En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des chefs d'Etats s'unissent pour lancer un appel mondial pour un prix carbone

Plusieurs chefs d'Etats, dont François Hollande et Angela Merkel, des élus de collectivités territoriales et des dirigeants d'entreprises ont rejoint l'initiative pour un prix carbone lancée par la Banque mondiale et le FMI, avec l'OCDE. 20 octobre 2015

Spécial COP - Retrouvez toute l'actu Cet article vous est offert par Citae
Environnement & Technique N°353 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°353
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

"Pour la première fois, une alliance sans précédent de chefs d'Etats, de représentants de villes et de provinces, avec le soutien de dirigeants de grandes entreprises, se sont unis pour exhorter les pays et les entreprises du monde entier à mettre un prix carbone", se félicitent la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) dans un communiqué publié le 19 octobre.

A six semaines de la COP 21, François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel, la Présidente chilienne Michelle Bachelet, le Président philippin Benigno Aquino III, le Mexicain Enrique Peña Nieto, le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, le gouverneur de Californie Jerry Brown et le maire de Rio de Janeiro Mayor Eduardo Paes ont lancé un appel pour un prix carbone. Cet appel s'inscrit dans le cadre du "panel pour un prix carbone" initié par le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim et la directrice générale du FMI Christine Lagarde, et rejoints par le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria.

Le secteur privé se joint également à l'appel. Les dirigeants de l'énergéticien français Engie, de l'investisseur institutionnel américain CalPERS, du groupe industriel indien Mahindra et de la compagnie néerlandaise Royal DSM ont apporté leur soutien à l'initiative.

"Si nous voulons envoyer un signal au marché pour permettre aux entreprises des prises de décisions dans des conditions économiques optimales, qui peuvent aussi être des conditions écologiques optimales, le prix du carbone se pose inévitablement comme le moyen le plus tangible envoyé à tous les acteurs économiques", souligne le Président français, ajoutant : "Je suis conscient que cette notion de prix carbone peut générer des craintes".

Marché du carbone à travers le monde en avril 2015 © CDC Climat recherche
 
La tarification carbone se développe, mais à un niveau insuffisant

Les signataires ne se prononcent pas en faveur d'un marché carbone ou d'une taxe carbone. Aujourd'hui, ces deux types de tarification du carbone cohabitent à travers le monde, et parfois dans le même pays. Ainsi, 38 pays et 23 villes, états ou régions, représentant 12% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, ont mis en place un prix carbone ou sont en passe de le faire. "Le nombre d'instruments installés ou programmés sur le prix carbone a pratiquement doublé depuis 2012, atteignant une valeur marchande globale proche de 50 milliards de dollars", souligne une étude publiée mi-octobre par le projet de recherche international New climate economy.

Dans ces pays, le prix de la tonne de CO2 varie de 1 dollar à 130 dollars, avec près de 85% des émissions couvertes par un prix inférieur à 10 € la tonne. "Ce qui est bien plus bas que le prix suggéré par les modèles économiques pour parvenir à limiter à 2°C la hausse des températures", estiment les chercheurs. Selon leurs analyses, l'instauration d'un prix carbone moyen de 75€ la tonne dans les pays développés et de 35€/t dans les pays en développement permettrait d'éviter entre 2,8 et 5,6 gigatonnes de CO2 en 2030.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…