Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution sonore : l'Ademe estime que le bruit coûte 155,7 milliards à la société

Chaque année, la pollution sonore engendre 155,7 milliards d'euros de coûts sociaux à cause des maladies qu'elle engendre ou la perte de valeur patrimoniale. Des mesures existent et peuvent être mutualisées pour lutter contre d'autres pollutions.

Risques  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com

Une étude de l'Agence de la Transition écologique (Ademe) a traduit les effets de la pollution sonore en coûts diverses pour la société. Elle remet ainsi à jour les données que le Conseil national du bruit (CNB) avait publiées en 2016. À l'époque, la facture s'élevait déjà à 57 milliards d'euros mais aujourd'hui, avec l'amélioration des connaissances et la multiplication des études sur le sujet, elle grimpe en flèche pour atteindre la somme astronomique de 155,7 milliards d'euros. L'équivalent d'une fois et demi le montant du plan France relance. Un enjeu public fort, souvent sous-estimé. « L'acoustique est souvent délaissée, déplore René Gamba membre du Conseil national du bruit. Par exemple, chaque année 5 % du parc immobilier livré n'est pas aux normes acoustiques ». Heureusement, des solutions existent. Certaines d'entre elles présentent même une balance bénéfices/coûts avantageuse et peuvent être mutualisées pour faire face à plusieurs types de pollution.

sonore
en
coûts diverses. Elle remet ainsi à jour les données que le Conseil national du bruit (CNB) avait publiées en 2016. À l'époque, la facture s'élevait déjà à 57 milliards d'euros mais aujourd'hui, avec l'amélioration des connaissances et la multiplication des études sur le sujet, elle grimpe en flèche pour atteindre la somme astronomique de 155,7 milliards d'euros . L'équivalent d'une fois et demi le montant du plan France relance. Un enjeu public fort, souvent sous-estimé. « L'acoustique est souvent délaissée, déplore René Gamba membre du Conseil national du bruit. Par exemple, chaque année 5 % du parc immobilier livré n'est pas aux normes acoustiques ». Heureusement, des solutions existent. Certaines d'entre elles sont même une balance bénéfices/coûts avantageux et peuvent être mutualisées pour faire face à plusieurs types de pollution.

En France, 25 millions de personnes sont touchées par les effets de la pollution sonore, et 9 millions sont surexposées avec des effets chroniques sur la santé. L'étude relève par exemple que 630 000 cas de maladies cardio-vasculaires sont

   
40,6 millions de français sont exposés à une pollution sonore suppérieure au seuil recommandé par l'OMS du fait du trafic routier. © Ademe et Conseil national du bruit
 
   
imputables au bruit (pour un coût de 19,4 milliards d'euros en soins et médication), dont 2 600 décès directement liés au facteur pollution sonore. De même, l'exposition au bruit serait responsable de 1,4 million de cas d'obésité (18 milliards d'euros). Toutefois il n'est pas nécessaire de dépasser les seuils pour observer des effets négatifs sur le travail et la santé puisque la forte gêne ressentie par 17,2 millions de Français se traduit par une perte non négligeable de 45,3 milliards d'euros par an.

Le trafic routier, principale source de nuisances

L'Ademe et ses partenaires ont identifié trois sources de bruit qui gênent les Français : les transports, le voisinage et le bruit au travail. Ce sont surtout les émergences de bruit comme le passage des voitures ou des avions qui sont en la cause. Sans surprise, le secteur des transports est la principale source de pollution sonore. Il compte à lui seul pour 106,4 milliards d'euros par an dans le calcul (68 %). Plus précisément, le transport routier représente 51,8 % des coûts, suivi par l'aérien (9,4 %) et les voies ferrées (7,2 %). Selon l'étude, 51,7 millions de Français sont exposés aux nuisances du trafic routier, dont 40,6 millions avec des niveaux sonores situés au-dessus de 55 dB « qui excèdent donc la valeur de 53 dB recommandée par l'OMS ».

À rajouter à cela, le bruit du voisinage et la pollution sonore au travail qui se partagent le reste du gâteau avec respectivement 26,3 milliards d'euros par an (16,9 %) et 21 milliards d'euros par an (13,5 %). Qu'il s'agisse de chantiers, d'espaces d'activité comme les bars et les terrasses, ou bien de voisins expansifs, les bruits du voisinage sont vraiment mal vécus par les Français. Ils peuvent même entraîner des troubles anxio-depressifs en affectant grandement le repos. Au travail, les coûts sont liés au bruit des machines, aux interactions entre collègues, et/ou aux déplacements.

Ce qui se traduit par une baisse de productivité, une gêne et des maladies du travail. L'Ademe estime que 270 000 années de productivité ont été perdues à cause du bruit et que 154 000 accidents du travail lui sont directement liés.

Faire d'une pierre deux coups

Pour remédier à ce problème, les scientifiques et ingénieurs ont identifié plusieurs leviers. Agir sur les formes urbaines, végétaliser les villes et les bâtiments, réduire et réguler le trafic, mettre en place des mesures de réduction des émissions sur les chantiers ou encore travailler à l'isolation thermique et acoustique des bâtiments en sont quelques exemples. « Les passoires thermiques sont aussi très souvent des passoires sonores », explique René Gamba. « Le Plan de relance met le paquet sur l'isolation thermique mais il ne s'occupe pas de l'isolation sonore, c'est une lacune. Il est possible de coupler les deux », remarque Laurianne Rossi, députée LREM dans les Hauts-de-Seine et présidente du Conseil national du bruit. Les mesures les plus efficaces sont celles qui réduisent ou éliminent le bruit à la source. Mais parmi ces leviers, quatre ont retenu l'attention de l'Ademe pour leur balance bénéfices/coûts particulièrement avantageuse. L'étude les détaille dans quatres « fiches actions » où le bénéfice des mesures anti-bruit est ajouté à celui des mesures contre la pollution de l'air.

La première concerne la réduction de 10 km/h de la vitesse sur les voies rapides. L'Ademe à étudié les retours d'expérience de Lyon et Grenoble et à conclu qu'au total « des coûts sociaux de 290 M€ pour Lyon et 48 M€ pour Grenoble sont évités par la mise en place de la mesure. À ces bénéfices s'ajoutent un gain de 2 M€ par agglomération lié à la réduction des émissions de NOx, de COV, de PM et de SO2 ». Le  bénéfice/coût calculé par les scientifiques est donc de 685. Le terme "bénéfice" désigne les bénéfices qui pourraient découler de la mesure en termes d'amélioration du bien-être de la population et de coûts évités pour la collectivité dans son ensemble et le terme "coûts" désigne les coûts nécessaires à la mise en œuvre de la mesure.

D'autres mesures sont mises en avant comme les Zones à faibles émissions (ZFE) avec un ratio bénéfices/coûts annuel de 13, la mise en place de la charte « chantier propre » avec une balance annuelle de 3 et enfin la rénovation acoustique des bâtiments scolaires, avec un ratio annuel de 10. Autant de solutions qui gagneraient donc à être connues.

L'Ademe et ses partenaires sont d'ailleurs en train de préparer une déclinaison de cette étude par régions pour septembre 2021.

Réactions3 réactions à cet article

 

Merci pour cet article. Savez vous si les fameuses 4 fiches actions de l'ADEME (relatives à la diminution énergétique ET sonore des bâtiments, si j'ai bien compris) sont disponibles au public? Sur le site de l'ADEME, ce n'est pas facile de les trouver.

nimb | 26 juillet 2021 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour nimb,
merci de votre intérêt. Les fiches sont disponibles à partie de la page 38 du rapport de l'Ademe disponible à cette adresse (je rajoute un lien dans l'article également)

https://www.bruit.fr/images/stories/les-chiffres-du-bruit/Rapport_complet_Cot_Social_Bruit_et_mesures_bruit_air_-_VF5.pdf.

Cependant, elles regroupent plutôt des mesures relatives à la diminution de la pollution de l'air de la pollution sonore. Les mesures qui permettent de diminuer la dépense énergétique et la pollution sonore ont simplement été évoquées pendant la conférence de presse.

J'espère avoir répondu à votre question,
Bien cordialement,
Fanny Bouchaud

La rédaction | 27 juillet 2021 à 11h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour le lien. J'ai survolé un peu. En effet, on dirait qu'il est surtout question de réduction de pollution de l'air via les incitations à baisser la vitesse des véhicules, et moins les techniques d'isolation des bâtiments. Je potasserai tout de même ces données, on ne sait jamais, histoire de découvrir des choses intéressantes à exploiter. Merci encore!

nimb | 29 juillet 2021 à 08h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Désamiantage : maîtrise d’œuvre et accompagnement HPC Envirotec