En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le PNUE décerne les prix Champions de la Terre 2007

Décerné, cette année, à la veille du Forum ministériel mondial pour l'environnement, le Prix Champions de la Terre a récompensé les personnalités internationales qui se sont distinguées par leur esprit d'initiative, leur vision et leur créativité.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Établi en 2004, le Prix Champions de la Terre est une distinction internationale attribuée chaque année par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) à des personnes ou groupes de chaque région du monde ayant contribué de manière significative et reconnue, au niveau mondial ou régional, à l'environnement, à sa gestion durable ainsi qu'à la gestion des ressources naturelles de la Planète.

Cette année, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement a décerné le prix Champions de la Terre le 1er février 2007, à la veille du Forum ministériel mondial pour l'environnement qui se tient actuellement à Nairobi (Kenya) et aborde, du 5 au 9 février, les enjeux et les opportunités de la mondialisation en matière d'environnement.

Placer la mondialisation sur une voie plus intelligente et plus viable demande non seulement l'engagement des gouvernements, du secteur privé, des autorités locales et de la société civile, mais aussi l'engagement d'individus capables d'initier le changement, de renforcer la capacité des autres à s'assumer et d'inspirer d'autres à l'action, a déclaré Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE.

Le Prix Champions de la Terre 2007 a ainsi été attribué à sept leaders internationaux : Cherif Rahmani (Afrique), Elisea 'Bebet' Gillera Gozun (Asie-Pacifique), Viveka Bohn (Europe), Marina Silva (Amérique latine et les Caraïbes) , Al Gore (Amérique du Nord), le Prince Hassan Bin Talal (Asie occidentale), Jacques Rogge et le Comité international olympique (Prix spécial du PNUE). Ils se sont engagés à la réalisation d'un monde plus juste, plus équitable et plus viable, a indiqué Achim Steiner.

La carrière professionnelle de Cherif Rahmani a été inspirée par un profond engagement en faveur de la protection de la planète. Cherif Rahmani a été récompensé pour s'être notamment consacré à la mise en place d'un cadre juridique environnemental en Algérie et à la lutte contre la désertification et pour avoir présidé l'Année internationale des déserts et de la désertification.

Elisea 'Bebet' Gillera Gozun a été lauréate pour son engagement en faveur de l'environnement des Philippines qui lui a valu la confiance aussi bien du milieu des affaires que des organisations non gouvernementales et des acteurs politiques.

La Suédoise Viveka Bohn a joué un rôle proéminent dans de nombreuses négociations multilatérales, y compris celles relatives à la Convention sur la diversité biologique et à la Convention de Stockholm sur les Polluants organiques persistants (POP). Elle a également
coordonné les efforts mondiaux en matière de sécurité chimique.

En tant que membre du Sénat brésilien, Marina Silva est parvenue à mettre en place des lois pour la préservation de la forêt humide, à défendre son peuple contre la pauvreté et à protéger le mode de vie des populations locales. Depuis 2003, en tant que Ministre de
l'Environnement, elle contribue à la sauvegarde de la très riche et complexe diversité biologique de l'Amazonie brésilienne.

Pendant ses 16 ans au Congrès des Etats-Unis et huit ans en tant que Vice –Président des Etats Unis, Al Gore a placé la protection de l'environnement au cœur de sa carrière au service du public. Il a su éveiller la conscience mondiale sur les dangers posés par la hausse des émissions de gaz à effet de serre. En 2006, son film-documentaire Une vérité qui dérange, basé sur sa présentation multimédia sur le réchauffement climatique, a été acclamé par la critique et a connu le troisième plus gros succès pour un documentaire aux Etats-Unis à ce jour.

Son Altesse Royale le Prince Hassan Bin Talal de Jordanie a été honoré pour avoir misé sur la collaboration transfrontalière comme instrument de protection de l'environnement et pour avoir abordé les questions liées à l'environnement de manière holistique afin de préserver les ressources naturelles pour les générations futures.

En tant que Président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge a joué un rôle majeur dans le développement de l'agenda sport et environnement, en donnant des ressources et des outils supplémentaires à la lutte en faveur du développement durable et pour avoir introduit des conditions environnementales dans la sélection des villes candidates pour les Jeux olympiques. Jacques Rogge et le Comité international olympique ont obtenu le Prix Spécial du PNUE.

Les lauréats recevront le Prix lors d'une cérémonie qui se tiendra à Singapour le 19 avril prochain.

Réactions13 réactions à cet article

 
Si CHERIF RAHMANI , nous sommes fiers de vous !

Si CHERIF RAHMANI , nous maintenons que vous etes de ces rares hommes qui forcent les portes de l'histoire et qui honorent leur pays de plus d'une façon.MERCI d'honnorer les musulmans , les arabes,les africains les algériens et tous vos cadres.UN GRAND MERCI A VOTRE EXCELLENCE MONSIEUR LE MINISTRE ET DU FOND DE NOS COEURS.

attafi yasmina | 25 février 2007 à 19h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Environnement en Algérie

Merci M. Chérif RAHMANI, vous nous honorez par ce prix que vous venez d'obtenir grâce à votre abnégation et amour pour l'environnement et surtout votre pays, l'Algérie.
Malheureusement, il y a beaucoup à faire en matière d'environnement en Algérie.
Je vous cite un exemple, en Algérie on consomme environ 150 mille tonnes d'huile moteur pour véhicule, il n'est recyclé que 10 mille tonnes, soit environ 6%. L'Algérie est un pays producteur d'hydrocarbures, par conséquent, elle doit avoir une industrie pétrolière trés développée. Moi, je suis du moins j'étais un cadre supérieur à NAFTAL et je suis parti en retraite anticipée en 2005. J'ai passé toute ma carrière professionnelle à NAFTAL.
J'ai travaillé pendant une petite période en qualité de Responsable d'une petite unité de maintenance d'un opérateur privé. Cette unité assure, entre autre, l'opération de renouvèlement d'huile moteur (vidange) et cette unité se trouve en pleine Mitija, cette unité a accumulé 15 futs (200 litres chacun) d'huile usagée et je suis intervenu en ma qualité d'ancien cadre auprès de NAFTAL pour venir procéder à la collecte de cette huile.
La réponse est toujours la même: l'unique camion de collecte dont nous disposons est constamment en panne. Et jusqu'à maintenant les futs sont toujours entreposés à ciel ouvert au niveau de cette unité qui se trouve à Baba Ali. Et une fois que tous les futs sont pleins, les aide-mécaniciens versent l'huile usagée dans une canalisation qui va certainement terminer son parcours dans la nappe phréatique et en même temps polluer la Mitija.
Par amour à la nature en général et à mon pays, l'Algérie en particulier, j'ai fait une proposition au Ministère de l'Energie et des Mines dans laquelle j'invite ses départements à étudier le projet d'installation d'unités de recyclage d'huile usagée, un projet qui n'exige pas un grand investissement et ça contribuera à la création d'emplois et en même temps à la protection de l'environnement.
Pourquoi cette proposition, car je me souviens quand j'étais à NAFTAL, plusieurs conventions de fourniture d'huile usagée sont signées entre NAFTAL et des sociétés Grecques et Tunisiennes, alors que ces pays ne sont même pas des producteurs d'hydrocarbures. Une fois cette huile recyclée, elle est exportée vers l'Algérie en vue d'être distribuée au consommateur. Le secrétaire général a envoyé ma correspondance à NAFTAL qui m'a répondu par email en me citant le décret qui donne monopole à NAFTAL pour la collecte d'huile, alors que NAFTAL n'arrive même à rentabiliser ses ressources humaines et matériels (un 1/3 des effectifs suffit pour faire les résultats que NAFTAL réalise annuellement).
Enfin, je termine en vous remerciant d'avoir prêté attention à ma proposition, mais je crois que des unités de recyclage d'huile usagée sont absolument indispensables pour la protection de l'environnement.
Avec tous mes remerciement

Anonyme | 17 avril 2007 à 14h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
A ce grand vainqueur qui a façonné la planète

fiere pour ce bon choix , le mérite est grand ,mais la lutte était vigoureuse ,,c'est un grand succès pour pour vous , pour nous et pour les amoureaux de la nature ,ce prix témoigne de la qualité du travail exceptionnel , des prgrammes et chantiers ouverts, de votre engagement à l'égard de l'excellence nature, vous avez été et vous êtes toujours l'élément moteur des efforts que nous déployons en faveur de l'environnement , nous sommes ,nous Mouvement Associatif de protection de l'environnement ,résolus de continuer à bâtir un environnement sain , Nous avons tous mémoire de ce ministre qui nous a encouragé à avoir l'esprit ouvert, nous a aidé à avoir une bonne estime de la nature et nous a encouragé continuellement , les Associations Algériennes reconnaissent les retombées positives des réalisations et des stratégies façonnées .
Ses compétences ne sont plus à démontrer,ces attributs sont les principes qui alimentent le secteur de l’environnement .
Il mérite notre gratitude et notre respect.Nous lui avons fais confiance : il nous a bien rendu le change.
signé: Safia Chendri Présidente de l'Association Ecologique "Alger la Blanche"

Anonyme | 03 mai 2007 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Environnement en Algérie

Monsieur,

je suis cadre dans une société nationale, en l'occurence Sonelgaz et dans la cadre de la certification iso 14001, j'ai été chargée tout comme vous à collecter toutes les huiles de vidanges de nos machines indutrielles ainsi que des moteurs automobiles. Le travail a été fait avec succés., seulement pour joindre Naftal et leur exposer le problème que vous venez de citer, je ne sais tout d'abord à qui m'adresser et en lisant votre message ou plutôt votre SOS, je me suis précipitée pour vous demander de l'aide. Je vous laisse mes coordonnées: 035 55 70 34 ou bien 035 55 17 24 vous demandez Mme SALHI.

Je vous remercie

karo | 22 juin 2007 à 13h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Environnement en Algérie

Nous sommes sur le point de monter une affaire,en tunisie,pour la fabrication du"BIODIESEL" et de "GOUDRON" est il possible d'acheter de l'Algérie des huiles usagées et des huiles de friture?

tunisieservices | 18 janvier 2008 à 11h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Environnement en Algérie

Bonjour, je suis tres interesse par votre projet de fabrication de Biodiesel et Gourdon. Pourriez vous me contacter pas email au hilalik@gmail.om...il se peut que j'ai quelque chose qui vous interesserait,
Kamil,

hilalik | 17 août 2008 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Environnement en Algérie

Des promoteurs etrangers associés à des nationaux travaillent à la à réalisation d'une raffinerie de régénération des huiles usagées de 30 000 tonnes par an et esperent réaliser deux autres unités similaires de façon à couvrir l'ensemble du pays . Ce projet est à un stade d'etude de faisabilité trés avancé.

Ces promoteurs lancent le projet en deux phases :
1 Mettre en place une organisation et les moyens pour la collecte des huiles destinées à l'exportation pour traitement et commercialisation en europe.Cette opération de collecte est de loin la plus délicate donc trés difficile à mettre en oeuvre, nous espérons profiter de votre expérience dans ce domaine.
2 - Une fois l'activité de collecte maitrisé la construction de la raffinerie ne pose aucun probleme.Un procédé des plus moderne sera mis en oeuvre : Distillation atmospherique hydrofinissage
( réacteur à hydrogène) et distillation sous vide.Contrairement à l'utilisation des acides sulfuriques et des argiles qui générent des déchets et qui produisent des huiles dont la qualité laisse à désirer,ce procédé ne nécessite que de l'eau pour la fabrication de l'hrogene, les rejets minimes sont recyclés comme combustibles et commercialisés comme asphalte.

Avec l'assistance des autorités ce projet sera réalisé en 18 Mois

Avantages :
1 - Préservation de l'environnement par l'élimination de près de 90 000 t/an d'huile usagé.
Le partenaire etranger s'engage à exporter la totalité des huiles régénérées produites.

2 - Création de plus de cent emplois directs et indirects

3 - Entrées de devises pour le pays estimée à 16 milliond'Euro par an.

Ceci peut constituer une des solutions à nos multiples problèmes de pollution.

Nous espérons votre collaboration

Email sarligp@hotmailm.com
Tel 0770 54 16 94

musman | 15 octobre 2008 à 13h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
CHERIF RAHMANI un destricteur de l'Algerie

Je partage parfaitement votre fierté si M.Chérif RAHMANI était
veritablement comme vous pensez , mais malhereusement ce n'est pas le cas ,
surtout restez fidélé au bien qui vous anime

Anonyme | 15 novembre 2008 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:CHERIF RAHMANI un destricteur de l'Algerie

CHERIF RAHMANI est un homme unique et l'unique personne qui a sauver l' Algérie moderne, il a sauver l'Algérie de la soif quand il a était ministre de l'eau 1994 en construisant de grands projets de barrage inaugures après 15 ans de travaux et après il a sauver Alger la capital pendant les années noirs, en créant un triangle sécuritaire avec l’arme et la police national et en ouvrant Alger vers le développement, il a pus faire surgir l'espoir parmi des million d'algérois. Maintenant il donne a l’Algérie une direction environnemental en faisons des accords pour le respect de l'environnement avec les entreprise polluante qui malgré emplois des millions d'algérien, et sa sans les fermés ou les culpabilises. Dieu est témoin et l'Algérie se souviendra.

le peuple | 19 novembre 2008 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Environnement en Algérie

dans le cadre de la realisation d'une unite de re-raffinage des huiles usagees, nous projetons la creation d'une societe de collecte des huiles moteurs usagees. Nous pourrions dans une premiere phase exporter les produits de la collecte (nous ciblons une collecte de 30 000 Tonnes dans une premiere phase qui pourraient être exportees dans l'attente du demarrage de la raffinerie ( delais de realisation 36 mois). Par la suite et compte tenu des disponibilites des huiles usagees en Algerie
(deux cent mille tonnes par an, nous pouvons augmenter nos capacites de collecte, le surplus sera destine à l'export.

Contact : sarligp@hotmail.com
tel 0770 54 16 94

manmus | 26 mars 2009 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Environnement en Algérie

je fais de la collecte des HAU SI CA VOUS INTERESSE FAITE MOI SIGNE A+

Anonyme | 01 avril 2009 à 15h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Environnement en Algérie

priere communiquer vos coordonnees

manmus

manmus | 01 avril 2009 à 19h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Environnement en Algérie

Bonjour, je travaille pour une société présente dans différentes wilayates (petites usines) et nous avons un projet de réduire nos stocks d'huiles usagées.
Est-ce que vous êtes présents en Alger / Skikda / Oran ?
Comment est ramaasée l'huile ?

Merci de votre répons.

Khader

khader hafaizin | 03 juin 2009 à 13h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager