Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

3,5 millions de ménages en situation de précarité énergétique en 2019

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

En 2019, 11,9 % des Français, soit 3,5 millions de ménages, ont été en situation de précarité énergétique, c'est-à-dire ont consacré plus de 8 % de leurs revenus aux factures énergétiques de leur logement, selon les derniers chiffres publiés le 14 janvier par l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE). « Cet indicateur est en léger recul mais ne préjuge pas de la situation des plus pauvres », explique l'observatoire qui réunit près de 30 partenaires, parmi lesquels l'Agence de la transition écologique (Ademe), l'Agence nationale de l'habitat (Anah), Amorce, le Réseau pour la transition énergétique (Cler), la Fondation Abbé Pierre, ou encore EDF, Engie et Total.

L'ONPE estime que cette amélioration ne pourrait être que passagère : « la précarité énergétique risque de s'intensifier en 2020 et 2021, avec des difficultés plus importantes en période de confinement pour les ménages précaires », anticipe-t-il.

Pour évaluer la précarité, l'ONPE s'appuie sur deux indicateurs : un indicateur économique basé sur le taux d'effort énergétique et un indicateur basé sur le ressenti du froid.

Le taux d'effort énergétique, estimé par le ministère de la Transition écologique, « baisse légèrement en 2019 après une hausse en 2018 (12,1 % en 2018) », note l'ONPE. Cette baisse est liée, notamment, à des températures hivernales relativement douces, comme l'année précédente. L'observatoire ajoute que « l'amélioration sensible des performances d'une partie des logements et des équipements de chauffage participe à cette légère inflexion ».

Quant au ressenti du froid, l'ONPE signale que « 14 % des Français déclarent avoir souffert du froid au cours de l'hiver 2019, pendant au moins 24 heures », un chiffre en hausse par rapport à l'année précédente. La mauvaise isolation thermique des logements est en cause pour quatre ménages concernés sur dix.

Réactions2 réactions à cet article

 

Et c'est pour cela qu'est prévue, pour les pauvres ruraux notamment, de se faire avoir par des escrocs vertueux qui imposent de remplacer les chaudières fioul ou gaz par des PAC dites "à 1 euro" mais qui leur coûteront les deux bras ? Ou par les fameux "diagnostiqueurs" patentés qui promènent un rayon rouge dans les appartements en simulant un diagnostic de "passoire thermique" ?
Exactement comme les installateurs de fosses "modernes" imposaient le remplacement de fosses septiques certes antédiluviennes mais fonctionnelles par des machins en plastique coûtant les yeux de la tête...
Vertu, quand tu nous tiens !
J'ai personnellement décidé d'aider les personnes de mon entourage victimes de ces abus.

Albatros | 19 janvier 2021 à 16h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« 14 % des Français déclarent avoir souffert du froid au cours de l'hiver 2019, pendant au moins 24 heures »: elle est bien bonne celle-là. N'est-ce pas inciter les gens à se plaindre de tout?
J'ai dans ma bibliothèque un livre d'école primaire écrit en 1936 pour la formation des futures esclaves domestiques que sont les filles par destination, dans lequel il est préconisé une température de 15 à 17°C dans les logements, pour une station inactive prolongée...
On est ensuite passé aux appartements surchauffés, en tee-shirt tout l'hiver. Le gavage ne rend pas les gens satisfaits, ce serait plutôt l'inverse.
D'accord avec le commentaire précédent, les commerciaux racontent n'importe quoi, et qui se fait avoir? Les moins fortunés souvent.

Bidule | 27 janvier 2021 à 08h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager