En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La pollution automobile favorise l'asthme et les allergies des enfants

Transport  |    |  Actu-Environnement.com
Publiée le 3 mai dans la revue Respiratory Medecine, une étude réalisée par l'Institut de recherche médicale (Inserm) et menée dans 108 écoles primaires de six villes de France (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Marseille, Reims, et Strasbourg) montre que la pollution automobile favorise nettement l'asthme et les allergies, ainsi que l'eczéma, chez les enfants. Cette étude correspond au volet français de l'enquête épidémiologique internationale sur l'asthme et les allergies Isaac (International study of asthma and allergies in childhood). En France, on compterait 25 % d'allergiques qui multiplient eczéma et rhinites. L'objectif des chercheurs était de mesurer la pollution que les écoliers inhalent en salle de classe, dans la cour de récréation, en chemin et à la maison. Ils ont choisi de se concentrer sur le toxique dioxyde d'azote (NO2) et les particules fines qui peuvent rester en suspension dans l'air plusieurs heures et même des jours, et donc pénétrer profondément les voies respiratoires jusque dans les bronches.
Plus de 7.000 écoliers âgés de 10 ans en moyenne se sont retrouvés sous observation. 5.000 d'entre eux sont restés dans l'échantillon. Bilan : les enfants résidant depuis huit ans dans des zones avec des pollutions élevées ont ''trois fois plus d'eczéma'', ''une fois et demi plus d'asthme à l'effort'' et ''deux fois plus d'asthme allergique'' que ceux qui vivent dans des zones moins soumises à la pollution de l'air par les polluants automobiles, a annoncé l'Inserm.
L'étude montre un excès d'asthme et d'allergies chez les enfants dans des zones où le niveau de pollution avoisine les valeurs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) considérées jusque-là comme faibles et alors qu'on juge maintenant qu'elles s'accompagnent d'effets nocifs, a précisé Isabella Annesi-Maesano, responsable de cette recherche Inserm. On observe des effets nocifs à des valeurs voisines (12 microgrammes/m3) du seuil limite recommandé par l'OMS (10 microgrammes/m3) pour les particules fines (inférieures ou égales à 2,5 microns), liées notamment au diesel remarque-t-elle. Isabella Annesi-Maesano s'est alarmée de l'attitude de Bruxelles : Une nouvelle directive devrait autoriser des taux de particules fines allant jusqu'à 25 microgrammes par mètre cube. Selon les chercheurs, l'augmentation des allergies, de l'asthme et de l'eczéma chez les jeunes enfants est favorisée par deux principaux polluants mesurés en intérieur (salle de classe, cantine) comme à l'extérieur, le dioxyde d'azote (NO2) qui irrite les poumons ainsi que les particules fines.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager