En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La lutte contre le changement climatique pourrait générer des millions de nouveaux emplois verts

Des dizaines de millions d'emplois verts pourraient être créés dans le monde dans les années à venir, selon un rapport publié par le PNUE qui confirme une fois de plus le dynamisme du secteur des EnR et de l'efficacité énergétique.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Selon un rapport publié le 24 septembre par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), les mesures de lutte contre les changements climatiques pourraient créer des millions de nouveaux emplois verts dans les années à venir dans les pays industrialisés et ceux en développement.

Ce rapport intitulé ''Pour un travail décent dans un monde durable, à faibles émissions de carbone'' a été publié en collaboration par le Bureau international du travail (BIT), la Confédération syndicale internationale (CSI) et l'Organisation internationale des employeurs (OIE).

Selon cette étude, le marché mondial des produits et services liés à l'environnement devrait doubler d'ici à 2020, pour passer de 1.370 milliards de dollars par an actuellement à 2.740 milliards. La moitié de ce marché concerne l'efficacité énergétique, puis viennent les transports durables, l'approvisionnement en eau, l'assainissement et la gestion des déchets.

Les énergies renouvelables (EnR) par exemple, qui représentent 2% de la production mondiale d'énergie, génèrent davantage d'emplois que les énergies fossiles aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays en développement. Selon des projections, des investissements de 630 milliards de dollars d'ici 2030 dans ce secteur se traduiront par au moins 20 millions d'emplois supplémentaires.

Près de 2,3 millions de personnes ont trouvé un nouvel emploi dans les EnR au cours des dernières années. Plus de deux millions de personnes devraient être employés d'ici 2030 dans l'éolien et 6,3 millions dans le solaire. En Chine par exemple, 600.000 personnes possèdent déjà un emploi dans des produits de fabrication et d'installation d'énergie solaire tels que les chauffe-eau solaires.

Les investissements réalisés pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments pourraient également créer entre 2 à 3,5 millions d'emplois verts supplémentaires en Europe et aux Etats-Unis, avec un potentiel bien plus élevé dans les pays en développement. Et dans le secteur agricole, 12 millions de personnes pourraient être employés dans la filière biomasse utilisée pour l'énergie et les industries qui y sont liées. Au Nigeria, une industrie d'agrocarburants basée sur les récoltes de manioc et de canne à sucre pourrait notamment employer 200.000 personnes. Reste que l'on peut se demander l'intérêt d'une telle industrie sur LE continent de l'éternelle pénurie alimentaire…

Si le rapport s'avère optimiste quant à la création de nouveaux emplois pour répondre au changement climatique, il signale toutefois que nombre de ces nouveaux emplois verts risquent d'être rebutants, dangereux et difficiles particulièrement dans l'agriculture et le recyclage où les contrats précaires, les faibles rémunérations et l'exposition à des matériaux dangereux pour la santé sont fréquents et sont autant de secteurs qui doivent évoluer rapidement.

Le rapport insiste sur la création d'emplois verts et décents, contribuant à réduire la pauvreté tout en préservant l'environnement. Il plaide en faveur d'une transition juste vers une économie verte pour ceux qui sont affectés par la mutation et pour ceux qui doivent s'adapter au changement climatique en procurant des alternatives économiques et des opportunités d'emploi aux entreprises et aux travailleurs.

Le fait que le PNUE rappelle la pénibilité de nombreux emplois de l'Environnement est essentiel commente David Ascher, Directeur de publication du site Emploi-Environnement, site de recrutement spécialisé. Trop de monde pense encore que travailler sur les secteurs de l'Environnement, c'est faire du bien à sa planète et se faire du bien. Si c'est en partie vrai car il est extrêmement motivant de travailler avec la finalité de préserver l'Environnement, il ne faut pas oublier que pour la plupart des métiers, il s'agit de traiter les eaux usées et les déchets ! Ce sont des métiers durs.

D'ailleurs, alors que l'Institut Français de l'Environnement (IFEN) souligne dans son dernier 4 pages le dynamisme des formations environnementales* dans l'Hexagone, il précise aussi qu'en 2005, les offres d'emploi sont restées concentrées dans les métiers relatifs au domaine « pollutions, nuisances et risques ». Pourtant c'est encore la filière « nature, milieux et équilibres écologiques » qui a attiré le plus grand nombre d'étudiants. Cela montre bien que les jeunes veulent agir pour la nature, alors que concrètement et en majorité les besoins du marché de l'emploi environnemental sont ailleurs note David Ascher. Mais d'après l'Institut Français de l'Environnement, la situation semble peu à peu évoluer avec l'émergence des filières « aménagement du territoire et du cadre de vie » et « maîtrise de l'énergie et énergies renouvelables ». Dans ce dernier cas, la médiatisation du réchauffement climatique n'est certainement pas étrangère à cette tendance. Cela motive de travailler dans le cadre de la lutte contre le réchauffement ! Gageons que cela continue. Les besoins en personnel qualifié sont réels, précise le directeur d'Emploi-Environnement.com. Avec une bonne formation sur les secteurs EnR / maîtrise de l'énergie, un emploi sera nécessairement au rendez-vous quel que soit le pays !


* Master exclus de l'étude.

Réactions5 réactions à cet article

 
ALERTE : TERRE EN DANGER

Ne dit on pas "prévenir vaut mieux que guérir"
je pourrais ajouter a cet article si optimiste vis à vis l'avenir du marché de l'emploi pour le future en matière de lutte contre les changements climatiques, qu'il est possible de créer un grand nombre de structure visant à entreprendre des actions d'IEC sur les métiers de l'avenir pour la protection de l'environnement. Ainsi je m'engage à participer au lancement du projet de formation de formateus verts au Maroc qui veillerons au lancement du plus vaste programme de prévention contre les désastres écologiques.

OURAINI | 02 octobre 2008 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ALERTE : TERRE EN DANGER

Ne dit on pas "prévenir vaut mieux que guérir"
je pourrais ajouter a cet article si optimiste vis à vis l'avenir du marché de l'emploi pour le future en matière de lutte contre les changements climatiques, qu'il est possible de créer un grand nombre de structure visant à entreprendre des actions d'IEC sur les métiers de l'avenir pour la protection de l'environnement. Ainsi je m'engage à participer au lancement du projet de formation de formateus verts au Maroc qui veillerons au lancement du plus vaste programme de prévention contre les désastres écologiques.

OURAINI | 02 octobre 2008 à 13h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ALERTE : TERRE EN DANGER

jaimerais bien participer à ce forum pour acquérir des connaissances afin d' aider mon pays voir le monde à lutter contre le réchauffement planétaire

Anonyme | 02 octobre 2008 à 17h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:ALERTE : TERRE EN DANGER

je vous remercie d'avoir répondu à ce messge et soyez le (la) bienvenu (e). Par ailleurs j'aimerais, si vous ne voyez pas d'inconvéniants que vous sortirez de l'anonymat car vous allez militer pour une cause noble. par la même occasion j'invite d'autre participants à enrichir le forum pour la création d'un vaste chantier planétaire qui mobilise toutes les comunautés pour un environnement sain et durable.

OURAINI | 02 octobre 2008 à 23h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
protection à long terme

ce fuit vraiment une bonne idée pour ces anlyses. mais ! analysons le pour et le contre.il ne faudrait pas kon utilise des aliments alors que des pays souffre de la famille.je crois que nous devons trouver de vastes terrain et en même temps ke nous cultivons des légumes ou autre pour emplois vert. nous en ferons aussi pour les pays qui sont en développement.jai pris surtout le cas de nigeria.en effet jaimerais surgerer ke ls autorités de chaque pays puissent réfléchir au compostage pour plus tard enrichir nos terres. de nos jours le changement climatique joue sur la fertilité des terres aussi

Anonyme | 03 octobre 2008 à 13h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager