En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution des sols : l'ingestion de terre par les enfants en question

Un rapport de l'Ineris et l'InVS fait un point sur les connaissances disponibles concernant l'absorption de terre et poussières par des enfants de moins de 6 ans et souligne la nécessité de conduire des études complémentaires.

Risques  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Consommation de végétaux, ingestion directe de terre, port d'objets ou des mains à la bouche : les enfants absorberaient en moyenne 31 mg/jour (et jusqu'à 137 mg/jour) de terre et de poussières selon une étude d'estimation de ce type d'exposition.

L'Institut national de l'environnement et des risques (Ineris) en partenariat avec l'Institut de veille sanitaire (InVS) a réalisé un état des lieux des connaissances et une analyse des études disponibles sur cette question.

Selon l'un des premiers constats, le calcul de la dose d'exposition dans certains cas serait surestimé par rapport à des analyses biologiques (par exemple, la mesure de la concentration urinaire d'arsenic, de chrome ou encore de 1-hydroxypyrène qui révèle une exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques). " Il peut en résulter des orientations de gestion inadaptées (…) comme le déclenchement d'un dépistage ou d'une prise en charge médicale d'une population, une dépollution d'un site, la restriction ou l'interdiction de fréquentation d'une zone ou encore l'interdiction pour les populations de cultiver et consommer les légumes de leurs jardins potagers ", pointe le rapport.

Un manque de connaissance

Différentes études se sont également penchées sur les facteurs qui pouvaient influencer l'ingestion de terre. Le lieu de résidence (maisons, appartement ou camping), les conditions climatiques et l'âge (risque plus élevé chez les 1-2 ans) semblent influencer l'absorption de matière. Ces résultats ne font cependant pas consensus parmi les scientifiques.

Certains rapports estiment que la terre ingérée n'aurait pas le même niveau de contamination que le sol. La capacité d'adhésion des particules aux mains conditionne en effet leur "consommation" et influe donc la dose d'exposition.

Par manque de connaissance, la fraction de la dose de polluant absorbée par l'organisme est aujourd'hui estimée à 100 % pour une majeure partie des études. Un groupe de recherche Barge tente aujourd'hui de développer un test pour évaluer cette biodisponibilité.

Dans sa conclusion, le rapport de l'Ineris et l'InVs souligne la nécessité de mener des travaux complémentaires notamment sur les polluants les plus fréquemment retrouvés sur les sites contaminés.

"Ces données ne sont pas complètement satisfaisantes. En effet, aucune étude ne présentait toute la robustesse souhaitée, déplore t-il, en termes de gestion des sites et sols pollués, il est à souligner que seule la démarche d'interprétation de l'état de milieux permet un ajustement à ces valeurs de quantité ingérée de sol plus faibles que celles classiquement retenues".

Réactions2 réactions à cet article

 

Outre les enfants, il y a aussi des métiers à risques : archéologue par exemple.
Le problème, c'est la cartographie de la pollution : couronnes urbaines, évidemment, mais aussi terres agricoles saturées en produits divers. En gros, quoi et où....

Loch Nar | 02 octobre 2012 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
je rajoute mon apport personnel à l'article sur enfants et sols pollués :

"Il convient d'ajouter que le déplacement d'importants volumes de terre, dont la provenance n’ est pas toujours établie, (aménagement de lotissements par exemple…), l'utilisation de remblais recouverts d’ une mince couche de terre, les eaux de ruissellement issues de surfaces goudronnées (hydrocarbures, déjections canines, refoulement d’ eaux usées…) peuvent être à l ' origine de pollutions.
Les jardins potagers de substitution, situés en pied d ’immeuble d’ habitation, ne sont pas dénués de risques sanitaires. C’ est pourquoi il est important de préserver les zones de jardins et de vergers connus historiquement dans les villes."
Paysagement vôtre.
Brigitte Compain-Murez
Présidente de Saint-Fiacre Loire-Baratte

Saint-Fiacre Loire-Baratte | 03 octobre 2012 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager