En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Prix de la Fondation Prince Albert II de Monaco : six lauréats récompensés

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
La Fondation du Prince Albert II de Monaco a récompensé le 10 octobre trois nouvelles personnalités pour leurs actions exemplaires en faveur de l'environnement et de la sauvegarde de la planète, dans trois domaines : la préservation de la biodiversité, le changement climatique, l'accès à l'eau et la lutte contre la désertification.

Pour cette deuxième édition du Prix de la Fondation Prince Albert II de Monaco, les trois personnalités se sont vues remettre un trophée, assorti d'un prix de 40.000 euros. Parmi les lauréats figurent Edward Osborne Wilson, biologiste et professeur à Harvard qui a introduit le terme de biodiversité dans la littérature scientifique, l'ancienne ministre brésilienne de l'Environnement Marina Silva qui a reçu en 2007 le prix Champion de la Terre du PNUE, et Pan Yue, vice-ministre chinois de l'Environnement, qui joue un rôle ''essentiel dans la prise de conscience des questions environnementales'' dans son pays, selon la Fondation.

Le Prince Albert II de Monaco a également octroyé pour la première fois trois bourses à de jeunes chercheurs sélectionnés par le comité scientifique et technique de la fondation pour la qualité de leurs travaux.

La jeune anglo-américaine Kelly Hogan s'est vue récompenser pour ses recherches, dans le cadre du projet présenté par le Scott Polar Research Institute, sur la calotte glaciaire arctique et antarctique à partir de données de géophysiques marines. Le Français Arnaud Catherine a également reçu une bourse,dans le cadre du projet présenté par le MNHN, qui étudie l'impact de la prolifération des cyanobactéries, qui produisent des toxines dans les lacs et les réservoirs d'eau. L'Espagnol Pablo Cermeno, s'est aussi vu récompenser pour un projet, proposé par le WWF en partenariat avec l'IFREMER, visant notamment à tagger les thons adultes et juvéniles pour mieux suivre leurs traces.

Depuis sa création en 2006, la Fondation a soutenu plus de 95 projets pour un engagement total de plus de 14,6 millions d'euros. Elle mène également, en partenariat avec le WWF, une étude sur la protection du thon rouge.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager