En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

DASRI : Amorce fixe un ultimatum et menace de se retirer de la collecte

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Ce jeudi 1er décembre 2011, Amorce, une association représentant des collectivités et des acteurs des déchets, demande "à la Ministre de l'Ecologie d'imposer immédiatement aux producteurs et aux pharmaciens le respect de la loi Grenelle et (...) au Ministère de l'Economie (…) de sanctionner immédiatement les contrevenants tels que prévus par les décrets d'application".

Ultimatum fixé au 1er janvier

"Sans application sur le terrain au 1er janvier prochain de la mise à disposition des boîtes vides, mais aussi du démarrage de la récupération des boîtes pleines, Amorce invitera les collectivités françaises à envisager un retrait des collectes", menace l'association, ajoutant que "pourtant, les collectivités les avaient mises en place ces dernières années pour compenser la carence inexplicable et indéfendable de ceux qui mettent en circulation des objets dangereux, sans vouloir en assumer la collecte auprès de ces clients parmi les plus lucratifs".

Amorce souhaite par ailleurs que les associations d'usagers, les pharmaciens et laboratoires volontaires la rejoignent dans ces "actions de protestation". "Ensemble, il s'agit d'obtenir le déploiement immédiat d'un dispositif d'urgence transitoire avant le 1er janvier 2012 et une mise en œuvre définitive d'un dispositif optimisé, s'appuyant sur les pharmaciens de l'ensemble du territoire français, d'ici la fin du premier trimestre 2012", précise-t-elle.

Aucun dispositif en place

Deux décrets "obligent les producteurs de seringues et de médicaments concernés à mettre en place une filière spécifique de gestion de ces déchets d'activités de soins à risque infectieux (DASRI) des patients en auto-traitement, en s'appuyant principalement sur la distribution gratuite de conteneurs et une collecte de proximité des conteneurs pleins, via le réseau des pharmacies chez qui les patients viennent se fournir, les laboratoires d'analyse et éventuellement les collectivités déjà engagées", rappelle Amorce.

Or, "un mois après l'échéance légale, et après quatre ans de discussions finalement stériles, les collectivités constatent qu'aucun dispositif n'a été mis en place sur le terrain par les metteurs sur le marché, contrairement à leur obligation légale", déplore l'association qui ajoute que "les quelques producteurs qui avaient anticipé l'obligation de mise à disposition des boîtes vides ont gelé leur distribution et les pharmaciens volontaires sont invités, par certaines de leurs instances nationales ou régionales, à arrêter la récupération des boîtes pleines !".

Réactions2 réactions à cet article

 

En tant que pharmacienne j 'ai souvent cherché à m'impliquer dans la collecte des DASRI et une récupération sécurisée est proposée depuis peu par un organisme externe ,qui ne fait prendre aucun risque à mon personnel car il n'y a aucune manipulation des boites contenant le matériel souillé.
Ce service est financé par ma seule entreprise car aucun laboratoire n 'a voulu contribué financièrement au coût que génère ce service.Je ne peux pas expliquer à mes patients l'opposition que je rencontre de la part de ces mastodontes financiers et j'ai décidé de prendre seule la charge du financement du recyclage .
SI mes confrères réagissent, c'est parce que comme moi ils estiment irrecevables que les laboratoires ne s'impliquent pas dans la démarche ;j'ai simplement décidé de ne pas prendre mes patients en otage de leur déchets de soins et de nos tergiversations car nous avons véritablement le sens de notre mission de sante publique

sophiea68 | 05 décembre 2011 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"car nous avons véritablement le sens de notre mission de sante publique"
ce n'est apparemant pas le cas des labos !!
Ca se saurai si les labos etaint la pour ca ! ...

Fécilicitations pour votre action qui je l'espere n'est pas un cas isolé

décroissant | 06 décembre 2011 à 08h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager