En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Prix du carbone : lancement d'une mission pour élaborer des propositions

Gouvernance  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Proposer des mesures concrètes sur la mise en place d'un prix du carbone permettant d'orienter les investissements des citoyens, des élus, des entreprises vers les projets et les produits les plus favorables au climat : c'est la mission qu'a confié Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, désormais en charge des négociations internationales sur le climat, à Pascal Canfin directeur général du WWF France, Gérard Mestrallet, président-directeur général d'Engie et l'économiste Alain Grandjean.
Lors de la COP21, des dirigeants de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI), de la France, du Chili, de l'Ethiopie, de l'Allemagne, du Mexique et du Canada avaient lancé un appel solennel pour donner un prix au carbone au niveau international. Cet appel a ensuite été repris par des ministres et dirigeants d'entreprises du monde entier dans le cadre du lancement officiel de la Coalition pour le leadership en matière de tarification carbone.
François Hollande s'était également positionné en faveur de l'instauration d'un prix progressif du carbone, afin de tendre, "un jour, vers un prix unique". Il a également assuré qu'il "défendrai[t] un corridor carbone".
Alain Grandjean et Pascal Canfin avaient déjà été missionnés en mars 2015 pour trouver des pistes de nouveaux financements en faveur de la lutte contre le changement climatique. Parmi les dix actions qu'ils avaient identifiées, ils préconisaient que des pays volontaires (développés et émergents) mettent en place un prix carbone situé entre 15 et 20 dollars la tonne en 2020 pour ensuite viser 60/80 dollars en 2030/2035. "Ce "corridor carbone" permet d'allier la nécessité d'un signal commun envoyé par les États autour de la COP21 et la nécessaire souplesse dans les niveaux de prix de façon à réunir des pays ayant des niveaux de développement différents", expliquaient-ils alors. Dans cette nouvelle mission, Pascal Canfin, Gérard Mestrallet et Alain Grandjean devront examiner la mise en place de ce corridor de prix du carbone ou d'un prix plancher.
Selon le ministère de l'Environnement, les propositions de la mission contribueront également aux travaux sur la révision de la directive du marché du carbone européen.
"La mission devra permettre à la Présidente de la COP de mobiliser largement la société civile et les acteurs financiers dans la mise en place d'une économie bas-carbone, en France, en Europe et à l'international", souligne dans un communiqué le ministère de l'Environnement. Elle devra rendre ses conclusions avant le 1er juillet 2016.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…