En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution au mercure : 46.000 masses d'eau non conformes en Europe

Risques  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"Près de 46.000 masses d'eau de surface dans l'UE, sur environ 111.000, ne respectent pas les niveaux de mercure fixés pour protéger les oiseaux et les mammifères piscivores", révèle l'Agence européenne de l'environnement (AEE) dans un rapport publié le 19 septembre.

Compte tenu de sa persistance, "le mercure peut circuler dans l'air, la terre, l'eau et les animaux pendant des milliers d'années", rappelle l'AEE. Ce qui conduit à des niveaux constatés de 500% supérieurs au niveau naturel dans l'atmosphère et de 200% dans les océans. Or, "l'exposition à de petites quantités de mercure peut causer de graves problèmes de santé affectant les systèmes nerveux, cardiovasculaire, immunitaire et reproducteur", rappelle la Commission européenne.

L'exposition humaine se fait principalement par la consommation de poissons prédateurs comme les thons, l'espadon ou les requins. "Il est important de suivre les conseils de sécurité alimentaire qui maximisent les avantages pour la santé de manger du poisson tout en minimisant l'exposition au mercure", préconise l'agence. Cette dernière recommande également aux consommateurs d'éliminer correctement les produits, tels que certaines ampoules et batteries, contenant ce polluant ainsi que "d'envisager des solutions de rechange à la combustion de combustibles solides pour le chauffage".

L'Union européenne, qui a ratifié la convention internationale de Minamata, a pris plusieurs initiatives pour réduire l'utilisation du mercure dans les procédés industriels et l'interdire dans plusieurs produits. "Les émissions de mercure dans l'air ont diminué d'environ (…) 71% entre 2007 et 2014", vante ainsi la Commission européenne.

Aujourd'hui, les émissions actuelles de mercure en Europe résultent principalement de la combustion du charbon. Mais ce métal reste encore utilisé dans certaines lampes à haut rendement énergétique et dans les amalgames dentaires, même si une restriction est entrée en vigueur en juillet dernier. Environ la moitié du mercure déposé dans l'environnement provient toutefois de l'extérieur de l'Europe, où il est utilisé dans l'extraction aurifère ou dans certains procédés industriels.

Réactions2 réactions à cet article

 

C'est quand il est transformé en méthyle de mercure par des bactéries qu'il est neurotoxique. Le mercure a été utilisé jusqu'en 2017 pour produire le chlore, cellules de Down (PVC surtout, eau de javel, acide chlorhydrique, piscines...), en 2016 il y avait en Europe 5400 tonnes de mercure dans les cellules d'électrolyse pour cela. Idem pour le sodium, il a fallu un beau paquet de mercure lors de la fabrication des 3500 tonnes + 1500 tonnes pour Superphenix à Plombière sur l'Isère. Aussi pour séparer le lithium-6 pour la "bombe H", le Oak Ridge National Laboratory chez Al Gore a joliment et longtemps pollué rivières, ruisseaux et poissons en mercure (sans parle du Sr-90 injecté volontairement en sous-sol).

Ano | 20 septembre 2018 à 15h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, pourquoi ne pas parler de la Guyane qui est particulièrement touchée?

julrouss | 24 septembre 2018 à 08h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…