris a pu compter sur les travaux de recherche de thèse de Julien Caudeville, étudiant à l'UTC. Ce dernier a mené une étude-pilote dans les régions Nord-Pas-de-calais et Picardie pour quatre éléments trace métalliques (le nickel, le cadmium, le chrome et le plomb). Ces travaux qui ne renseignent pas encore sur les points noirs environnementaux, ont surtout montré la pertinence de cet outil. "Grâce à Plaine, la population totale exposée à ces quatre polluants, le nombre de personnes vulnérables concernées et le mode de contamination sont désormais connus", détaille Céline Boudet. Au final, les cartographies obtenues ont abouti à différentes observations. "Pour l'ensemble des polluants, la classe d'âge la plus vulnérable est systématiquement celle de 2 à 7 ans", indique les documents de l'Ineris, tout en ajoutant que "les voies d'exposition prépondérantes, variables selon les régions, correspondent à l'ingestion d'eau de consommation et de sol pour le plomb, de légumes pour le cadmium et à l'inhalation pour le nickel".

Testée uniquement sur deux régions, Plaine devrait normalement être déployé sur toute la France et prendre en compte davantage de substances polluantes en considération. "Cet outil permet d'intégrer autant d'éléments que l'on veut, mais encore faut-il avoir ces données. (…) Une hiérarchisation de polluants sera également nécessaire", développe Céline Boudet. Actuellement, des travaux de recherche seront approfondis sur ces deux régions tests et débuteront également pour l'Ile de France, la Bretagne et Rhône-Alpes, ces dernières possédant déjà des bases de données avec des notions spatiales.

Etablir de meilleures stratégies de réduction des polluants

Capable d'évaluer les transferts environnementaux et l'exposition multi-voies de la population sur une échelle spatiale fine, la plate-forme Plaine apparaît comme un outil d'aide à la décision au niveau national, régional et local. "Cet outil est précieux pour les pouvoirs publics et les porteurs de projets car il facilite la catégorisation des substances et l'identification de meilleurs traceurs de risque", confirme la responsable de l'unité de recherche. Ces capacités pourront ainsi rendre plus efficaces les stratégies de réduction mises en place ultérieurement, notamment à une échelle régionale ou locale. A ces niveaux, la plate-forme pourrait également aider à identifier la contribution d'une source de pollution, notamment dans le cas d'une zone industrielle. Enfin, du point de vue des riverains, Plaine servirait à l'information du public et contribuerait "à impliquer les populations dans la réduction des risques" grâce à sa dimension comportementale.

En outre, cet outil pourrait améliorer les méthodes d'évaluation des risques sanitaires (ERS) utilisées lors des études d'impact dans les procédures d'autorisation d'exploiter des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). "L'ERS ne peut pas aujourd'hui constituer le seul outil pour l'évaluation de l'impact sanitaire de la pollution de l'environnement sur une population. La prévention des impacts dans des zones de surexposition potentielle ne se limite en effet pas aux activités industrielles futures. Elle traite aussi des activités passées ou en cours", appuie l'Institut.

Réactions2 réactions à cet article

 

LES HOMMES SONT VRAIMENT BIZARRES,ALORS QUE LA REGION PARISIENNE EST PROBABLEMENT LA PLUS POLLUEE ET LA PLUS A RISQUE EN MATIERE DE SANTE, C EST LA QUE LES LOGEMENTS SONT LES PLUS COUTEUX ET C EST LA QUE LES PERSONNES SONT LES PLUS DISPOSEES A S Y AGLUTINER ??? BIZARRE,BIZARRE...

BERTRAND | 24 novembre 2011 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Super!!!

Super! | 24 novembre 2011 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager