En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution lumineuse : le grand gaspillage

Les effets de la pollution lumineuse sur la santé humaine restent en débat, mais l'impact sur la biodiversité est quant à lui avéré et à la mesure d'une consommation d'électricité considérable. Pourtant sous couvert de sécurité, les mesures restent timides, voire expérimentales.

Reportage vidéo  |    |  Baptiste ClarkeActu-Environnement.com
Pollution lumineuse : le grand gaspillage

Une chose est sûre, les populations n'aiment pas l'obscurité, responsable à leurs yeux d'entretenir l'insécurité dans les villes et villages. Sur la route, même topo : les luminaires seraient gage de sécurité routière.

Pourtant, à y regarder de plus près, ces dogmes sont assez fragiles, à l'instar des opérations menées ici et là et qui attesteraient du contraire.

Entre extinction programmée des feux et remplacement du matériel d'éclairage urbain devenu obsolète dans les rues, les solutions paraissent finalement assez simples pour réduire l'impact environnemental, sanitaire et économique de la pollution.

Car l'impact sur la biodiversité est bien connu. Sur la santé humaine, les effets sont plus incertains, mais nombre d'études feraient état d'une augmentation de cancer dans les zones polluées, sans toutefois pouvoir encore l'attester.

Réactions13 réactions à cet article

 

Il est évident que l'éclairage nocturne a des effets. Devant chez moi, un lampadaire est situé entre 2 platanes. A l'automne, les feuilles situées autour de celui-ci jaunissent et tombent plus tard; plusieurs semaines plus tard.

totem001 | 28 février 2011 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est tellement evident, ca saute aux yeux(normal pour de l'eclairage!). On nous culpabilise sur l'environnement et sur les economies d'energie. Alors que partout en france on eclaire et "sureclaire" des routes, des zones industrielles, des parking, ou personne ou presque ne passe. Quelles economies énorme on pourrait faire. . ce sont les mairies qui sont responsables et qui gérent ces eclairages.
La preuve j'habite a Cesson Sévigné(banlieue de Rennes), eh bien la mairie(qui a basculée historiquement a Gauche et qui a une politique volontaire en faveur de l'environnement) a décidé de facon experimentale de couper la pluspart de l'eclairage publique de minuit a 5 h du mat depuis presque un an. Quel evenement, malheuresement tres rare en france.

OUL | 02 mars 2011 à 11h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Maire de Foussemagne (90), nous avons mis en place des horloges astronomiques et l'éclairage public est coupé de 23H30 à 5H30. Avec nos centrales photovoltaïques, nous produisons 40% de nos besoins en électricité et nous ne consommons plus d'énergie fossile pour le chauffage des bâtiments communaux.

louis.massias | 03 mars 2011 à 08h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai passé le week end dernier au sud de Loche, j'ai été stupéfait par le nombre d'étoiles que je pouvais contempler, un vrai spectacle, impossible à vivre dans la région de Vannes où j'habite.

on prétend que le Golfe du Morbihan est protégé, il y a encore du travail a faire pour épurer son ciel : pollution nocturne par les lumières des villes des commerces, des usines, pollution diurne par le passage incessant des avions et hélicoptères l'été...

yv | 03 mars 2011 à 10h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Simple appel aux spécialistes:

Qui pourrait calculer la dépense d'électricité engendrée par les matchs de foot en nocturne,éclairages des terrains et des abords,en une saison ,pour la seule France.

Merci

sirius | 03 mars 2011 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je croix qu'a guigamp l'eclairage du stade de foot represente 75%( c'est un chiffre que je n'ai pas verifié) de le facture totale. C'est une petite commune avec un club qui joue dans l'elite et donc un stade de foot en consequence.

oul | 03 mars 2011 à 16h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les individus sont consuméristes mais les les collectivités aussi et avec notre argent. Il y a eu une "démocratisation" des produits d'éclairage avec de très beaux catalogues couleur et une palette de choix qui fait que l'élu pourrait se croire en grande surface. Ce matériel revient très cher et comme tout réseau est renouvelé régulièrement. Le ville de Lyon est l'un des rares ville avec un politique constructive sur le domaine. Sur le littoral perpignanais au contraire la manne touristique libère les communes et se vautre dans un luxure d'éclairage. Ce n'est pas une question de sécurité, d'argent mais de culture sociétale. La biodiversité est victime bien sûr mais l'homme aussi car nous sommes aussi des animaux avec une horloge et une chronobiologie que les éclairages influencent.
Pour l'avenir les communes se devraient d'anticiper dès à présent car la privatisation EDf en ERDF engage l'évolution vers une séparation des réseaux basse tension et éclairage et un surcoût qui risque de s'avérer pesant à terme pour les contribuables. Comme souvent, c'est en touchant au nerf de la guerre que les évolutions culturelles se forcent

Eddy Micheneau | 03 mars 2011 à 21h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La stupidité de nombreux maires accompagné d'orgueil insensé les a conduit à éclairer leurs villes et tous les annexes (divers édifices, terrains sportifs, tennis etc ) . De plus les mentalités du gaspi ont hissés l'inutile au niveau de l'indispensable... Tout celà pour servir un peuple mais aussi les groupes financiers "vendeurs" d'énergie de rêve. Il y a de toutes évidences des besoins éneregtiques raisonnables et des besoins superflux... A l'intelligence "sensée" d'en faire le tri et le ménage... Commençons par arrêter tous ces spectacles sportifs en semaine et en nocturne...

bertrand | 04 mars 2011 à 09h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Notre commune de 150 habitants a voté l'installation d'un éclairage public sur une petite route rurale qui alimente 6 maisons.Le maire nous dit qu'EDF impose l'installation de cet éclairage contre l'enfouissement des lignes ,est-ce possible? Que pouvons nous faire pour empêcher ce gâchis absurde?

claire32 | 25 mai 2012 à 09h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Craponne sur Arzon (Haute loire) coupe l'éclairage publique du mercredi au dimanche à l'occasion des Rencontres Astronomiques du Printemps et ce pour le WE de l'ascension. Pas de problèmes, les habitants l'ont parfaitement intégré et accepté, il n'y a jamais eu (ça dure depuis 9 ans) le moindre problème lié à cette extinction. Et du coup nous on peut voir les étoiles ;-)

François | 31 mai 2012 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin une initiative qui irait réellement dans le bon sens, si bien sûr elle se trouve appliquée!
Outre les dépenses énergétiques absolument inutiles (centres commerciaux, bâtiments publics, "ouvrages d'art", rues résidentielles où aucun passage n'a lieu entre 23.00 et 06.00, nocturnes sportifs etc.), l'éclairage nocturne a le don immense de dérégler tout ce qu'il peut.
De nombreux articles traitent de cela en long, en large et en travers, de très nombreuses études mettent en évidence tous les méfaits de cet éclairage sauvage. Une simple recherche avec "pollution lumineuse" vous sortira tous les arguments pour lutter contre elle.

Certains villages vont dans le bon sens, peut être avec certaines aides. Des travaux sont faits pour remplacer les lampadaires qui deviennent ainsi plus directifs (vers le sol s'entend), un lampadaire sur deux éteint dans quelques rues.
D'autres vont dans le mauvais sens en autorisant les canons à lumière (discothèques et autres joyeusetés, qui pourtant n'ont pas besoin de publicité) ou les parkings, vides, de plusieurs hectares tels les centres commerciaux.s

Bien sûr, cet éclairage inutile (ne venez pas parler de sécurité si vous ne voulez pas être ridicule) éteint nos belles étoiles et notre splendide galaxie la Voie Lactée, mais le plus important est la sauvegarde de la vie et des espèces si fragiles.

Rallumons les étoiles oui, mais permettons à la vie terrienne d'avoir une chance de se développer normalemen

Pierre | 26 juillet 2012 à 00h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On donne souvent comme exemple de gaspillage et de mauvaise conception, l'éclairage des Pénitents des Mées sur l'autoroute du Val de Durance.
Un autre exemple de gaspillage inutile est celui de la commune de La Roche des Arnauds, à 10 km à l'Ouest de Gap, sur la route nationale vers Montélimar.

bertrand | 28 juillet 2012 à 17h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les grandes villes devraient se mettre à faire la police aux lumières et au gaspillage. A l'heure où les économies vont bon train, celle de couper les éclairages à partir de minuit et redémarrer vers 5h serait un bon début.
Il pourrait être utile de faire fonctionner des détecteurs pour que certaines rues très sombres puissent être tout de même éclairées car certaines personnes peuvent avoir peur la nuit.

Franck34 | 12 septembre 2012 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…