En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chimirec, un procès prévu en mai 2012

Déchets  |    |  Clément Cygler  |  Actu-Environnement.com

Mardi 13 septembre, la Chambre correctionnelle de Paris a décidé, à l'occasion d'une audience de fixation, que le procès de la société Chimirec débuterait le 14 mai. Entre 2000 et 2006, cette société, spécialisée dans le traitement de déchets industriels, est suspectée d'avoir délibérément laissé partir dans la nature des déchets pollués aux polychlorobiphényles (PCB).

Selon l'accusation, Jean Fixot, le PDG, ainsi que six de ses cadres auraient éliminé de façon irrégulière des déchets nuisibles par la dilution d'huiles polluées aux PCB dans trois de leurs usines situées à Domjevin (Meurthe-et-Moselle), Dugny (Seine-Saint-Denis) et Grez-en-Bouère (Mayenne).

Les prévenus sont soupçonnés d'avoir également "exploité ces installations classées sans disposer de l'autorisation requise, fourni des informations inexactes à l'administration, voire falsifié certains documents destinés à leurs clients ou aux agences environnementales", rapporte l'AFP.

Par ailleurs, Aprochim, l'usine située à Grez-en-Bouère, serait responsable d'une autre pollution suite à la découverte d'une contamination aux PCB de terres agricoles à proximité de l'usine. Huit fermes ont été placées sous séquestre. Contrainte auparavant de réduire son activité pendant quelques mois, l'usine a pourtant repris une activité à 100 % en août.

Réactions9 réactions à cet article

 

Comment l'état peux t'il laisser cette usine continuer à fonctionner?
Que faire pour stopper ces agissements, qui est derrière tout ceci?
C'est une honte.
Les écologistes sont-ils au courant, je pense que oui, mais que font-ils?
Que puis-je faire pour aider?
Bonne journée.
Jean-Luc.

Bob | 10 décembre 2011 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C est tout simplement un scandal , c est une escroquerie effectuer depuis au moins 15 ans de façon délibérer aux yeux et la barbe de l état ( drire , client etc ....) mais ils s en sortiront car l argent est roi !!!) je suis juste un ancien salarie ...

Gridi | 29 janvier 2012 à 17h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je vois ici deux seuls commentaires, mais tous les deux assez virulents.
Personnellement, j'ai lu tout ce qui s'est dit sur ces deux affaires, et n'ayant rien à voir avec Chimirec, je m'autorise à faire le commentaire suivant : en tant que responsable d'une entreprise fabricant des produits chimiques (produits détergents et désinfectants), je suis en permanence sous la pression insupportable d'une réglementation en folie, ou chaque jour amène son lot de restrictions supplémentaires et de démentis de ce qui était encore vrai la veille. Nous allons dans le bon sens en cherchant à réduire le nombre de produits chimiques, mais des technocrates bien loin des réalités de terrain ruinent toute la bonne volonté que nous voudrions mettre à ce chantier.
Donc, ne jetons pas trop vite la pierre à Chimirec, laissons faire la justice, le reprise d'activité sur le site de Grez n'est pas dénuée de fondements je pense, et c'est un signe forcément positif. Beaucoup de responsables d'entreprises de notre secteur de la chimie savent combien la corde est raide entre la nécessité de fonctionner et la nécessité d’être en conformité. Dans un tel contexte, bien présomptueux est celui qui dit être parfaitement en règle, la chute est possible à tout instant.
Guido

Guido | 28 février 2012 à 18h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo pour ce commentaire très relativisant Guido !
Pour ma part je pense comme toi, l'affaire est loin d'être simple et les intérêts concurrents poussent à la curée, mais ce serait beaucoup plus simple pour Chimirec s'ils s'abstenaient en plus de donner des leçons aux autres ...

Gérard | 26 mars 2012 à 23h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je me suis toujours demandée comment pouvait-il vivre en étant aussi peu cher !!! et bien maintenant je sais ... Et je dirais la même chose que Gérard : Chimirec doit s'abstenir de donner des leçons aux autres.

dédé | 28 mars 2012 à 21h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tiens, Chimirec est encore cité dans une affaire récente où ils veulent jeter leur partenaire dehors en prenant le contrôle de la société, et ça fait peur aux salariés (voir midilibre.fr). Ca commence à faire beaucoup pour cette entreprise. Son capitalisme est-il si moral qu'il veut bien le dire?

norby | 02 avril 2012 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si j'ai bien suivi les commentaires ci-dessous et en me référant à la charte du développement durable du groupe Chimirec (disponible sur leur site internet : "Honorer nos engagements et nos valeurs en appliquant une politique basée sur le respect des écosystèmes, l'observation des droits sociaux fondamentaux, etc." ), il apparaît assez clairement un grand écart entre les principes et la réalité.
>Je fais une belle déclaration pour épater la galerie, mais ensuite je fais comme je l'entends au mieux de mes intérêts et tant pis pour l'environnement et les hommes.
C'est à désespérer.

La science | 04 avril 2012 à 21h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que faire des déchets que nous produisons tous en coeur et avec acharnement depuis des décennies ? à vous lire, je me demande si vous n'occultez pas ce petit problème. Vous ne voulez pas d'usine de traitement de déchets au fond de votre jardin ? moi non plus. Mais c'est l'arbre qui cache la foret. Le déluge de déchets issus de la chimie, dont nous sommes friands, n'a pas fini de nous envahir. Que celui qui n'a jamais pollué (son propre nid) jette la première pierre. L'industrie est contrôlée, celle de déchets plutôt deux fois qu'une. mais chaque citoyen-pollueur l'est-il ? non. loin s'en faut. un examen de conscience est nécessaire.
Continuons tous de bêller bien fort et de taper sur les boucs émissaires préférés des français, les "industriels-méchant", "patron-voyou" et ne changeons rien à nos modes de consommation et de vie...
une alter-écolo.

hummNIMBY! | 24 avril 2012 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'apprécie beaucoup le message de hummNIMBY! car il est tout à fait dans la vérité. La chimie a permis des progrès absolument considérables en quelques décennies, mais si nous devions arrêter aujourd'hui l’industrie chimique, en moins de 10 ans, nous retournerions 50 ou 70 ans en arrière. Le choix est donc clair, il faut continuer d'avancer, les ayatollah 'anti-chimie' sont inconscients de ce qu'ils disent. Le corollaire de tout cela, c'est que malheureusement, le marketing et le consumérisme sont rois désormais, et le consommateur insatiable. Toujours plus pour toujours moins cher et pour quel bénéfice ? on peut se le demander tant il y a de choses qui ne servent à rien sur nos joujou hightech. Il faut juste sortir un nouveau modèle avant que le concurrent le fasse. Et tout çà au détriment de notre environnement pour un consommateur ignare des conséquences de sa fuite en avant vers le truc qui fait plus que celui qu'il a acheté la veille mais qu'il a déjà oublié dans un tiroir.
Guido

Guido | 24 avril 2012 à 20h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager