En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution de l'air intérieur : l'UFC-Que Choisir tape du poing sur la table

Bâtiment  |    |  David Ascher Actu-Environnement.com
Les niveaux de pollution de l'air intérieur présentent des risques pour la santé. Si ce n'est plus un secret pour personne : les produits potentiellement dangereux (composés organiques volatils - COV) sont connus bien que les organismes publics tels que l'AFSSET planchent encore sur des valeurs guides globales. En juillet dernier, l'Académie de médecine préconisait d'ailleurs dans un rapport, la définition rapide de ces valeurs guides, attendu des pathologies (irritatives, immunotoxiques, neurotoxiques, cancérogènes et reprotoxiques) qui peuvent résulter d'une exposition à long terme.

Mais considérant le trop peu d'empressement des pouvoirs publics et des professionnels pour réduire cette pollution, c'est au tour de l'UFC-Que Choisir de remonter une nouvelle fois au créneau. Après avoir alerté sur les désodorisants d'intérieur l'année passée, l'association de défense de consommateur pointe cette fois l'impact des moquettes sur la qualité de l'air intérieur. Notre dernière enquête montre que sur les huit moquettes encollées que nous avons testées, cinq restituent du formaldéhyde, du toluène et des éthers de glycol. Le maximum d'émission de composés organiques volatils (COV) relevé à 28 jours est de 3200 μg/m3, soit une valeur très supérieure au seuil de confort de 200 μg/m3 indique l'association dans un communiqué.

Pour l'UFC-Que choisir, les mesures actuelles sont insuffisantes. Et de rappeller que REACH ne concerne qu'une substance chimique sur trois, que sa mise en œuvre s'étalera sur dix ans et qu'en plus les autorités européennes ne peuvent pas obliger la substitution de substances dangereuses. Par ailleurs, si les sénateurs ont positivement amendé le projet de loi d'orientation Grenelle 1 en prenant des mesures d'interdiction ou d'étiquetage pour les matériaux de construction et de décoration l'association rappelle que la plupart des produits de grande consommation ne sont pas encore concernés et interpelle de fait le ministère de l'Environnement pour que de nouvelles mesures soient intégrées au sein du texte Grenelle 2 qui sera discuté par les parlementaires à la rentrée.

Sachant que nous passons 70 à 90 % de notre temps dans des habitations, des bureaux, à l'école, voire dans les transports, l'UFC-Que Choisir demande l'interdiction dans les produits de consommation, de décoration et de construction, de toutes les substances reconnues comme dangereuses, la réalisation obligatoire de tests d'émission par les professionnels, un étiquetage sur la composition et les substances émises par les produits, afin de permettre aux consommateurs de sélectionner les produits les moins nocifs et enfin, l'incitation à installer des systèmes de ventilation à double flux dans tous les logements par des aides financières telles que le crédit d'impôt et prêt à taux zéro, pour les logements anciens.

Réactions3 réactions à cet article

 
Dépollution de l'air intérieur

Une solution écologique,économique et très performante consiste à placer des plantes dépolluantes pour absorber ces COV. Leur éfficacité a été prouvée par de nombreuses études scientifiques (NASA,CSTB...)pour purifier l'air intérieur.

Pierre | 26 août 2009 à 12h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pollution intérieure

Les plantes absorbantes de C.O.V? Lesquelles? Ne pas
confondre C.O.V et CO2! La meilleure solution serait de les interdire dans les matériaux et produits de consommations,puisque on sait tes analyser par des prélèvements d'air intérieur! En fait,comme pour les
polluants extérieurs ,on s'intéresse à ceux que nous
savons contrôler ,alors que des milliers d'autres
nous entourent! sans parler des oppositions des
producteurs de ces produits multi-usages!

arthur | 27 août 2009 à 13h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
l'air interrieur

bonjour.je m'adresse à vous aucun docteur n'a pris au serrieux mon cas.en decembre 08 j'ai acheter un déodorant pour wc (que je n'utilise jamais!)mes petits enfants ont abuser de ceux produit, et je me suis étouffé,j'ai perdu la voix pendant plus d'une heure. depuis ce jour là il m'est impossible d'utiliser,n'y parfums,n'y deodorants,n'y laques,je ne peux plus lire aucuns magazines tel qu'il soit acheté ou reçue par la poste,j'étouffe,cela me déclanche de très grosses quintes de toux,certains courriers imprimés me fait le mème problème.En avril 09 j'ai eu un problème de poumon le pneumologue me donne un traitement par fumigations aux corticoïdes ,une semaine après j'ai a nouveau perdu la voix complètement,a ce jour elle n'ai pas revenue! aucun médecins n'a tenu compte de ce problème!! et je dis que le déclancheur c'est cette petite bombe !!! quand pensez vous ??

nenet | 27 août 2009 à 15h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste David Ascher

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager