Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Tous les acteurs du bâtiment se préparent à relever le défi de la performance énergétique

Au regard des objectifs fixés par la France et l'Europe, les efforts à fournir pour aller vers un bâtiment sobre en carbone sont conséquents. Conscients de l'ampleur de la tâche, les acteurs réfléchissent, calculent et testent des solutions.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Dévoilées il y a quelques jours, les ambitions de l'Union européenne pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont claires et tous les secteurs économiques sont invités à faire des efforts. À travers le marché du carbone, l'industrie devra réduire de 21% ses émissions entre 2005 et 2020. Les Etats membres doivent aussi tout mettre en œuvre pour réduire de 10% les émissions issues des transports, du bâtiment, de l'agriculture et du traitement des déchets. Au nom des principes de « partage de l'effort » et de « solidarité entre les états membres », la France se voit attribuer un objectif supérieur à la moyenne à savoir une réduction de 14%.

Pour y parvenir, le pays mise notamment sur le secteur du bâtiment qui selon Christian Jacob, président de la délégation à l'aménagement et au développement durable du territoire, constitue un secteur majeur en termes de consommation d'énergie et d'émissions de GES et devient ainsi le premier levier d'action. À l'occasion d'une table ronde sur le sujet, le président de la délégation a souhaité rappeler que la France compte 30 millions de logements dont 20 millions construits avant 1975 [date de la première réglementation thermique] ce qui démontre l'ampleur des efforts à réaliser en rénovation mais également dans le neuf.

Cette orientation adoptée à l'occasion des débats du Grenelle de l'environnement, doit être aujourd'hui traduite en action. Pour Michèle Pappalardo, ancienne présidente de l'ADEME et désormais Commissaire générale au développement durable, l'objectif est d'avoir un bâtiment plus efficace en énergie fossile en travaillant sur la construction, la rénovation et l'urbanisme. Toutefois pour la Commissaire il faut voir plus loin : on assiste à une augmentation des inégalités liées à l'augmentation des prix du chauffage, il y a donc des raisons économiques, environnementales mais également sociales à rénover notre parc de logement. Cette position est partagée par André Yche, président du directoire de la Société Nationale Immobilière (SNI), premier bailleur social : cette rénovation est l'occasion de travailler sur l'adaptation aux personnes âgées et sur l'accès des jeunes actifs à la propriété. Le président préconise par conséquent une stratégie globale.

Celle-ci pourrait voir le jour à travers la loi d'orientation qui découlera du Grenelle de l'environnement. Rappelons qu'à l'issue des débats, plusieurs objectifs ont été fixés : aboutir d'ici à 2020 à la généralisation des bâtiments à énergie positive et rénover 400.000 logements par an. Les réflexions sur les moyens d'atteindre ces objectifs sont en cours. Le comité de pilotage dédié aux bâtiments existants a déjà rendu son rapport dans lequel il propose tout une série d'outils afin d'inciter les propriétaires à faire des travaux. Philippe Pelletier, président du conseil d'administration de l'ANAH* et rapporteur du comité a rappelé que la méthode choisie est d'aider puis de contrainte car se sont beaucoup de petits propriétaires. Mais il faudra aussi mesurer la performance énergétique et garantir l'efficacité des travaux, a-t-il ajouté.
Du côté des bailleurs sociaux, les réflexions sont également bien avancées. La Société Nationale Immobilière propriétaire de 270.000 logements sociaux a prévu, d'ici 2020, de diminuer de 30% la consommation moyenne de son parc dont 20% en rénovant et 10% en substituant des vieux logements par du neuf. En parallèle, la société prévoit de développer les énergies renouvelables pour qu'elles fournissent 10% des besoins énergétiques du parc. Nous pensons que ces objectifs sont atteignables et nous prévoyons d'investir 500 millions d'euros dans la rénovation et 180 millions dans le neuf au cours des 15 prochaines années, a assuré André Yche. La SNI estime que pour abaisser la consommation de son parc à 150 kwh/m2/an comme prévu, elle devra investir 8.000 € par logement. 4.000€ par logement peuvent être déployés dès maintenant. Pour compléter, la SNI aimerait bénéficier de l'économie carbone. Elle travaille actuellement avec l'énergéticien français EDF pour bénéficier du mécanisme de Certificats d'Economie d'Energie (CEE). Pour chaque kwh économisé, la SNI pourrait ainsi obtenir des CEE qu'elle revendrait à l'énergéticien.

Les constructeurs privés se lancent également dans la recherche du futur bâtiment peu consommateur. Par exemple Bouygues Immobilier a créé une équipe multidisciplinaire pour imaginer et construire « le bâtiment de demain ». Ce bâtiment à énergie positive qui devrait voir le jour à Meudon dans deux ans présente un surcoût de construction de 15% mais le surcoût total sur le prix de l'immeuble atteint quant à lui 5%. La société de construction prévoit déjà d'y installer des collaborateurs pour les sensibiliser à la performance énergétique car au final, les besoins énergétiques de ce bâtiment seront totalement couverts par une installation solaire de 5.400 m2 et une chaufferie alimentée en bois et en huile végétale. Eric Mazoyer, directeur général délégué de Bouygues Immobilier est enthousiaste mais il reconnaît que ce n'est pas donné à tous les constructeurs : ce bâtiment est un bijou de technologie pour réguler tous les flux énergétiques [et] cette technologie nécessite une formation spécifique que les acteurs du bâtiment n'ont pas.

Ces expériences démonstratives, les collectivités locales espèrent bien les multiplier. Philippe Chanal, Directeur général adjoint de la communauté d'agglomérations de Châlons-en-Champagne, appellent les échelons communaux et inter-communaux à trouver leur place en étant exemplaires et innovants et en partageant leurs expériences.


*Agence Nationale de l'Habitat

Réactions4 réactions à cet article

 
économies d'énergies!

je suis instituteur en paca les écoles sont surchauffées les fenètres sont ouvertes! avec les radiateurs brulants gabegie et gaspillage règnent en maitre.je ne parle pas des lumières allumées jour et nuit .

Anonyme | 28 janvier 2008 à 12h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:économies d'énergies!

Et pourquoi pas, en tant que citoyen responsable, prendre de votre propre initiative les choses en mains et faire des propositions claires et ciblées à votre directeur pour aller vers une meilleure gestion de l'énergie ? Premièrement, qui ne risque rien n'a rien et deuxièmement nous sommes tous individuellement responsable. Nne rien faire, c'est se rendre coupable soi-même. Tout dépend de la manière dont la chose est présentée et étayée.

suzzarini jf | 31 janvier 2008 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Flou artistique

L'article ne fait que répercuter des infos mais ne cite aucun chiffre. On en est donc réduit aux suppositions, mais j'incline très fortement pour le fait que s'il s'agissait vraiment de bâtiments très performants (type "passivhaus"), leur promoteur s'en serait vanté et aurait fourni des chiffres. Or le seul qu'il donne est celui de la surface des capteurs !!!
J'en conclus donc qu'encore une fois, on mélange tout et on fait l'amalgame (inconsciemment ou à dessein ?) entre "efficacité énergétique" et "énergie positive".
La première consiste à économiser le plus possible d'énergie au moyen d'une conception qui privilégie l'isolation et la récupération d'énergie du bâtiment. La seconde consiste uniquement à faire en sorte que le bilan énergie produite - énergie consommée reste positif ! Il est lié non plus à l'efficacité énergétique de l'enveloppe du bâtiment mais à la taille des installations techniques ! En résumé, plus mon bâtiment fuit et donc consomme, plus je mets une grosse chaudière et plus j'installe de surface de capteurs pour compenser ! Bilan ? Quand vous avez additionné tous les coûts induits : énergie consommée, réfection à terme du bâti (un bâtiment qui perd de l'énergie est un bâtiment mal conçu qui vieillit mal), investissement lourd et coût d'exploitation élevé de moyens de chauffage lourds, investissements tout aussi lourds dans des systèmes de production et de distribution d'énergie (qu'on m'explique comment il peut être moins onéreux d'économiser 10 cm d'isolant bon marché pour les remplacer au prix fort par une tartinée de capteurs photovoltaïques), énergie grise nécessaire pour fabriquer, transporter, installer et recycler toute cette technologie, expliquez-moi où est le progrès pour la planète. Ce type de raisonnement fait surtout le lit des lobbies des marchands de chauffage qui ont tout intérêt à ce que la maison zéro consommation ne voit jamais le jour et celui des politiques pour qui il est plus facile de vendre l'idée simple qu'on a remplacé tant de tonnes de pétrole par tant de tonnes de bois, plutôt que faire comprendre qu'on a consommé moins que si l'on n'avait rien fait. L'alibi des énergies renouvelables n'est là que pour mieux faire gober la pilule.
Et en admettant même que le bâtiment soit réellement du type passif, est-ce vraiment une bonne chose de continuer à produire toujours plus d'énergie ?

suzzarini jf | 31 janvier 2008 à 12h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:économies d'énergies!

L'institution de l'éducation nationale n'a pas étée formée à ce type d'initiative!

Donc, tout est à revoir dans les modes de management des économies d'énergie dans la fonction publique en général!
Y compris dans les locaux des ministères, hélas!

delat | 01 février 2008 à 09h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Équipements sélectionnés pour vos projets en énergie solaire photovoltaïque AXDIS PRO