En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dix recommandations de Surfrider pour lutter contre la pollution marine par les médias filtrants

L'association Surfrider compile depuis dix ans les épisodes de pollution marine par les médias filtrants échappés des stations d'épuration des eaux usées. Deux constats : la pollution est mondiale et il existe des solutions simples pour la réduire.

Eau  |    |  Albane CantoActu-Environnement.com
Dix recommandations de Surfrider pour lutter contre la pollution marine par les médias filtrants
Environnement & Technique N°379 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°379
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

Après dix ans d'observations, l'association Surfrider Foundation Europe présente,une étude sur l'ampleur de la pollution aquatique par les médias filtrants ces supports plastique utilisés dans le traitement des eaux usées. "Leur dispersion dans les océans est aujourd'hui une problématique mondiale", note le rapport, réalisé avec le soutien technique et financier de l'Agence de l'eau Adour-Garonne et le conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques.

Premier enseignement : la pollution est globale. Le suivi est systématisé depuis 2013, via les opérations de collectes de déchets organisées par l'association sur les plages française. En 2015, sur 519 fiches détaillées de collecte réalisées, 23% décrivaient la présence de ces supports plastique sur les plages. La majorité (87%) a été trouvée dans le Golfe de Gascogne et 10% sur les plages de la Méditerranée. D'autres associations organisent également ces collectes, ce qui permet d'établir une cartographie mondiale de cette pollution : en Méditerranée (France, Espagne, Italie, Maroc, Algérie), dans la Manche, mais aussi aux Pays-Bas, aux Canaries, aux Etats-Unis, au Canada et en Guadeloupe. Les eaux douces ne sont pas exemptées : on retrouve également ces médias filtrants sur les rives du Lac Léman.

Ces médias filtrants sont utilisés par différents types de stations d'épuration. En France, 26 stations de traitement des eaux usées utilisent ce type de support plastique, selon la Fnade, sur 21.000 unités en service en 2015. Mais il y en a également dans l'assainissement non collectif (ANC) et dans les stations de traitement de sites industriels.

Une dizaine de recommandations

Comme l'utilisation des médias filtrant n'est pas référencée, difficile de savoir d'où proviennent les fuites. "Trois sources majeures de pollution ont été recensées : une station d'épuration municipale sur la Seine à Paris deux entreprises situées sur les berges de la rivière Oria au Pays Basque", indique Surfrider.

La compilation avec les données européennes et américaines permet à l'association d'identifier les causes de cette pollution. "Sur 14 pollutions majeures observées (…), huit ont pu être clairement rattachées à des défaillances de stations d'épuration", liées à "de fortes précipitations". Or, ces défaillances n'ont "fait l'objet d'aucune  alerte efficace de la part des gestionnaires des stations d'épuration, conduisant de ce fait à une diffusion massive des biomédias dans l'environnement", poursuit Surfrider.

Ce constat amène l'association à proposer une dizaine de recommandations, dont la prévention (grillage des voies d'évacuation pour empêcher la dissémination des médias filtrants, amélioration de la mise en eau de station d'épuration, etc.). A une plus large échelle, Surfrider propose de limiter l'apport des eaux pluviales dans les stations en développant les réseaux séparatifs. Les responsables d'exploitation des stations d'épuration doivent également être plus transparents, en déclarant les incidents, ce qui pourrait favoriser la récupération des médias filtrants avant qu'ils se disséminent dans le milieu marin. Ceux-ci étant également accessible via l'ANC, l'information du grand public est essentielle pour le bon usage de ces équipements. Ils peuvent par ailleurs  être remplacés par des supports naturels, comme la pouzzonale.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…